Médicaments systémiques pour la prévention de la douleur chronique après la chirurgie

La douleur associée à la chirurgie disparaît généralement entre une et deux semaines après l'intervention, toutefois dans certaines situations, les patients chirurgicaux restent confrontés à une douleur persistante pendant des mois, voire des années après la procédure chirurgicale. Les chercheurs ont étudié l'aptitude de différents traitements médicamenteux à prévenir le développement d'une douleur chronique après la chirurgie et cette revue systématique a évalué les études publiées dans ce domaine. Les études disponibles suggèrent un effet modeste de la kétamine, comparée à un placebo, pour la prévention de la douleur chronique après la chirurgie, toutefois le faible nombre des études a pu entraîner une surestimation de cet effet. Des études portant sur d'autres médicaments tels que la gabapentine et la prégabaline n'ont pas suggéré le même effet préventif. Des études à grande échelle supplémentaires utilisant des méthodes de recherche améliorées sont nécessaires pour identifier plus nettement les traitements qui sont bénéfiques pour la prévention de la douleur postopératoire chronique.

Conclusions des auteurs: 

Des preuves supplémentaires issues d'essais à grande échelle, bien conçus et ayant une meilleure qualité méthodologique sont nécessaires afin d'évaluer plus rigoureusement les interventions pharmacologiques pour la prévention de la douleur chronique après la chirurgie. En outre, les preuves disponibles ne confirment pas l'efficacité de la gabapentine, de la prégabaline, des anti-inflammatoires non stéroïdiens, des stéroïdes par voie intraveineuse, des antagonistes NMDA oraux, de la mexilétine par voie orale, du fentanyl par voie intraveineuse, de la lidocaïne par voie intraveineuse, de la venlafaxine par voie orale ou du monoxyde d'azote par inhalation, pour la prévention de la douleur postopératoire chronique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La douleur chronique peut souvent survenir après la chirurgie, dégradant considérablement la santé et la qualité de vie des patients. Elle est causée par des mécanismes complexes qui ne sont pas encore complètement élucidés. La nature prévisible de la plupart des procédures chirurgicales a permis la conduite d'essais contrôlés randomisés portant sur des interventions pharmacologiques visant à prévenir la douleur postopératoire chronique.

Objectifs: 

Le principal objectif était d'évaluer l'efficacité des médicaments systémiques pour la prévention de la douleur chronique après la chirurgie en examinant la proportion de patients rapportant une douleur trois mois ou plus longtemps après la chirurgie. L'objectif secondaire était d'évaluer l'innocuité des médicaments administrés pour la prévention de la douleur chronique après la chirurgie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons identifié des essais contrôlés randomisés (ECR) de différents médicaments administrés de façon systémique pour la prévention de la douleur chronique après la chirurgie dans CENTRAL, MEDLINE, EMBASE ainsi que par une recherche manuelle dans d'autres revues et registres d'essais. La recherche la plus récente a été effectuée le mercredi 17 juillet 2013.  

Critères de sélection: 

Les études incluses étaient des essais contrôlés contre placebo, randomisés, en double aveugle, impliquant des adultes et ayant évalué un ou plusieurs médicaments administrés de façon systémique avant, pendant ou après la chirurgie, ou les deux, qui ont mesuré la douleur au moins trois mois après la chirurgie.

Recueil et analyse des données: 

Les données recueillies dans chaque étude incluaient le nom du médicament de l'étude, la dose, la voie, l'horaire et la durée d'administration ; la procédure chirurgicale ; la proportion de patients rapportant la moindre douleur trois mois ou plus longtemps après la chirurgie, rapportant une douleur d'au moins 4/10 ou une douleur modérée à sévère trois mois ou plus longtemps après la chirurgie ; et la proportion de participants ayant quitté l'étude en raison d'effets indésirables apparaissant sous traitement.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 40 ECR de différentes interventions pharmacologiques incluant l'administration de : kétamine par voie intraveineuse (14 ECR), gabapentine par voie orale (10 ECR), prégabaline par voie orale (5 ECR), anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) (3 ECR), stéroïdes par voie intraveineuse (3 ECR), antagonistes oraux de la N-méthyl-D-aspartate (NMDA) (3 ECR), mexilétine par voie orale (2 ECR), fentanyl par voie intraveineuse (1 ECR), lidocaïne par voie intraveineuse (1 ECR), venlafaxine par voie orale (1 ECR) et monoxyde d'azote par inhalation (1 ECR). La méta-analyse a suggéré une réduction modeste mais statistiquement significative de l'incidence de la douleur chronique après une chirurgie suivant un traitement par kétamine mais pas pour la gabapentine ou la prégabaline. Les résultats obtenus avec la kétamine doivent être interprétés avec prudence puisque la plupart des essais inclus avaient un faible effectif (à savoir < 100 participants par bras de traitement), ce qui a pu entraîner la surestimation de l'effet du traitement.

Notes de traduction: 

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.