Entraînement sur tapis roulant pour les patients atteints de la maladie de Parkinson

Conclusions des auteurs: 

Cette mise à jour de notre revue systématique fournit des données probantes issues de 18 essais à risque de biais faible à modérée indiquant que, chez les patients atteints de la maladie de Parkinson, l'utilisation de l'entraînement sur tapis roulant pourrait améliorer des paramètres de la marche cliniquement pertinents tels que la vitesse de marche et la longueur de foulée (preuves de qualité modérée et faible, respectivement). Ce bénéfice apparent pour les patients n'est toutefois pas étayé par tous les variables secondaires (par ex. cadence et distance de marche). En comparant la kinésithérapie associée à l'entraînement sur tapis roulant par rapport à d'autres alternatives dans le traitement de la marche hypokinétique, comme la kinésithérapie sans entraînement sur tapis, ce type de traitement semble être plus bénéfique dans la pratique, sans risque accru. Ce gain semble d'une pertinence clinique faible à modérée. Cependant, les résultats doivent être interprétés avec prudence car on ignore combien de temps ces améliorations pourraient persister ; par ailleurs, certaines études ont utilisé l'absence d'intervention dans le groupe témoin et étaient à risque de biais sous-jacent. En outre, les résultats étaient hétérogènes et nous avons trouvé des variations entre les essais dans les caractéristiques des patients, la durée et la quantité de l'entraînement et les types d'entraînement sur tapis roulant utilisés.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'entraînement sur tapis roulant est utilisé dans le cadre de la rééducation et améliorerait les paramètres de la marche des patients atteints de la maladie de Parkinson.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité de l'entraînement sur tapis roulant dans l'amélioration de la marche des patients atteints de la maladie de Parkinson ainsi que l'acceptabilité et l'innocuité de ce type de traitement.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons interrogé le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les mouvements anormaux (voir les détails du groupe thématique pour plus d'informations) (dernière recherche en septembre 2014), le registre Cochrane des essais contrôlés (The Cochrane Library 2014, numéro 10), MEDLINE (de 1950 à septembre 2014) et EMBASE (de 1980 à septembre 2014). Nous avons également effectué des recherches manuelles dans les actes de conférence pertinents, consulté les registres d'essais et de recherche, et vérifié des références bibliographiques (dernière recherche en septembre 2014). Nous avons contacté des investigateurs, des experts et des chercheurs dans ce domaine ainsi que des fabricants d'appareils commerciaux.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés comparant l'entraînement sur tapis roulant à l'absence d'un tel entraînement chez les patients atteints de la maladie de Parkinson.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment sélectionné les essais à inclure, évalué leur qualité et extrait les données. Nous avons contacté les investigateurs afin d'obtenir des informations supplémentaires. Nous avons analysé les résultats sous forme de différences moyennes (DM) pour les variables continues et de différences de risque (DR) relatif pour les variables dichotomiques.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 18 essais (633 participants) dans cette mise à jour de la revue. L'entraînement sur tapis roulant a amélioré la vitesse de marche (DM = 0,09 m/s ; intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,03 à 0,14 ; P = 0,001 ; I2= 24 % ; preuves de qualité modérée) et la longueur de foulée (DM = 0,05 mètres ; IC à 95 % de 0,01 à 0,09 ; P = 0,01 ; I2= 0 % ; preuves de faible qualité), mais ni la distance de marche (DM = 48,9 mètres ; IC à 95 % de -1,32 à 99,14 ; P = 0,06 ; I2= 91 % ; preuves de très faible qualité), ni la cadence (DM = 2,16 pas/minute ; IC à 95 % de -0,13 à 4,46 ; P = 0,07 ; I2= 28 % ; preuves de faible qualité) n'étaient améliorées à la fin de l'étude. L'entraînement sur tapis roulant n'a pas augmenté le risque de patients arrêtant l'intervention (DR = -0,02 ; IC à 95 % de -0,06 à 0,02 ; P = 0,32 ; I2= 13 % ; preuves de qualité modérée). Les événements indésirables n'étaient pas rapportés dans les études incluses.

Notes de traduction: 

Traduction : Cochrane France.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.