Traitements de la dépression chez les patients atteints de maladie coronarienne

Cette revue examinait les essais cliniques portant sur les traitements psychologiques et les antidépresseurs chez les patients déprimés atteints de maladie coronarienne. L'objectif était de déterminer les effets de ces traitements sur la dépression, le taux de mortalité, les événements cardiaques tels qu'une crise cardiaque ou une chirurgie subséquente, les dépenses de santé et la qualité de vie. Seize essais étaient éligibles dans la revue. Sept essais examinaient des traitements psychologiques, huit examinaient des antidépresseurs et un portait à la fois sur des traitements psychologiques et médicamenteux. Les traitements psychologiques et les antidépresseurs s'avéraient légèrement supérieurs aux soins habituels ou au placebo (médicament inactif) en termes de symptômes dépressifs. De plus, les antidépresseurs pourraient être plus efficaces que le placebo pour réduire les taux de nouvelles hospitalisations et de visites aux urgences. Par contre, ils ne semblent avoir aucun effet positif sur le taux de mortalité et les événements cardiaques. Les résultats relatifs à la qualité de vie ne sont pas concluants. En résumé, les traitements psychologiques et les antidépresseurs pourraient avoir un petit effet positif sur les résultats de la dépression chez les patients atteints de MC. Les preuves sont cependant insuffisantes en raison d'un nombre limité d'essais.

Conclusions des auteurs: 

Les interventions psychologiques et les interventions pharmacologiques utilisant des ISRS pourraient avoir un petit effet cliniquement significatif sur les résultats de la dépression chez les patients atteints de MC. Aucun effet bénéfique n'était observé concernant la réduction du taux de mortalité et des événements cardiaques. Dans l'ensemble, les preuves sont rares en raison d'un nombre limité d'essais de haute qualité pour chaque critère de jugement, et de l'hétérogénéité des populations et des interventions examinées.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les dépressions sont fréquentes chez les patients atteints de maladie coronarienne (MC) et sont associées à un mauvais pronostic.

Objectifs: 

Déterminer les effets des interventions psychologiques et pharmacologiques dans la dépression chez les patients atteints de MC et de dépression comorbide.

La stratégie de recherche documentaire: 

CENTRAL, DARE, HTA et EED dans la Bibliothèque Cochrane, MEDLINE, EMBASE, PsycINFO, CINAHL, ISRCTN Register et CardioSource Registry ont été consultés. Les références bibliographiques des essais contrôlés randomisés (ECR) inclus ont été examinées et les principaux auteurs ont été contactés. Aucune restriction de langue n'a été appliquée.

Critères de sélection: 

Les ECR examinant les interventions psychologiques et pharmacologiques dans la dépression chez les adultes atteints de MC et de dépression comorbide ont été inclus. Les critères de jugement principaux étaient la dépression, la mortalité et les événements cardiaques. Les critères de jugement secondaires étaient les dépenses de santé et la qualité de vie liée à la santé (QVLS).

Recueil et analyse des données: 

Deux évaluateurs ont examiné les articles identifiés en vue de l'inclusion et extrait les données des études incluses de manière indépendante. Des méta-analyses utilisant un modèle à effets aléatoires ont été effectuées afin de calculer les estimations globales des résultats du traitement.

Résultats principaux: 

Les recherches dans les bases de données ont permis d'identifier 3 253 références. Seize essais remplissaient les critères d'inclusion. Les interventions psychologiques ont un petit effet bénéfique sur la dépression par rapport aux soins habituels (plage de DMS des scores de dépression sur l'ensemble des essais et des périodes étudiées : -0,81 ; 0,12). Sur la base d'un essai par critère de jugement, aucun effet bénéfique n'était observé sur le taux de mortalité, les événements cardiaques, les hospitalisations cardio-vasculaires et la QVLS, sauf pour la dimension psychosociale de la QVLS. De plus, aucune différence entre les différentes approches psychologiques n'était observée concernant les résultats du traitement. Cette revue apporte des preuves d'un petit effet bénéfique des interventions pharmacologiques utilisant des inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) par rapport au placebo sur les résultats de la dépression (DMS combinée des scores de changement de la dépression à court terme : -0,24 [-0,38, -0,09] ; rapport des cotes combiné de la rémission de la dépression à court terme : 1,80 [1,18, 2,74]). Sur la base d'un à trois essais par critère de jugement, aucun effet bénéfique n'était observé concernant la mortalité, les événements cardiaques et la QVLS. Les taux d'hospitalisation (rapport des cotes combiné de trois essais : 0,58 [0,39 à 0,85] et les visites aux urgences (rapport des cotes d'un essai : 0,58 [0,34, 1,00]) diminuaient dans les essais comparant des interventions pharmacologiques à un placebo. Aucune preuve d'effet supérieur de la paroxétine (ISRS) par rapport à la nortriptyline (ATC) concernant les résultats de la dépression n'était observée dans un essai.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.