Le daclizumab (Zenapax) est un médicament immunosuppresseur, dont l'efficacité chez les patients atteints de sclérose en plaques (SEP) mérite quelque attention

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les anticorps monoclonaux tels que le daclizumab pourraient constituer une immunothérapie alternative au traitement à l'interféron bêta chez les patients atteints de SEP. Cette revue visait à évaluer l'efficacité et l'innocuité du daclizumab, seul ou combiné à d'autres traitements, pour la SEP récurrente-rémittente. De toute la littérature pertinente, une seule étude remplissait les critères de qualité méthodologique pour inclusion, avec un total de 230 participants. En comparaison avec un placebo, le daclizumab à dose élevée peut diminuer significativement le nombre de lésions cérébrales nouvelles ou agrandies. Le daclizumab est en général bien toléré et les événements indésirables les plus fréquents consistaient en infections, résolues à l'aide de thérapies standard. Toutefois, les preuves sur lesquelles pourrait se fonder une recommandation sont faibles en raison de l'insuffisance des données ; d'autres études sont nécessaires pour mieux évaluer l'efficacité et l'innocuité du daclizumab.

Conclusions des auteurs: 

Le daclizumab est bien toléré dans la population souffrant de sclérose en plaques et traitée avec de l'interféron bêta. En comparaison avec un placebo, le daclizumab à dose élevée peut diminuer significativement le nombre de lésions cérébrales nouvelles ou agrandies au contraste amélioré par gadolinium. Toutefois, les preuves sont insuffisantes pour justifier une recommandation. De nouveaux essais contrôlés bien conçus, randomisés (ECR) ou croisés, seront nécessaires pour évaluer l'efficacité et l'innocuité du daclizumab.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le traitement anti-CD25 au daclizumab semble être efficace chez les patients atteints de sclérose en plaques rémittente-récurrente (SEP-RR) pour ce qui concerne les résultats cliniques et l'observation IRM. En outre, il n'y a pas à ce jour de problèmes de sécurité graves découlant des tests cliniques.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité du daclizumab pour la progression clinique des patients atteints de sclérose en plaques rémittente-récurrente.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la sclérose en plaques et les maladies rares du système nerveux central (février 2012), MEDLINE (de janvier 1966 à février 2012), EMBASE (de janvier 1985 à février 2012). Simultanément, nous avons cherché manuellement les références citées dans les rapports d'essais identifiés (février 2012) des plus importantes associations neurologiques et sociétés de SEP. Des contacts ont été établis avec des chercheurs participant à des essais sur le daclizumab.

Critères de sélection: 

Tous les essais cliniques contrôlés randomisés (ECR) évaluant le daclizumab, seul ou combiné avec d'autres traitements, versus placebo ou tout autre traitement pour les patients atteints de SEP-RR.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué de manière indépendante les références bibliographies trouvées en vue de leur éventuelle inclusion. Tout désaccord sur une inclusion a été résolu par consensus. Nous avons contacté des auteurs d'études afin d'obtenir des informations complémentaires. Dans les essais, nous avons recueilli des informations sur les effets indésirables.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 470 références bibliographiques dans l'ensemble des bases de données électroniques ayant fait l'objet d'une recherche, en excluant les doublons. Après avoir passé au crible les titres et les résumés, les articles complets de 10 études ont été obtenus et leur éligibilité a été évaluée. Un essai en cours supplémentaire a été trouvé. Un seul essai (230 participants) a été inclus, qui avait évalué l'efficacité du daclizumab par rapport au placebo chez des patients traités par interféron bêta. L'étude a été jugée de bonne qualité. Aucune différence significative n'a été trouvée au niveau de l'évolution du degré d'invalidité élargi et du taux de rechute annualisé, entre les groupes de traitement et placebo. Aucune différence significative n'a été trouvée en fin de compte entre tous les groupes concernant les événements indésirables courants. Le nombre moyen de lésions nouvelles ou agrandies, au contraste amélioré par gadolinium, avait significativement diminué dans le groupe à interféron bêta et à dose élevée de daclizumab, en comparaison avec le groupe à interféron bêta et placebo.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.