Zinc par voie orale pour la prévention de l'hyperbilirubinémie chez les nouveau-nés

Question de la revue

Chez les nouveau-nés âgés de moins d'une semaine, une supplémentation en sel de zinc par voie orale diminue-t-elle l'incidence de l'hyperbilirubinémie (jaunisse) comparativement à un placebo ou à l'absence de traitement ?

Contexte

La jaunisse, une décoloration jaunâtre de la peau, peut être provoquée par une quantité excessive de pigments de bilirubine dans le sang. C'est une pathologie fréquemment observée, et généralement inoffensive, chez le nouveau-né pendant la première semaine suivant la naissance. Cependant, chez certains bébés la quantité de pigment de bilirubine peut atteindre des niveaux dangereux et nécessiter un traitement. La bilirubine est métabolisée dans le foie et excrétée par l'intestin dans les fèces. L'augmentation de la réabsorption de la bilirubine à partir de l'intestin est l'un des principaux facteurs induisant l'hyperbilirubinémie chez les nouveau-nés. Le sel de zinc oral, un médicament relativement inoffensif, peut réduire le taux de bilirubine chez les nouveau-nés en diminuant sa réabsorption à partir de l'intestin.

Caractéristiques de l'étude

Des chercheurs de Cochrane ont consulté toute la littérature disponible jusqu'au 30 novembre 2014. Un essai contrôlé randomisé répondait à nos critères d'inclusion.

Résultats

Dans cette revue, l'efficacité du sel de zinc par voie orale a été comparée à un placebo. Une étude portant sur 294 nourrissons a été identifiée. Cette étude évaluait le sel de zinc par voie orale, administré à une dose de 5 mg deux fois par jour à des nourrissons âgés de 25 à 168 heures. L'administration de sel de zinc oral n'a pas eu d'impact sur l'incidence de la jaunisse (hyperbilirubinémie) chez ces nourrissons.

Conclusions des auteurs: 

Les données limitées disponibles n'ont pas démontré que la supplémentation en zinc par voie orale chez le nourrisson âgé jusqu'à une semaine réduisait l'incidence de l'hyperbilirubinémie ou le besoin de photothérapie.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Entre 6 % et 15 % des nouveau-nés développeront une hyperbilirubinémie nécessitant un traitement. La prise en charge réussie de l'hyperbilirubinémie néonatale repose sur la prévention et le traitement précoce, la photothérapie étant le pilier du traitement. Il a été rapporté que le zinc par voie orale diminuait la bilirubine sérique totale (BST), supposément en diminuant la circulation entérohépatique.

Objectifs: 

Déterminer l'effet de la supplémentation en zinc par voie orale, comparativement à un placebo ou à l'absence de traitement, sur l'incidence de l'hyperbilirubinémie chez le nouveau-né pendant la première semaine de vie et évaluer la sécurité du zinc oral chez les nouveau-nés participants.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons interrogé CENTRAL (Bibliothèque Cochrane 2014, numéro 1), MEDLINE (de 1966 au 30 novembre 2014) et EMBASE (de 1990 au 30 novembre 2014).

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés étaient admissibles pour inclusion s'ils portaient sur des nouveau-nés (prématurés et à terme) chez qui le zinc par voie orale, à une dose de 10 à 20 mg/jour, était débuté dans les 96 premières heures de vie, pour toute durée jusqu'à sept jours, et comparé à l'absence de traitement ou un placebo.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les méthodes standard de la Collaboration Cochrane et de son groupe thématique sur la néonatologie pour la collecte et l'analyse de données.

Résultats principaux: 

Une seule étude satisfaisait aux critères d'inclusion de la revue. Elle comparait le zinc par voie orale à un placebo. Le zinc oral était administré à une dose de 5 ml deux fois par jour, du jour 2 au jour 7 post-partum. Le médicament était administré dans la bouche de l'enfant en utilisant le doseur en matière plastique fourni avec le flacon ou une cuillère. L'incidence de l'hyperbilirubinémie, définie comme une bilirubine sérique totale (BST) ≥ 15 mg/dl, était similaire entre les groupes (N = 286 ; risque relatif (RR) de 0,94 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,58 à 1,52). Les concentrations moyennes de BST, en mg/dl, à 72 ± 12 heures étaient comparables dans les deux groupes (N = 286 ; différence moyenne (DM) -0,20 ; IC à 95 % de -1,03 à 0,63). Bien que la durée de la photothérapie ait été significativement plus courte dans le groupe zinc que le groupe placebo (N = 286 ; DM -12,80 ; IC à 95 % de -16,93 à -8,67), l'incidence du recours à la photothérapie était comparable entre les deux groupes (N = 286 ; RR 1,20 ; IC à 95 % de 0,66 à 2,18). Les effets secondaires comme les vomissements (N = 286 ; RR 0,65 ; IC à 95 % de 0,19 à 2,25), les diarrhées (N = 286 ; RR 2,92 ; IC à 95 % de 0,31 à 27,71) et les éruptions cutanées (N = 286 ; RR 2,92 ; IC à 95 % de 0,12 à 71,03) étaient rares et leur incidence était statistiquement comparable entre les groupes.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.