Écrire sur des sujets émotionnels pour le contrôle de l'asthme et le bien-être

Contexte

Le stress peut entraîner une aggravation de l'asthme. De précédentes études ont montré que la « divulgation des émotions par écrit », une activité qui encourage les patients à rédiger sur leurs expériences stressantes, aide à réduire le stress et à améliorer le bien-être. Par conséquent, la divulgation des émotions par écrit peut jouer un rôle dans la prise en charge de l'asthme en réduisant le stress.

Question de la revue

Nous avons examiné la littérature médicale afin de déterminer si la divulgation des émotions par écrit améliore la fonction pulmonaire et les symptômes de l'asthme chez les patients asthmatiques. Nous avons examiné les études qui comparaient l'efficacité de compléter une divulgation des émotions par écrit par rapport à la rédaction de sujets sans lien émotionnel.

Les caractéristiques de l'étude

Quatre études, portant sur 414 participants, ont été incluses dans cette revue. Les essais ont duré entre 2 et 12 mois. Une étude a été réalisée au Royaume-Uni, les trois autres aux États-Unis. Toutes les études comparaient la divulgation des émotions par écrit par rapport à la rédaction de sujets sans lien émotionnel. Trois études ont été menées chez des participants adultes et une chez des adolescents. L'âge moyen des participants variait de 14 à 43 ans. Dans tous les essais, la plupart des participants étaient des femmes.

Résultats principaux

Il n'existe aucune preuve permettant de soutenir que la divulgation des émotions par écrit est utile pour améliorer la fonction pulmonaire ou les symptômes chez les patients souffrant d'asthme. Cependant, la divulgation peut être bénéfique pour la perception des patients à contrôler eux- mêmes leur asthme. D'après les preuves obtenues auprès des études, nous ne sommes pas en mesure d'apporter de conclusions concernant le rôle de la divulgation des émotions par écrit sur la qualité de vie, le bien-être psychologique, l'utilisation des médicaments traitant l'asthme ou l'utilisation des services de santé pour les problèmes liés à l'asthme. Des études mieux planifiées sont nécessaires pour déterminer les effets de la divulgation des émotions par écrit chez les patients atteints d'asthme.

Qualité des preuves

Notre interprétation des études était limitée par une variation des paramètres d'étude, des exercices d'écriture relatifs à des sujets non-stressants et de la durée de l'étude. Les preuves présentées dans cette revue sont généralement de faible qualité. Ce résumé a été mis à jour en janvier 2014.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves étaient insuffisantes pour établir si la divulgation des émotions par écrit par rapport à l'écriture sur des sujets non-émotionnels avait un effet sur les critères de jugement inclus dans cette revue. Les preuves sont insuffisantes pour apporter des conclusions concernant le rôle de la divulgation sur la qualité de vie, le bien-être psychologique, l'utilisation de médicaments et l'utilisation des soins de santé. Les preuves présentées dans cette revue sont généralement de faible qualité. Des études mieux planifiées, avec des rapports standardisés provenant d'instruments qui mesurent les résultats, sont nécessaires pour déterminer l'efficacité de la divulgation des émotions par écrit dans la prise en charge de l'asthme.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le stress psychologique a été largement impliqué dans la crise d'asthme. Les preuves suggèrent que la divulgation des émotions par écrit, une intervention qui implique l'écriture sur les expériences traumatiques ou stressantes, aide à réduire le stress et à promouvoir le bien-être physique et psychologique. La divulgation des émotions par écrit peut jouer un rôle dans la prise en charge de l'asthme.

Objectifs: 

Cette revue vise à déterminer l'efficacité de la divulgation des émotions par écrit chez les personnes souffrant d'asthme, en particulier, à évaluer :

1. L'efficacité générale de la divulgation des émotions par rapport à l'écriture émotionnellement neutre sur la qualité de vie rapportée par les personnes souffrant d'asthme ;

2. L'efficacité générale de la divulgation des émotions par rapport à l'écriture émotionnellement neutre sur les mesures objectives du critère de santé chez les personnes souffrant d'asthme ; et

3. L'efficacité comparative des différents types de divulgation des émotions chez les personnes souffrant d'asthme.

La stratégie de recherche documentaire: 

Des essais ont été identifiés dans le registre spécialisé des essais du groupe Cochrane sur les voies respiratoires, CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, AMED et PsycINFO. La dernière recherche a été effectuée en janvier 2014.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés, publiés dans n'importe quelle langue, comparant les interventions de divulgation des émotions par écrit par rapport à un groupe témoin (écriture émotionnellement neutre) chez des participants souffrant d'asthme, ont été inclus dans la revue.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué les études par rapport aux critères d'inclusion prédéterminés et extrait les données. Les auteurs correspondants ont été contactés lorsque cela était nécessaire pour fournir des informations supplémentaires.

Résultats principaux: 

Quatre études, portant sur un total de 414 participants, remplissaient les critères d'inclusion. Trois études ont été menées chez des participants adultes et une chez des adolescents. L'âge moyen des participants variait de 14 à 43 ans. Les essais ont duré entre 2 et 12 mois. Les interventions étaient basées sur la méthode de Pennebaker. Le risque de biais dans la plupart des domaines des études était généralement considéré comme faible, mais trois des quatre études étaient considérées comme présentant un risque élevé de biais dû au manque de mise en aveugle des évaluateurs et une étude était à risque élevé de biais sur la notification sélective. L'interprétation de ces études était limitée par divers outils d'évaluation, mesures de résultat, techniques des groupes témoins et nombre et / ou périodes de suivi. Un résultat combiné des quatre études, incluant un total de 146 interventions et 135 participants témoins, indiquait un effet incertain du volume expiratoire maximal en une seconde (VEMS 1 ) % de la valeur prédite entre le groupe de divulgation et le groupe témoin (différence moyenne (DM) de 3,43%, 95 % de confiance (IC) de -0,61 % à 7,47 %; preuves de très faible qualité) ? à trois mois de suivi. De même, les preuves issues de deux études indiquaient que la divulgation des émotions par écrit a trouvé un effet incertain sur la capacité vitale forcée (CVF) (différence moyenne standardisée (DMS) de -0,02, IC à 95 % de -0,30 à 0,26; preuves de faible qualité) et les symptômes de l'asthme (DMS de -0,22, IC à 95 % de -0,52 à 0,09; preuves de faible qualité), mais peut entraîner une amélioration du contrôle de l'asthme ? à trois mois de suivi (DMS de 0,29, IC à 95 % de 0,01 à 0,58; preuves de faible qualité). Nous n'avons pas été en mesure de regrouper les données pour les autres critères de jugement. Les résultats des essais individuels n'ont pas mis en évidence un bénéfice significatif de la divulgation des émotions par écrit sur la qualité de vie, l'utilisation de médicaments, l'utilisation des soins de santé ou le bien-être psychologique. Les preuves issues d'un essai suggèrent une réduction significative de l'utilisation des bêta agonistes (DM de -1,62, IC à 95 % de -2,62 à -0,62; preuves de faible qualité) ? à trois mois de suivi, dans le groupe de divulgation par rapport au groupe témoin. La présente revue n'a rapporté aucun effet indésirable lié à l'écriture sur les émotions.

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.