L'utilisation du courrier électronique par les professionnels de santé pour adresser aux patients/soignants des informations sur la promotion de la santé et la prévention des maladies

Le courrier électronique est couramment utilisé dans de nombreux secteurs et beaucoup de gens l'utilisent dans leur vie quotidienne. L'utilisation du courrier électronique dans les soins de santé n'est pas encore très courante. Une utilisation en est l'envoi aux patients/soignants par les professionnels de la santé d'informations sur la façon d'être en bonne santé et d'éviter les maladies. Cette revue examine la façon dont les patients, les professionnels de la santé et les services de santé peuvent être affectés par une telle utilisation du courrier électronique.

Nous avons constaté qu'il n'y avait pas beaucoup de données sur les effets de l'utilisation du courrier électronique pour diffuser des informations sur la prévention des maladies et la promotion de la santé. Nous n'avons trouvé que six essais totalisant 8372 participants. Tous les essais étaient entachés de biais. Quatre études avaient comparé le courrier électronique au courrier standard comme moyen de communication, et avaient constaté que l'utilisation du courrier électronique ne faisait aucune différence au niveau de la compréhension du patient ou du soignant ou de la participation à du dépistage préventif. Deux études avaient comparé le courrier électronique aux soins habituels et avaient constaté que l'utilisation du courrier électronique à la place des méthodes habituelles de diffusion de l'information n'avait aucun impact sur la compréhension et l'adhésion du patient ou du soignant, ni sur l'état de santé et le bien-être du patient. Nous n'avons pas été en mesure d'évaluer correctement l'impact du courrier électronique sur le comportement et les actions des patients ou des soignants, car les résultats étaient variés.

Vu que l'on manque de données de bonne qualité sur la question de savoir si le courrier électronique peut être utilisé par les professionnels de la santé pour fournir des informations aux patients ou aux soignants sur la façon de rester en bonne santé et d'éviter les maladies, nous devons réfléchir à la façon d'obtenir à ce sujet de bonnes informations mesurables. Les études futures devraient suivre les conseils sur la bonne façon de mener et de présenter une recherche. Il serait bon qu'elles examinent les coûts d'utilisation du courrier électronique et tiennent compte de la constante évolution des technologies.

Conclusions des auteurs: 

Les données relatives à l'utilisation du courrier électronique pour la fourniture d'informations sur la prévention des maladies et la promotion de la santé étaient faibles et ne permettent donc pas d'orienter la pratique clinique. Les données fournies par les essais disponibles étaient pour la plupart non concluantes ou inexistantes pour les critères auxquels s'intéressait cette revue. Les recherches futures devront utiliser des plans d'étude de bonne qualité qui tirent parti des développements les plus récents en technologie de l'information, en tenant compte de la complexité de l'intervention par courrier électronique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le courrier électronique est un moyen de communication populaire et couramment utilisé, mais il ne s'est pas encore imposé dans la routine médicale. Son application dans le domaine médical inclut la fourniture d'informations sur la prévention des maladies et la promotion de la santé, mais les effets d'une telle utilisation du courrier électronique ne sont pas connus. Cette revue vise à évaluer l'utilisation du courrier électronique pour la fourniture d'informations sur la prévention des maladies et la promotion de la santé.

Objectifs: 

Évaluer les effets de l'utilisation du courrier électronique pour la fourniture d'informations sur la prévention des maladies et la promotion de la santé, en comparaison avec le courrier postal ou les soins habituels, sur les critères de résultat relatifs aux professionnels de santé, aux patients et soignants et aux services de santé, préjudices compris.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans : le registre spécialisé du groupe thématique Cochrane sur les usagers de soins et la communication (janvier 2010), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, The Cochrane Library, numéro 1 2010), MEDLINE (de 1950 à janvier 2010), EMBASE (de 1980 à janvier 2010), CINAHL (de 1982 à février 2010), ERIC (de 1965 à janvier 2010) et PsycINFO (de 1967 à janvier 2010). Nous avons cherché dans la littérature grise : dépôts de thèses/mémoires, registres d'essais et Google Scholar (recherche effectuée en juillet 2010). Nous avons utilisé des méthodes de recherche supplémentaires : passage au crible de références bibliographiques, prise de contact avec des auteurs.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés, des essais quasi-randomisés, des études contrôlées avant-après et des études de séries temporelles interrompues portant sur des interventions utilisant le courrier électronique pour permettre aux professionnels de la santé de fournir aux patients des informations sur la prévention des maladies et la promotion de la santé, sous la forme de 1) courrier électronique non sécurisé, 2) courrier électronique sécurisé ou 3) messagerie internet. Dans tous les contextes, nous avons considéré les professionnels de la santé ou le personnel administratif associé comme des participants initiant la communication par courrier électronique, et les patients et soignants comme des participants recevant cette communication. La communication par courrier électronique était à sens unique, depuis les professionnels de la santé ou le personnel administratif associé initiant cette communication, vers les patients ou les soignants la recevant.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont, de façon indépendante, évalué les risques de biais des études incluses et extrait les données. Nous avons contacté les auteurs d'études afin d'obtenir des informations complémentaires. Nous avons évalué les risques de biais en nous conformant au Manuel Cochrane pour les revues systématiques d'interventions. Pour les mesures de critères continus, nous avons rendu compte de l'ampleur de l'effet sous la forme des différences moyennes (DM). Pour les mesures de résultat dichotomiques, nous avons rendu compte de l'ampleur de l'effet sous la forme des rapports de cotes (RC). Nous avons effectué une méta-analyse pour un critère de résultat essentiel relatif aux services de santé, comparant la communication par courrier électronique au courrier postal, et nous avons rapporté ce résultat sous forme de RC.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus six essais contrôlés randomisés portant sur 8 372 personnes. Tous les essais ont été jugés à risque élevé de biais dans au moins un domaine. Quatre essais avaient comparé la communication par courrier électronique au courrier postal et deux avaient comparé la communication par courrier électronique aux soins habituels. Pour le critère de résultat essentiel relatif aux services de santé portant sur la participation à du dépistage préventif, il n'y avait pas de différence entre courrier électronique et courrier postal (RC 0,93 ; IC à 95% 0,69 à 1,24). Pour les deux comparaisons (courrier électronique versus courrier postal et courrier électronique versus soins habituels) il n'y avait pas de différence entre les groupes au niveau de la compréhension et de l'adhésion du patient ou du soignant. Les résultats n'étaient pas concluants concernant les comportements et les actions des patients ou des soignants. Pour ce qui concerne la comparaison du courrier électronique aux seuls soins habituels, il n'y avait pas de différence significative entre les groupes pour le critère de jugement essentiel que constitue l'état de santé et le bien-être du patient. Il n'avait été rendu compte d'aucunes données concernant les professionnels de la santé et les préjudices.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.