Fixations pour implants dentaires

Question de la revue

Le but de cette revue était d'évaluer les différentes attaches utilisées pour les prothèses d’implants dentaires de la mâchoire supérieure ou inférieure en fonction de leur succès, de leur usure, de la satisfaction du patient, de ses préférences et de leur coût.

Contexte

Pour les adultes avec perte complète de dents, l'approche moderne consiste à implanter des prothèses avec des systèmes de fixation reliant les implants à la surface inférieure des prothèses. Il est important de procéder à une revue car le choix du nombre d'implants et la conception des attaches influencent le succès de la prothèse, l'usure, la satisfaction du patient, les préférences et les coûts.

Caractéristiques de l’étude

Les auteurs de Cochrane Oral Health ont effectué cette revue et les preuves sont à jour jusqu'au 24 janvier 2018. Un total de six essais sur des adultes ayant perdu la totalité de leurs dents ont été inclus avec un total de 294 prothèses de la mâchoire inférieure (ancrées par un ou plusieurs implants). La revue a porté sur différents systèmes de fixation sur les mêmes systèmes implantaires. Les six essais n'ont pas évalué les mêmes systèmes de fixation. Il n'y a pas eu d'essais admissibles avec des prothèses implantaires de la mâchoire supérieure.

Résultats principaux

Il n'y a pas suffisamment de données probantes pour déterminer les différences significatives entre les systèmes de fixation des prothèses implantaires de la mâchoire inférieure et l'absence de données probantes pour les systèmes de fixation des prothèses implantaires de la mâchoire supérieure. D'autres essais randomisés contrôlés sur des personnes portant des prothèses dentaires complètes doivent porter une attention particulière à la conception de l'essai en utilisant le même système implantaire et le même nombre d'implants, mais des systèmes de fixation différents pour déterminer leur longévité et les préférences du patient.

Qualité des preuves

Nous avons jugé que la qualité des preuves était très faible. Dans tous les essais inclus, il y avait relativement peu de participants et peu d'événements, et il y avait de sérieuses limites dans la conception des essais, les données manquantes ou tous les résultats n'ayant pas été déclarés.

Conclusions des auteurs: 

En ce qui concerne les surdentures mandibulaires, les données probantes sont insuffisantes pour déterminer l'efficacité relative des différents systèmes d'attachement sur le succès des prothèses, leur entretien, la satisfaction des patients, leurs préférences ou leurs coûts. À court terme, les données probantes ne suffisent pas à démontrer une différence et aucune preuve n'a été rapportée à cet égard. Il n'a pas été possible de déterminer un système de fixation préféré pour les prothèses mandibulaires.

En ce qui concerne les prothèses maxillaires, il n'existe aucune preuve (aucun essai n'a été identifié) permettant de déterminer l'efficacité relative des différents systèmes de fixation sur le succès des prothèses, leur entretien, la satisfaction des patients, leurs préférences ou leurs coûts.

D'autres ECR sur des cohortes édentées doivent prêter attention à la conception de l'essai en utilisant spécifiquement le même nombre d'implants du même système implantaire, mais avec des systèmes d'attache différents clairement identifiés dans les groupes témoins et d'essai. Les essais doivent également déterminer la longévité des différents systèmes d'attache et les préférences des patients. On encourage les essais sur la gamme actuelle de systèmes de fixation de barres conçus ou fabriqués à l'aide d'ordinateurs (CAO/FAO).

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les prothèses dentaires implanto-portées sont l'une des options de traitement les plus couramment utilisées pour réhabiliter les patients édentés. Les systèmes de fixation sont utilisés pour ancrer les prothèses sur les implants. La pléthore de systèmes d'attachement disponibles oblige les cliniciens à comprendre les résultats relatifs aux prothèses et les résultats liés au patient.

Objectifs: 

Comparer différents systèmes de fixation pour les prothèses maxillaires et mandibulaires en évaluant le succès et l'entretien des prothèses, les préférences du patient, la satisfaction et la qualité de vie du patient et les coûts.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le spécialiste de l'information de Cochrane Oral Health a fait des recherches dans les bases de données suivantes : Registre des essais de Cochrane Oral Health (jusqu'au 24 janvier 2018) ; Registre central des essais contrôlés Cochrane (CENTRAL ; 2017, numéro 12) dans la Bibliothèque Cochrane (consulté le 24 janvier 2018) ; MEDLINE Ovid (1946 au 24 janvier 2018) et Embase Ovid (1980 au 24 janvier 2018). Le registre d’essais cliniques des instituts Nationaux de santé des États-Unis (ClinicalTrials.gov) et la Plate-forme d'enregistrement internationale des essais cliniques de l'Organisation Mondiale de la Santé ont fait l'objet d'une recherche pour les essais en cours le 24 janvier 2018. Aucune restriction de langue ou de date de publication n'a été imposée lors de la recherche dans les bases de données électroniques.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR), y compris les essais croisés sur des prothèses dentaires maxillaires ou mandibulaires avec différents systèmes de fixation avec un suivi d'au moins un an.

Recueil et analyse des données: 

Quatre auteurs de la revue ont extrait des données de façon indépendante et évalué le risque de biais pour chaque essai inclus. Plusieurs auteurs correspondants ont par la suite été contactés pour obtenir les informations manquantes. Une méta-analyse à effet fixe a été utilisée pour combiner les résultats avec les ratios de risque (RR) pour les résultats dichotomiques et les différences moyennes (DM) pour les résultats continus, avec des intervalles de confiance à 95 % (IC 95 %). Nous avons utilisé l'approche GRADE pour évaluer la qualité des données probantes et créer des tableaux de " résumé des résultats ".

Résultats principaux: 

Nous avons identifié six ECR avec un total de 294 prothèses mandibulaires (dont un essai croisé). Aucun essai sur les prothèses maxillaires n'était admissible. En raison de la mauvaise qualité des rapports sur les résultats des essais inclus, seules des analyses limitées entre les systèmes de fixation de prothèses mandibulaires ont été possibles.

En comparant les attaches à boule et à barre, lors de la mise en commun des données concernant le succès des prothèses à court terme, nous avons identifié une hétérogénéité substantielle (I2 = 97%) avec une incohérence dans la direction de l'effet, qui était inexpliquée par des différences cliniques ou méthodologiques entre les études, et nous n'avons donc pas effectué de méta-analyses pour ce paramètre. Le retraitement à court terme (réparation du système d'attachement) était plus élevé avec les attaches à rotule (RR 3,11, IC à 95 % : 1,68 à 5,75 ; 130 participants ; 2 études ; preuves de très faible qualité), et il n'y avait aucune différence entre les deux systèmes de fixation pour le retraitement à court terme (remplacement du système de fixation) (RR 1,18, IC à 95 % : 0,38 à 3,71 ; 130 participants ; 2 études ; données très faibles). Il n'est pas certain qu'il y ait une différence dans le succès des prothèses à court terme lorsqu'on compare les attaches à boule aux attaches à barre.

Si l'on compare les attaches à rotule et les attaches magnétiques, il n'y a pas de différence entre elles en ce qui concerne le succès des prothèses à moyen terme (RR 0,84, IC à 95 % : 0,64 à 1,10 ; 69 participants ; 1 étude ; preuves de très faible qualité) ou le retraitement à moyen terme (réparation du système de fixation) (RR 1,75, IC à 95 % : 0,65 à 4,72 ; 69 participants ; 1 étude ; données très peu fiables). Cependant, après 5 ans, les coûts d'entretien des prothèses étaient plus élevés lorsque des attaches magnétiques étaient utilisées (DM -247.37 EUR, 95% CI -346.32 à -148.42 ; 69 participants ; 1 étude ; preuves de très faible qualité). Il n'est pas certain qu'il y ait une différence dans le succès des prothèses à moyen terme lorsqu'on compare les attaches à rotule et les attaches magnétiques.

Un essai a fourni des données sur les attaches sphériques par rapport aux attaches télescopiques et n'a fait état d'aucune différence dans l'entretien des prothèses entre les deux systèmes pour le remplacement de matrice à court terme (RR 6,00, IC à 95 % : 0,86 à 41,96 ; 22 participants ; 1 étude ; 1 étude ; preuves de très faible qualité), l'activation de la matrice (RR 11,00, IC à 95 % : 0,68 à 177,72 ; 22 participants ; 1 étude ; données très peu fiables), le remplacement de matrice (RR : 1,75 ; IC à 95 % : 0,71 à 4,31 ; 22 participants ; 1 étude ; preuves très limitées), le revêtement des prothèses implantées (RR 2,33, IC à 95 % : 0,81 à 6,76 ; 22 participants ; 1 étude ; preuves de très faible qualité). Il n'est pas certain qu'il y ait une différence dans l'entretien des prothèses à court terme lorsqu'on compare les attaches à rotule et les attaches télescopiques.

Dans le seul essai croisé inclus, la préférence du patient entre différents systèmes d'attache a été évaluée après seulement 3 mois et non pendant toute la période d'essai de 10 ans.

Notes de traduction: 

Traduction révisée par Aïda Bafeta pour Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.