Pegloticase contre la goutte chronique

Ce résumé d’une revue systématique Cochrane présente les connaissances actuelles issues de la recherche sur l’effet de la pegloticase sur la goutte chronique. Une étude a été incluse dans cette revue ; elle examinait différentes doses. Cette revue indique que :

-        on ignore si la pegloticase peut améliorer la douleur et la fonction des personnes atteintes de goutte chronique.

Bien qu’il n’y ait pas eu de différence en termes d’amélioration, quelle que soit la dose de pegloticase administrée, l’acide urique a été mieux contrôlé avec la dose de 8 mg toutes les 2 semaines. Parmi les patients n’ayant pas répondu à d’autres médicaments, 90% des patients ont eu des niveaux d’acide urique inférieurs à la normale avec cette dose.

Souvent, nous ne disposons pas d’informations précises concernant les effets secondaires et les effets indésirables. Ceci est particulièrement vrai pour les effets secondaires rares mais graves.  Des effets secondaires potentiels de la pegloticase incluent des calculs rénaux, des douleurs articulaires et de l’anémie.

Qu’est-ce que la goutte et qu’est-ce que la pegloticase ?

La goutte est une inflammation articulaire (arthrite) soudaine et très douloureuse, qui touche généralement le gros orteil. En raison d’une augmentation du niveau d’acide urique dans le sang, puis dans les articulations, des cristaux d’urée se forment au niveau des articulations. Il est alors douloureux de bouger ou même de toucher l'orteil. Une crise de goutte soudaine peut parfois être suivie, des années plus tard, par une goutte chronique qui touche aussi bien les petites que les grandes articulations des mains et des pieds.

La pegloticase fonctionne en transformant les cristaux d’urée en une substance qui ne s’accumulera pas au niveau des articulations. Il permettrait également à l'organisme de traiter les cristaux d'urée qui se sont déjà accumulés dans l'articulation. La pegloticase est un nouveau médicament contre la goutte qui est encore en cours de développement. Cela signifie qu’il est actuellement encore en phase de tests et il n’est pas encore disponible.

Conclusions des auteurs: 

Aucun ECR contrôlé contre placebo, en double aveugle n'a été publié sur la pegloticase. Des preuves supplémentaires sont nécessaires pour évaluer les risques/bénéfices de la pegloticase chez les patients atteints de goutte chronique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La pegloticase est une nouvelle option de traitement potentielle pour les patients atteints de goutte chronique intolérants à d’autres traitements permettant de faire baisser le niveau d’urée.

Objectifs: 

Évaluer la sécurité (événements indésirables, décès) et l’efficacité (douleur, fonction, fréquence des crises, qualité de vie, niveau d’acide urique, dommages radiologiques) de la pegloticase à diverses doses ou par rapport à un placebo ou à d’autres interventions pour le traitement de l’hyperuricémie chez des patients atteints de goutte chronique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté six bases de données : le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), via la librairie Cochrane, Ovid MEDLINE, CINAHL (via EBSCOhost), Ovid SPORTDiscus, EMBASE et Science Citation Index (Web of Science).

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) ou essais cliniques comparatifs publiés comparant diverses doses de pegloticase seule ou de la pegloticase seule ou en association à d’autres médicaments faisant baisser l’urée ou anti-inflammatoires, à un placebo seul ou un placebo en association à ces médicaments, chez des patients souffrant de goutte.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue (AA, JS) ont extrait les données indépendamment des essais inclus, y compris les caractéristiques des essais et des populations, les critères de jugement principaux et secondaires. Pour les résultats dichotomiques et continus, nous avons calculé le rapport de risque et la différence moyenne respectivement, avec un intervalle de confiance de 95%. Les principaux critères de jugement étaient : (a) Efficacité : fréquence des crises de goutte et évolution de l’acide urique dans le sérum ; et (b) sécurité : événements indésirables, événements indésirables graves, arrêts précoces et décès. Les critères de jugement mineurs/secondaires étaient la douleur, l’évaluation globale du patient/médecin, le dépôt de tophus, la qualité de vie liée à la santé, la fonction et la progression radiographique.

Résultats principaux: 

Un seul ECR de phase II, ouvert (n= 41) a satisfait aux critères de sélection. Il comparait diverses doses de pegloticase mais n’incluait pas de comparaison avec un placebo ou un autre traitement. Les patients étaient randomisés dans l'une des quatre doses de pegloticase pendant 12 à 14 semaines (4mg toutes les 2 semaines, 8mg toutes les 2 semaines, 8mg toutes les 4 semaines et 12mg toutes les 4 semaines). Le pourcentage de répondeurs (acide urique sous 6 mg/dl 80% ou plus du temps) dans les quatre groupes de doses ont été de 56%, 88%, 52% et 62%. Le pourcentage de temps sans hyperuricémie (acide urique sous 6 mg/dl) a été de 78%, 92%, 76% et 76%, respectivement. Aucune différence entre les doses n’a été rapportée. Les événements indésirables les plus courants (10% ou plus des patients) ont compris la néphrolithiase, l’arthralgie, l’anémie, la dyspnée, la migraine, des spasmes musculaires, des nausées et la pyrexie. 89% des patients ont rapporté une ou plusieurs crises de gouttes pendant l'étude. La douleur, l’évaluation globale du patient/médecin, la fonction, la qualité de vie, la taille/régression du tophus et la progression radiographique n’ont pas été rapportés dans cette étude.

.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.