Méthotrexate pour maintenir la colite ulcéreuse inactive

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Une étude évaluant l'efficacité du méthotrexate oral à faible dose (12,5 mg/semaine) dans le traitement de la colite ulcéreuse inactive a été examinée. La colite ulcéreuse est une maladie inflammatoire chronique du côlon. Les symptômes incluent généralement une diarrhée sanglante et des crampes abdominales. Le méthotrexate est un médicament immunosuppresseur qui pourrait supprimer l'inflammation associée à la colite ulcéreuse. Cette étude comparant du méthotrexate oral (12,5 mg/semaine) à un placebo (pilule inactive) indiquait que le méthotrexate n'était pas efficace pour prévenir la récidive (récurrence des symptômes de la maladie) chez les patients atteints de colite ulcéreuse inactive. Trois patients avaient arrêté l'étude de manière prématurée pour cause d'effets secondaires suspectés incluant une leucopénie temporaire (une baisse anormale des globules blancs), des céphalées et des éruptions cutanées sévères. L'utilisation de méthotrexate n'est pas recommandée pour maintenir la rémission dans la colite ulcéreuse inactive. D'autres études bien planifiées sont nécessaires afin d'évaluer l'efficacité de doses de méthotrexate plus élevées (ex. : 15 à 25 mg/semaine) et d'une administration parentérale (ex. : injection intramusculaire).

Conclusions des auteurs: 

Les preuves disponibles sont insuffisantes pour pouvoir recommander le méthotrexate dans le maintien de la rémission chez les patients atteints de colite ulcéreuse. Un essai contrôlé randomisé à grande échelle utilisant une méthodologie rigoureuse est nécessaire. Cet essai devrait examiner des doses supérieures de méthotrexate et une administration parentérale.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le méthotrexate, un antagoniste de l'acide folique, est un médicament immunosuppresseur efficace dans le traitement de plusieurs troubles inflammatoires, notamment la maladie de Crohn. La colite ulcéreuse, une maladie inflammatoire chronique de l'intestin de même nature, peut être difficile à traiter. Cette revue a été effectuée afin d'examiner l'efficacité du méthotrexate pour maintenir la rémission dans la colite ulcéreuse.

Objectifs: 

Effectuer une revue systématique des essais contrôlés randomisés examinant l'efficacité et l'innocuité du méthotrexate dans le maintien de la rémission chez les patients atteints de colite ulcéreuse.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) et le registre spécialisé des essais du groupe de revue Cochrane sur les MII/TFI, MEDLINE (PUBMED), EMBASE (1984 à novembre 2008), Web of Science, Scopus, la base des résumés des revues systématiques hors Cochrane (DARE) et la base de données Clinical trials (ClinicalTrials.gov) ont été consultés. Les références bibliographiques des articles sélectionnés et des résumés de la publication Digestive Disease Week ont également été examinées.

Critères de sélection: 

Seuls les essais contrôlés randomisés (ECR) évaluant l'efficacité du méthotrexate pour maintenir la rémission chez les patients atteints de colite ulcéreuse par rapport à un placebo ou à toute autre intervention ont été pris en compte dans cette revue.

Recueil et analyse des données: 

Les données ont été extraites par chaque auteur de manière indépendante. Le rapport des cotes de la récidive, l'intervalle de confiance à 95 % et la valeur P ont été calculés à l'aide de la méthode de Mantel-Haenszel. Une analyse en intention de traiter a été utilisée.

Résultats principaux: 

Un seul essai remplissait les critères d'inclusion. Cet essai randomisait 30 patients pour du méthotrexate et 37 pour un placebo. Le méthotrexate était administré par voie orale à raison de 12,5 mg/semaine. Quatorze patients du groupe du méthotrexate et 18 patients du groupe du placebo qui présentaient une rémission ont été suivis pendant 9 mois ou jusqu'à la première récidive. 64 % des patients sous méthotrexate présentaient une récidive contre 44 % des patients sous placebo (rapport des cotes de 2,25 ; IC à 95 %, entre 0,54 et 9,45 ; P = 0,27).

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.