Les corticostéroïdes pour le traitement du syndrome HELLP au cours de la grossesse

La pré-éclampsie est une complication grave de la grossesse et se caractérise par une hypertension artérielle associée à des protéines dans l'urine et parfois à l'apparition de crises convulsives (crises). Le syndrome HELLP est une forme particulièrement sévère de la pré-éclampsie qui peut porter préjudice à la fonction hépatique et à la coagulation sanguine, et réduire le nombre de plaquettes. Le syndrome HELLP peut être diagnostiqué au cours de la grossesse ou après l'accouchement, et il est associé à une mauvaise santé de la mère, notamment à un hématome, une rupture ou une insuffisance du foie ; un œdème pulmonaire ; une insuffisance rénale et un décès. La santé de l'enfant peut également être mauvaise, principalement en raison d'une naissance prématurée et d'une restriction de croissance. La présente revue a examiné l'effet du traitement des femmes présentant un syndrome HELLP avec des corticostéroïdes (qui peuvent réduire l'inflammation). Les résultats de cette revue n'indiquaient pas un effet clair sur la santé des femmes enceintes lorsqu'elles étaient traitées par corticostéroïdes, ni sur la santé de leurs bébés. Les corticostéroïdes semblaient améliorer certains résultats des analyses sanguines des femmes, mais l'on ignore si c'était au profit de leur santé générale. La revue a identifié 11 essais contrôlés randomisés portant sur 550 femmes qui comparaient l'administration de corticostéroïdes (dexaméthasone, bétaméthasone ou prednisolone) au cours de la grossesse, juste après l'accouchement ou pendant la période postnatale, ou aussi bien avant qu'après la naissance, à un placebo ou à l'absence de traitement. Deux essais supplémentaires ont montré qu'il n'existait aucune différence claire entre la dexaméthasone et la bétaméthasone sur les résultats cliniques importants pour les femmes ou leurs bébés. La dexaméthasone améliorait la numération plaquettaire maternelle et certaines mesures biochimiques dans une plus grande mesure que la bétaméthasone.

Conclusions des auteurs: 

Aucune preuve claire n'a été établie quant à un quelconque effet des corticostéroïdes sur les résultats cliniques importants. Les femmes recevant des stéroïdes présentaient des améliorations significativement plus importantes de la numération plaquettaire, qui était plus élevée pour celles recevant de la dexaméthasone que pour celles recevant de la bétaméthasone. À ce jour, il n'existe pas suffisamment de preuves de bénéfices en termes de résultats cliniques importants pour étayer l'utilisation en routine des stéroïdes pour la gestion du syndrome HELLP. L'utilisation de corticostéroïdes peut être justifiée dans les cas cliniques dans lesquels une vitesse de rétablissement accrue de la numération plaquettaire est considérée comme intéressante d'un point de vue clinique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La pré-éclampsie est une complication relativement courante de la grossesse. Le syndrome HELLP (hémolyse, enzymes hépatiques élevées et diminution des plaquettes) est une manifestation sévère de la pré-éclampsie et il est associé à une morbidité et une mortalité importantes chez les femmes enceintes et leurs enfants. Les corticostéroïdes sont couramment utilisés dans le traitement du syndrome HELLP car on pense qu'ils améliorent les résultats.

Objectifs: 

Déterminer les effets des corticostéroïdes sur les femmes présentant un syndrome HELLP et leurs enfants.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (30 juin 2010).

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés comparant tout corticostéroïde à un placebo, à l'absence de traitement, ou à l'administration d'un autre médicament ; ou comparant un corticostéroïde à un autre corticostéroïde ou à une autre posologie chez les femmes présentant un syndrome HELLP.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante.

Résultats principaux: 

Onze essais (550 femmes) comparaient les corticostéroïdes à un placebo ou à l'absence de traitement. On n'a observé aucune différence de risque de décès maternel (risque relatif (RR) 0,95, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,28 à 3,21), décès maternel ou morbidité maternelle sévère (RR 0,27, IC à 95 % 0,03 à 2,12), ou décès périnatal/infantile (RR 0,64, IC à 95 % 0,21 à 1,97). Le seul effet clair du traitement sur les résultats individuels était l'amélioration de la numération plaquettaire (différence moyenne standardisée (DMS) 0,67, IC à 95 % 0,24 à 1,10). L'effet sur la numération plaquettaire était particulièrement marqué chez les femmes qui commençaient le traitement pendant la période prénatale (DMS 0,80, IC à 95 % 0,25 à 1,35).

Deux essais (76 femmes) comparaient la dexaméthasone à la bétaméthasone. Aucune différence claire n'a été constatée entre les groupes en termes de décès périnatal/infantile (RR 0,95, IC à 95 % 0,15 à 6,17) ou de morbidité périnatale/infantile sévère ou de décès (RR 0,64, IC à 95 % 0,27 à 1,48). Le décès maternel et la morbidité maternelle sévère n'étaient pas rapportés. Quant à la numération plaquettaire, la dexaméthasone était plus efficace que la bétaméthasone (DM 6,02, IC à 95 % 1,71 à 10,33), aussi bien lorsque le traitement commençait pendant la période prénatale (DM 8,10, IC à 95 % 6,23 à 9,97) que pendant la période postnatale (DM 3,70, IC à 95 % 0,96 à 6,44).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.