Les traitements des ulcères de jambe chez les personnes atteintes de drépanocytose

Les ulcères de jambe sont une complication chronique chez les personnes vivant avec la drépanocytose. Les ulcères ont tendance à être difficiles à traiter avec succès, guérissant lentement au fil des mois ou des années. Ils peuvent perturber gravement la qualité de vie, accroitre l'invalidité, forcer à une absence prolongée du travail et peser lourdement sur les systèmes de santé. Nous avons cherché à savoir si les traitements pour les ulcères de jambe chez les personnes atteintes de drépanocytose étaient efficaces et sûrs.

Dans cette revue Cochrane, nous avons trouvé six essais contrôlés randomisés totalisant 198 participants avec 250 ulcères. Quatre des essais contrôlés randomisés avaient été réalisés en Jamaïque et deux aux États-Unis.Ces essais portaient sur des médicaments ou des pansements appliqués directement sur l'ulcère (médicaments topiques) et des médicaments administrés par voie orale ou intraveineuse (médicaments systémiques). Compte tenu des modes d'action très différents de ces deux groupes, nous les avons traités séparément tout au long de la revue. Parmi les agents topiques on comptait notamment la crème Solcoseryl®, le pansement matrice de peptides RGD et les antibiotiques topiques.Le Solcoseryl vise à améliorer l'utilisation de l'oxygène par le tissu cutané et à favoriser ainsi la cicatrisation.Les antibiotiques topiques sont également utilisés pour prévenir l'infection. La matrice de peptides RGD est un gel qui favorise la croissance cellulaire. Les interventions systémiques incluent notamment le butyrate d'arginine, la L-carnitine et l'isoxsuprine. Le butyrate d'aginine, administré par voie intraveineuse, est censé accélérer la cicatrisation des plaies, la L-carnitine, administrée par voie orale, est considérée améliorer l'hypoxie tissulaire, et l'isoxsuprine, administrée oralement sous forme de chlorhydrate d'isoxsuprine, est censée élargir les vaisseaux sanguins, augmentant ainsi le flux sanguin vers une blessure affectée.

Un médicament, une intervention topique (matrice de peptides RGD), a réduit la taille de l'ulcère chez les participants traités, en comparaison avec les témoins. Cependant, cet effet doit être interprété avec prudence étant donné le risque élevé de biais dû aux insuffisances liées à ce compte-rendu d'essai.

Les preuves étayant l'utilisation d'interventions pour le traitement de personnes atteintes de drépanocytose et d'ulcère de jambe chronique ne sont pas fortes. Tous les essais cliniques randomisés que nous avons inclus dans cette revue étaient associés à un risque élevé de biais. Cette revue systématique a montré le besoin d'essais randomisés bien conçus et de bonne qualité afin d'évaluer les bénéfices et les inconvénients des interventions visant à améliorer la cicatrisation des ulcères de jambe chez les personnes atteintes de drépanocytose.

Conclusions des auteurs: 

Il y a des preuves qu'une intervention topique (matrice de peptides RGD) réduit la taille de l'ulcère chez les participants traités, en comparaison avec les témoins. Cette preuve d'efficacité est limitée par le risque de biais généralement élevé associé à ces rapports.

Nous avions prévu d'analyser les résultats par groupes génériques : interventions pharmacologiques (systémiques et topiques) et non pharmacologiques (chirurgicales et non chirurgicales). Nous n'avons cependant pas été en mesure de regrouper les résultats en raison de l'hétérogénéité des définitions des critères de résultat et de l'absence de cohérence entre l'unité de randomisation et l'unité d'analyse. Cette hétérogénéité, ainsi que le petit nombre d'essais identifiés, nous a empêchés d'effectuer toute méta-analyse.

Cette revue Cochrane fournit des preuves de l'efficacité d'une intervention topique - la matrice de peptides RGD. Toutefois, cette intervention a été estimée à risque élevé de biais en raison de lacunes dans l'unique rapport d'essai. D'autres études incluses ont également été jugées comme présentant un risque élevé de biais. Nous recommandons au lecteur d'interpréter les résultats des essais avec prudence. Le profil d'innocuité de toutes les interventions n'était pas concluant.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La fréquence des ulcérations cutanées en font un facteur important de la considérable morbidité affectant les personnes atteintes de drépanocytose. De nombreuses options de traitement sont à la disposition des professionnels de la santé, bien qu'on ne sache pas pour quels traitements a été vérifiée l'efficacité chez les personnes atteintes de drépanocytose.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité clinique et l'innocuité des interventions pour le traitement des ulcères de jambe chez les personnes atteintes de drépanocytose.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais sur les hémoglobinopathies du groupe Cochrane sur la mucoviscidose et autres maladies génétiques.

Nous avons cherché dans LILACS (de 1982 à août 2012), l'African Index Medicus (jusqu'à août 2012), ISI Web of Knowledge (de 1985 à août 2012), et le portail de recherche sur les essais cliniques de l'Organisation mondiale de la Santé (août 2012). Nous avons examiné les références bibliographiques de tous les articles identifiés. Nous avons également contacté des groupes ou des personnes susceptibles d'avoir réalisé des essais randomisés pertinents dans ce domaine.

Date des dernières recherches effectuées dans le registre des essais sur les hémoglobinopathies du groupe Cochrane sur la mucoviscidose et autres maladies génétiques : 21 juillet 2014 ; date des dernières recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur les blessures : 18 septembre 2014.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés d'interventions pour le traitement des ulcères de jambe chez les personnes atteintes de drépanocytose, comparativement à un placebo ou à un autre traitement.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont sélectionné indépendamment les études à inclure. Les trois auteurs ont, de manière indépendante, évalué le risque de biais des études incluses et extrait les données.

Résultats principaux: 

Six études remplissaient les critères d'inclusion (198 participants au total avec 250 ulcères). Chaque essai portait sur une intervention différente et, dans cette revue, nous les avons regroupées en interventions pharmacologiques systémiques (L- carnitine, butyrate d'arginine, isoxsuprine) et interventions pharmacologiques topiques (crème Solcoseryl®, pansement de peptides RGD, antibiotiques topiques).Trois interventions avaient rendu compte du changement de taille de l'ulcère (butyrate d'arginine, peptides RGD, L-carnitine). Parmi ceux-ci, la matrice de peptides RGD avait réduit de façon significative la taille de l'ulcère par rapport à un groupe témoin, réduction moyenne de 6,60 cm2 (IC à 95 % de 5,51 à 7,69 ; preuves de très faible qualité). Trois essais avaient rendu compte de l'incidence de la fermeture complète (isoxsuprine, butyrate d'arginine, matrice de peptides RGD ; preuves de qualité faible à très faible). Aucun n'avait rapporté un effet significatif. Aucun essai ne rendait compte du temps nécessaire à la complète cicatrisation de l'ulcère, de la survie sans ulcère après traitement pour les ulcères de jambe de la drépanocytose, de mesures de la qualité de vie ou de l'incidence des amputations. Aucune information n'avait été rapportée sur l'innocuité de ces interventions.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.