Les interventions visant à augmenter et à maintenir les taux de vaccination dans les pays à revenu faible et intermédiaire

Quel est l'objectif de cette revue ?

L'objectif de cette revue Cochrane était d'évaluer l'effet des différentes stratégies visant à augmenter le nombre d'enfants vaccinés dans les pays à revenu faible et intermédiaire pour prévenir l'apparition de maladies infectieuses. Les chercheurs de Cochrane ont recueilli et analysé toutes les études pertinentes afin de répondre à cette question, et ont trouvé 14 études pertinentes.

Les stratégies visant à améliorer les taux de vaccination chez les enfants fonctionnent-elles ?

Offrir des informations sur la vaccination aux parents et aux membres de la communauté, offrir des cartes aide-mémoire spécialement conçues pour la vaccination, offrir les vaccins au travers des immunisations régulières de proximité avec et sans incitatifs pour les ménages (récompenses), identifier les enfants non vaccinés dans le cadre de visites à domicile puis les référer à des cliniques de santé, et intégrer les services de vaccination à d'autres services, peut conduire à une augmentation du nombre d'enfants vaccinés. Cependant, offrir de l'argent aux parents pour vacciner leurs enfants pourrait ne pas améliorer la participation à la vaccination. La plupart de ces résultats étaient basés sur des preuves de faible qualité, et il est ainsi nécessaire de réaliser d'autres recherches bien réalisées dans ce domaine.

Qu'est-ce qui a été étudié dans la revue ?

Des millions d'enfants dans les pays à revenu faible et intermédiaire continuent de mourir suite à des maladies qui pourraient être prévenues par des vaccins. Il existe un certain nombre de raisons expliquant cela. Les gouvernements et de multiples autres intervenants ont essayé différentes stratégies visant à augmenter le nombre d'enfants vaccinés.

Quels sont les principaux résultats de la revue ?

Les auteurs de la revue ont trouvé 14 études pertinentes provenant de Géorgie, du Ghana, du Honduras, d'Inde, du Mali, du Mexique, du Nicaragua, du Népal, du Pakistan et du Zimbabwe. Les études ont comparé les personnes bénéficiant de ces stratégies aux personnes qui ne recevaient que les services de santé habituels. Les études ont montré ce qui suit :

Offrir des informations et discuter de la vaccination avec les parents et d'autres membres de la communauté dans les réunions du village ou à domicile entraîne probablement une augmentation du nombre d'enfants recevant trois doses du vaccin diphtérie-tétanos-coqueluche (preuves de qualité modérée).

Offrir des informations aux parents quant à l'importance de la vaccination lors des visites dans les cliniques de santé combiné à des cartes aide-mémoire spécialement conçues pour les participants et l'intégration des services de vaccination à d'autres services de santé peuvent améliorer la prisa vaccinale de trois doses de vaccin diphtérie-tétanos-coqueluche (preuves de faible qualité).

Offrir de l'argent aux parents à condition qu'ils vaccinent leurs enfants pourrait n'avoir que peu ou pas d'effet sur le nombre d'enfants qui sont totalement vaccinés (preuves de faible qualité).

Recourir à des équipes mobiles de vaccination pour offrir la vaccination dans des villages à des intervalles mensuels fixes peut améliorer le nombre de personnes ayant une couverture vaccinale complète (preuves de faible qualité).

Cette revue est-elle à jour ?

Les auteurs de la revue ont recherché des études ayant été publiées jusqu'en mai 2016.

Conclusions des auteurs: 

Offrir aux parents et aux autres membres de la communauté des informations sur l'immunisation, l'éducation à la santé dans des cliniques en combinaison avec des cartes aide-mémoire spécialement conçues pour la vaccination, les programmes de sensibilisation réguliers à l'immunisation avec et sans incitatifs pour les ménages, les visites à domicile, et l'intégration de l'immunisation à d'autres services pourraient améliorer la couverture vaccinale des enfants dans les PRFI. La plupart des preuves étaient de faible qualité, ce qui implique une probabilité élevée que l'effet réel des interventions soit sensiblement différent. Il est donc nécessaire de réaliser d'autres ECR bien menés afin d'évaluer les effets des interventions visant à améliorer la couverture vaccinale des enfants dans les PRFI.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'immunisation est une stratégie de santé publique majeure pour améliorer la survie des enfants, non seulement en luttant directement contre les maladies clés qui tuent les enfants, mais également en fournissant une plateforme pour d'autres services de santé. Cependant, chaque année, des millions d'enfants dans le monde, principalement dans les pays à revenu faible et intermédiaire (PRFI), ne reçoivent pas l'intégralité de la série de vaccins de leurs programmes nationaux de vaccination systématique. Cet article est une mise à jour de la revue Cochrane publiée en 2011 et se concentre sur les interventions pour améliorer la couverture vaccinale des enfants dans les PRFI.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des stratégies d'intervention visant à augmenter et à maintenir la couverture vaccinale des enfants dans les PRFI.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) 2016, numéro 4, qui fait partie de The Cochrane Library, y compris le groupe Cochrane sur l'efficacité des pratiques et l'organisation des soins (EPOC) (recherche effectuée le 12 mai 2016), MEDLINE In-Process and Other Non-Indexed Citations, MEDLINE Daily et MEDLINE (de 1946 jusqu'à aujourd'hui), OvidSP (recherche effectuée le 12 mai 2016), CINAHL (de 1981 à aujourd'hui), EbscoHost (recherche effectuée le 12 mai 2016), Embase (de 1980 à la 34ème semaine de l'année 2014), OvidSP (recherche effectuée le 2 septembre 2014), LILACS, VHL (recherche effectuée le 2 septembre 2014), Sociological Abstracts (de 1952 jusqu'à maintenant), ProQuest (recherche effectuée le 2 septembre 2014). Nous avons effectué une recherche des références bibliographiques pour toutes les études incluses dans Science Citation Index et Social Sciences Citation Index (de 1975 à aujourd'hui), dans Emerging Sources Citation Index (de 2015 jusqu'à aujourd'hui) et dans ISI Web of Science (recherche effectuée le 2 juillet 2016). Nous avons également effectué des recherches dans deux registres d'essais cliniques : l'ICTRP et ClinicalTrials.gov (recherche effectuée le 5 juillet 2016).

Critères de sélection: 

Les études éligibles étaient les essais contrôlés randomisés (ECR), les essais contrôlés non randomisés, les études contrôlées avant-après et les séries chronologiques interrompues menés dans des PRFI impliquant des enfants âgés de zéro à quatre ans, des proches-aidants et des prestataires de soins.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons indépendamment examiné les résultats de la recherche, passé en revue les textes complets des articles potentiellement éligibles, évalué le risque de biais et extrait les données en double ; les divergences ont été résolues par consensus. Nous avons ensuite effectué des méta-analyses à effets aléatoires et utilisé l'approche GRADE pour évaluer la qualité des preuves.

Résultats principaux: 

Quatorze études (10 ECR en grappes et quatre ECR individuels) répondaient à nos critères d'inclusion. Ces essais ont été réalisés en Géorgie (une étude), au Ghana (une étude), au Honduras (une étude), en Inde (deux études), au Mali (une étude), au Mexique (une étude), au Nicaragua (une étude), au Népal (une étude), au Pakistan (quatre études) et au Zimbabwe (une étude). Une étude présentait un risque de biais incertain, et 13 présentaient un risque élevé de biais. Les interventions évaluées dans les études incluaient l'éducation à la santé communautaire (trois études), l'éducation à la santé dans des cliniques (trois études), des incitatifs pour les ménages (trois études), des sessions d'immunisation régulières (une étude), des visites à domicile (une étude), une supervision de soutien (une étude), des campagnes d'information (une étude), et l'intégration des services d'immunisation avec le traitement préventif intermittent du paludisme (une étude).

Nous avons trouvé des preuves de qualité modérée indiquant que l'éducation à la santé durant les réunions de village ou à domicile améliore probablement la couverture aux trois doses du vaccin diphtérie-tétanos-coqueluche (DTP3 : risque relatif (RR) 1,68, intervalle de confiance à 95 % (IC) 1,09 à 2,59). Nous avons également trouvé des preuves de faible qualité indiquant que l'éducation à la santé dans des cliniques et des cartes aide-mémoire spécialement conçues pour la vaccination pourraient améliorer la couverture au DTP3 (RR 1,50, IC à 95 % 1,21 à 1,87). Les incitatifs financiers pour les ménages pourraient n'avoir que peu ou pas d'effet sur la couverture vaccinale complète (RR 1,05, IC à 95 % 0,90 à 1,23, preuves de faible qualité). Les programmes d'immunisation réguliers peuvent améliorer la couverture vaccinale complète (RR 3,09, IC à 95 % 1,69 à 5,67, preuves de faible qualité) et pourraient être améliorés de manière substantielle lorsqu'ils sont combinés à des incitatifs pour les ménages (RR 6,66, IC à 95 % 3,93 à 11,28, preuves de faible qualité). Les visites à domicile pour identifier les enfants non vaccinés et les adresser à des cliniques de santé peuvent améliorer le recours aux trois doses de vaccin antipoliomyélitique par voie orale (RR 1,22, IC à 95 % 1,07 à 1,39, preuves de faible qualité). Il y avait des preuves de faible qualité indiquant que l'intégration de l'immunisation à d'autres services pourrait améliorer la couverture au DTP3 (RR 1,92, IC à 95 % 1,42 à 2,59).

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.