Triptans pour l'algie vasculaire aiguë de la face

L’algie vasculaire de la face se caractérise par des maux de tête insoutenables d'une intensité sévère. Ils peuvent durer plusieurs heures, sont généralement localisés d'un seul côté de la tête et touchent davantage les hommes que les femmes. Des maux de tête multiples peuvent survenir sur une période de plusieurs jours. Il est important que la douleur soit rapidement soulagée en raison de sa nature sévère dans le cas de l’algie vasculaire de la face.

Les triptans sont un type de médicament utilisé pour traiter la migraine. Bien que la migraine soit différente de l’algie vasculaire de la face, il y a lieu de croire que certaines formulations de ces médicaments pourraient être utiles dans le cas de l’algie vasculaire de la face. Les triptans peuvent être administrés par injection sous la peau (par voie sous-cutanée) ou par pulvérisation dans le nez (par voie intranasale) pour soulager rapidement la douleur.

La revue a relevé six études portant sur deux triptans différents. Le nombre de participants aux études était limité. Dans les 15 minutes qui ont suivi l'administration sous-cutanée de 6 mg de sumatriptan, près de 8 participants sur 10 ne présentaient que de légères douleurs et 5 participants sur 10 ne ressentaient plus aucune douleur. Dans les 15 minutes qui ont suivi l'administration de 5 mg de zolmitriptan par voie intranasale, près de 3 participants sur 10 ne présentaient que de légères douleurs et 1 participant sur 10 ne ressentait plus aucune douleur. Les effets indésirables étaient plus fréquents avec un triptan qu'avec un placebo, mais ils étaient généralement d'intensité légère à modérée.

L’algie vasculaire de la face est un syndrome affreux à subir. D'autres recherches visant à améliorer l’approvisionnement de médicaments pour soulager la douleur plus rapidement et pour un plus grand nombre de patients seraient les bienvenues.

Conclusions des auteurs: 

D'après des données limitées, l’administration sous-cutanée de sumatriptan à une dose de 6 mg était supérieure au zolmitriptan administré par voie intranasale à une dose de 5 ou 10 mg pour les soulagements rapides (15 minutes) qui sont importants dans le cas de cette affection. L'administration par voie orale n’est pas appropriée.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Ceci est une version mise à jour de la revue Cochrane originale publiée dans le numéro 4, 2010 (Law 2010). L’algie vasculaire de la face est une affection rare, particulièrement douloureuse et invalidante qui se manifeste par une survenue rapide. Les options de traitement approuvées sont limitées ; le traitement de première intention comprend l'oxygène inhalé. D'autres thérapies comme la lignocaïne intranasale et l'ergotamine ne sont pas aussi couramment utilisées et sont moins bien étudiées. Les triptans sont utilisés avec succès pour traiter les crises de migraine et ils pourraient également être utiles pour l’algie vasculaire de la face.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et la tolérance de la classe des triptans comparativement au placebo et à d'autres interventions actives dans le traitement aigu de l’algie vasculaire de la face épisodique et chronique chez les patients adultes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), dans MEDLINE, EMBASE, ClinicalTrials.gov et dans les listes de référence pour les études réalisées depuis le lancement jusqu’au 22 janvier 2010 pour la revue originale, et entre 2009 et le 4 avril 2013 pour cette mise à jour.

Critères de sélection: 

Les études randomisées, en double aveugle et contrôlées par placebo portant sur les triptans pour le traitement aigu des épisodes d'algie vasculaire de la face.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de revue ont évalué la qualité des études et en ont extrait des données indépendamment l’un de l’autre. Le nombre de participants présentant différents niveaux de soulagement de la douleur, nécessitant des médicaments de secours et ayant subi des événements indésirables et des symptômes associés aux maux de tête dans les groupes de traitement et de contrôle, a été utilisé pour calculer le risque relatif et le nombre de sujets à traiter pour un bénéfice (NST) et un préjudice (NNH) supplémentaires.

Résultats principaux: 

Les nouvelles recherches effectuées en 2013 n'ont pas permis d'identifier de nouvelles études pertinentes.

Les six études incluses utilisaient une dose unique de triptan pour traiter une crise avec une intensité de la douleur allant de modéré à sévère. Du sumatriptan sous-cutané a été administré à 131 participants à une dose de 6 mg et à 88 participants à une dose de 12 mg. Du zolmitriptan a été administré par voie orale ou intranasale à 231 participants à une dose de 5 mg et à 223 participants à une dose de 10 mg. Un placebo a été administré à 326 participants.

Les triptans ont été plus efficaces que le placebo pour soulager les maux de tête et la douleur. Au plus tard 15 minutes après l'administration sous-cutanée de 6 mg de sumatriptan, 48 % des participants ne ressentaient plus aucune douleur et 75 % d’entre eux ne présentaient aucune douleur ou seulement une douleur légère (17 % et 32 % respectivement avec le placebo). Les NST pour l’administration sous-cutanée de sumatriptan à une dose de 6 mg étaient de 3,3 (IC à 95 % : 2,4 à 5,0) et 2,4 (1,9 à 3,2) respectivement. Le zolmitriptan administré par voie intranasale à une dose de 10 mg s’est révélé moins bénéfique avec 12 % des participants n’ayant présenté aucune douleur et 28 % d’entre eux n'ayant ressenti soit aucune douleur, soit une douleur légère (3 % et 7 % respectivement avec le placebo). Les NST pour le zolmitriptan administré par voie intranasale à une dose de 10 mg étaient de 11 (6,4 à 49) et 4,9 (3,3 à 9,2) respectivement.

Notes de traduction: 

Post-édition : Iléana Faedi - Révision : Lou Rey (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.