La palipéridone palmitate pour le traitement de la schizophrénie

La palipéridone palmitate est une formulation intramusculaire à action prolongée de la palipéridone, un métabolite actif de la rispéridone qui n'était précédemment disponible qu'en formulation orale. Nous avons évalué l'efficacité, les effets indésirables et l'innocuité de la palipéridone palmitate dans le traitement des personnes atteintes de schizophrénie ou de maladies de type schizophrénique. Dans les études à court terme, la palipéridone palmitate est un antipsychotique plus efficace que le placebo. Les effets indésirables de la palipéridone palmitate sont semblables à ceux de la palipéridone orale, de la rispéridone orale et de la rispéridone injectable à action prolongée. Dans deux études à court terme, la palipéridone palmitate dosée avec souplesse est à peu près équivalente, pour ce qui concerne l'efficacité et la tolérance, à la rispéridone injectable à action prolongée dosée avec souplesse.

Conclusions des auteurs: 

Dans les études à court terme, la palipéridone palmitate est un antipsychotique plus efficace que le placebo. Nous avons constaté que ses effets indésirables étaient semblables à ceux des composés qui lui sont apparentés, la palipéridone et la rispéridone ; les troubles extrapyramidaux, le gain de poids et la tachycardie étaient tous plus fréquents avec la palipéridone palmitate qu'avec un placebo. Bien qu'aucune différence n'ait été observée dans l'incidence des conséquences sexuelles indésirables rapportées, la palipéridone palmitate est associée à des augmentations substantielles de la prolactine sérique. Lorsque dosée avec souplesse, avec des doses moyennes d'environ 70 à 110 mg toutes les quatre semaines, la palipéridone palmitate semble comparable, pour ce qui est de l'efficacité et de la tolérance, à la rispéridone injectable à action prolongée dosée avec souplesse, avec des doses moyennes d'environ 35 mg toutes les deux semaines.  

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La palipéridone palmitate, une formulation intramusculaire à action prolongée de la palipéridone, est maintenant disponible pour utilisation clinique. La palipéridone est un métabolite actif de la rispéridone et elle est également disponible en formulation orale pour un usage quotidien.

Objectifs: 

Comparer les effets de la palipéridone palmitate avec tout autre traitement pour les personnes souffrant de schizophrénie et de maladies de type schizophrénique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre du groupe Cochrane sur la schizophrénie (novembre 2009) et passé au crible les bibliographies des études identifiées afin de trouver d'autres essais cliniques. Nous avons contacté les fabricants de la palipéridone palmitate, la Food and Drug Administration américaine et les auteurs de certains essais afin d'obtenir des données supplémentaires.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR).

Recueil et analyse des données: 

Nous avons, de manière indépendante, sélectionné et évalué de façon critique les études, extrait les données et analysé en intention de traiter. Lorsque cela était possible et approprié, nous avons calculé le risque relatif (RR) et son intervalle de confiance (IC) à 95 % avec la statistique du nombre de sujets à traiter pour observer un bénéfice (NST) ou pour nuire (NNN). Pour les variables continues nous avons calculé la différence moyenne (DM).

Résultats principaux: 

Cinq études comptant 2 215 participants avaient comparé la palipéridone palmitate à un placebo. Les personnes randomisées à la palipéridone palmitate avaient moins quitté prématurément les études (n = 2 183 , 5 ECR ; RR 0,76 , IC 0,70 à 0,84 ; NST 9 , IC 7 à 14) et celles ayant reçu une dose quelconque de palipéridone palmitate étaient significativement moins susceptibles de ne montrer aucune amélioration de leur état global (n = 1 696 , 4 ECR ; RR 0,79 , IC 0,74 à 0,85 ; NST 7 , IC 5 à 9). Dans un essai unique spécifiquement conçu pour étudier la récidive, les personnes randomisées à la palipéridone palmitate étaient moins susceptibles de connaître une récidive de la psychose (n = 312 , 1 ECR ; RR 0,28 ; IC 0,17 à 0,48 ; NST 5 , IC 4 à 6) que celles assignées au placebo. Dans les autres études, où la récidive n'était enregistrée que comme événement indésirable, nous avons constaté que les gens ayant reçu de la palipéridone palmitate étaient également moins susceptibles de connaître une récurrence des symptômes psychotiques (n = 1 837 , 4 ECR ; RR 0,55 , IC 0,44 à 0,68 ; NST 10 , IC 8 à 14). La palipéridone palmitate était associée à moins de compte-rendus d'agitation ou d'agressivité (n = 2 180 , 5 ECR ; RR 0,65 , IC 0,46 à 0,91 ; NST 39 , IC 25 à 150) et d'utilisation d'anxiolytiques (n = 2 170 , 5 ECR ; RR 0,89 , IC 0,83 à 0,96 ; NST 16 , IC 11 à 44). Une élévation systématique et significative de la prolactine sérique (ng / mL) avait été observée tant chez les hommes que chez les femmes recevant de la palipéridone palmitate, mais les données étaient trop hétérogènes pour être regroupées. Nous n'avons trouvé aucunes données de dysfonctionnement sexuel dans ces essais à court terme. Les personnes recevant de la palipéridone palmitate avaient pris significativement plus de poids (n = 2 052 , 5 ECR ; DM 1,34 , IC 0,97 à 1,70) que celles ayant reçu un placebo.

Deux études totalisant 1 969 participants avaient comparé la palipéridone palmitate dosée avec souplesse à la rispéridone injectable à action prolongée dosée avec souplesse. Les doses moyennes de palipéridone palmitate dans ces essais étaient de 73,3 et 104,6 mg toutes les quatre semaines, comparées à la rispéridone injectable à action prolongée à des doses moyennes, respectivement, de 35,3 et 31,7 mg toutes les deux semaines. Nous n'avons trouvé aucune différence entre la palipéridone palmitate et la rispéridone injectable à action prolongée pour ce qui est de l'abandon prématuré de ces études pour une raison quelconque (n = 1 969 , 2 ECR ; RR 1,12 , IC 1,00 à 1,25). Ceux recevant de la palipéridone palmitate étaient statistiquement plus susceptibles de subir une récurrence des symptômes psychotiques que ceux recevant de la rispéridone injectable à action prolongée (n = 1 961 , 2 ECR ; RR 1,23 , IC 0,98 à 1,53). Bien que nous n'ayons trouvé aucune différence significative de mortalité dans les essais regroupées (n = 1 967 , 2 ECR ; RR 3,62 , IC 0,60 à 21,89), nous notons que six décès au total sont survenus dans ces deux essais, cinq décès chez les personnes ayant reçu la palipéridone palmitate et un décès chez celles ayant reçu la rispéridone injectable à action prolongée. Bien que le décès soit le plus grave des événements indésirables, le petit nombre de ces événements dans ces essais fait qu'il est difficile de savoir si cette observation est significative. Nous avons constaté que les participants randomisés dans ces essais à la palipéridone palmitate étaient significativement moins susceptibles d'utiliser des médicaments anticholinergiques (n = 1 587 , 2 ECR ; RR 0,67 , IC 0,55 à 0,82 ; NST 13 , IC 10 à 24).

Nous n'avons pas trouvé de données sur la palipéridone palmitate relatives à l'utilisation de services, à la qualité de vie, au comportement, à la satisfaction des patients, au fonctionnement cognitif ou au coût.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.