Traitements ayurvédiques pour le diabète sucré:

Les personnes atteintes de diabète et d'autres maladies chroniques utilisent souvent des médecines complémentaires et alternatives. Cette revue examine l'efficacité et l'innocuité de divers traitements ayurvédiques pour le diabète sucré. Nous avons trouvé sept essais qui comprenaient au total 354 participants (172 sous traitement, 158 en groupe témoin, 24 qui n'ont pu être classés). Toutes ces études incluaient des adultes atteints de diabète sucré de type 2. Six études avaient testé cinq différents types de mélanges d'herbes (médicaments de marques) et un seul traitement avait testé un traitement ayurvédique systémique. La durée du traitement variait entre trois et six mois. Les études sur les mélanges d'herbes vendus sous les noms de Diabecon, Inolter et Cogent DB (une étude pour chacun) ont constaté des niveaux d'hémoglobine glycosylée A1c (HbA1c) nettement inférieurs à la fin de la période de traitement par rapport aux groupes témoin. Deux études sur le Diabecon, et une étude sur le Cogent DB (mélanges d'herbes de leurs marques respectives) ont observé des niveaux de glycémie à jeun significativement plus bas à la fin de la période d'étude dans le groupe sous traitement. Aucun décès n'a été observé dans ces essais et les effets secondaires ne différaient pas significativement entre les groupes d'intervention et témoin. Une étude sur le Pancreas tonic n'a pas fait état de changement important dans la qualité de vie liée à la santé. Aucune étude n'a rendu compte, ou n'était conçue pour enquêter sur les complications diabétiques, les décès de toute origine ou les coûts. Malgré des résultats positifs dans certaines études et l'absence d'effets secondaires graves, des conclusions définitives ne peuvent pas être tirées en raison de la faiblesse des méthodes utilisées et du petit nombre de participants dans les études évaluées. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer l'efficacité de ces traitements. Les médecins ayurvédiques utilisent généralement un mélange de différentes herbes médicinales ou de préparations exclusives conjointement à un régime, à de l'exercice physique et à tout ce qui touche au mode de vie. Les traitements sont généralement individualisés et prennent en compte l'équilibre de trois 'doshas'. Il est possible que les interventions dans les essais analysés n'aient pas reproduit la pratique ayurvédique réelle mais seulement évalué individuellement certains de ses composants.

Conclusions des auteurs: 

Bien que l'utilisation de certains mélanges d'herbes ait produit des effets hypoglycémiants significatifs, nous sommes incapables de tirer des conclusions définitives concernant leur efficacité en raison de déficiences méthodologiques et de la petite taille des échantillons. Bien qu'aucun effet indésirable significatif n'ait été signalé, on manque à l'heure actuelle de preuves pour recommander l'utilisation de ces interventions dans la pratique clinique courante et des études supplémentaires sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les patients atteints de diabète utilisent fréquemment des médicaments complémentaires et parallèles comme les médicaments ayurvédiques et il est donc important de déterminer leur efficacité et leur innocuité.

Objectifs: 

Évaluer les effets des traitements ayurvédiques pour le diabète sucré.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons mené une recherche dans The Cochrane Library (numéro 10, 2011), MEDLINE (jusqu'au 31 août 2011), EMBASE (jusqu'au 31 août 2011), AMED (jusqu'au 14 octobre 2011), la base de données des essais randomisés en Asie du Sud (jusqu'au 14 octobre 2011), la base de données de la littérature grise (OpenSigle, jusqu'au 14 octobre 2011) et des bases de données d'essais en cours (jusqu'au 14 octobre 2011). De plus nous avons effectué des recherches manuelles dans plusieurs revues et dans les bibliographies d'essais potentiellement pertinents.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais randomisés d'une durée minimale de deux mois portant sur des interventions ayurvédiques pour le diabète sucré. Des participants des deux sexes, de tous âges et souffrant de tout type de diabète ont été inclus, indépendamment de l'ancienneté du diabète, du traitement antidiabétique, de la comorbidité ou de complications liées au diabète.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont extrait les données de façon indépendante. Le risque de biais des essais a été évalué comme indiqué dans le Manuel Cochrane pour les revues systématiques d'interventions..

Résultats principaux: 

Seuls les résultats d'un nombre limité d'études ont pu être combinés, compte tenu des différents types d'interventions et de la qualité variable des données. Nous avons trouvé six essais sur des mélanges d'herbes particuliers et un essai sur un traitement ayurvédique systémique. Ces études ont recruté 354 participants (172 sous traitement, 158 en groupe témoin, 24 d'assignation inconnue). La durée du traitement variait entre 3 et 6 mois. Toutes ces études incluaient des adultes atteints de diabète sucré de type 2.

En ce qui concerne nos critères primaires de résultat, des diminutions significatives de l'hémoglobine A1c glycosylée (HbA1c), de la glycémie à jeun (FBS) ou des deux ont été observées avec le Diabecon, l'Inolter et le Cogent DB comparés à un placebo ou à l'absence de traitement complémentaire, tandis qu'aucune réponse hypoglycémique significative n'a été trouvée avec le Pancreas tonic ou l'Hyponidd. L'étude sur le traitement ayurvédique systémique n'a pas fourni de données sur les valeurs d'HbA1c et de FBS. Une étude sur le traitement au Pancreas tonic n'a pas détecté de changement important dans la qualité de vie liée à la santé. Les principaux effets indésirables signalés étaient l'hypersensibilité médicamenteuse (une étude, un patient dans le bras de traitement), des épisodes hypoglycémiques (une étude, un participant dans le bras de traitement ; aucun ne souffrait d'hypoglycémie grave) et des effets secondaires gastro-intestinaux dans une étude (1 sur 20 dans le groupe d'intervention et 0 participants sur 20 dans le groupe témoin). Aucune des études incluses n'a rendu compte de cas de décès ou de toxicité rénale, hématologique ou hépatique.

En ce qui concerne nos critères secondaires, la glycémie post prandiale (GPP) était plus faible chez les participants traités au Diabecon, inchangée pour l'Hyponidd et plus élevée chez les patients traités au Cogent DB. Le traitement au Pancreas tonic et à l'Hyponidd n'avait pas affecté significativement le profil lipidique, tandis que les patients traités à l'Inolter avaient un cholestérol HDL significativement plus élevé et un cholestérol LDL significativement plus bas, ainsi que moins de triglycérides. Les participants traités au Cogent DB avaient également un cholestérol total inférieur et moins de triglycérides..

Les études sur le traitement au Diabecon ont fait état d'une augmentation des niveaux d'insuline à jeun ; une étude sur le traitement au Diabecon faisait état de niveaux plus élevés d'insuline stimulée et de taux de peptide C à jeun dans le groupe de traitement. Il n'y avait pas de différence significative dans le taux de peptide C stimulée et à jeun et dans les niveaux d'insuline avec les traitements à l'Hyponidd, au Cogent DB et au Pancreas tonic. L'étude sur l'Inolter n'avait pas évalué ces critères.

Aucune étude n'a rendu compte, ou n'était conçue pour enquêter sur les complications diabétiques, les décès de toute origine et les données économiques

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.