Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) inhalés chez les enfants et les adultes souffrant de bronchéctasie

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les voies respiratoires des patients souffrant de bronchéctasie sont caractérisées par une inflammation chronique. Les effets anti-inflammatoires de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) inhalés peuvent être bénéfiques chez les patients souffrant de bronchéctasie. Cependant les bénéfices à court et long termes à la fois chez les adultes et chez les enfants nécessitent une investigation, en plus d’une évaluation des effets secondaires potentiels de l'utilisation de AINS à long terme. Pour cette revue nous avons trouvé une petite étude qui a rapporté une amélioration dans la production d'expectorations et dans la dyspnée (essoufflement) chez les adultes présentant des maladies pulmonaires chroniques (bronchite chronique, bronchéctasie ou panbronchiolite diffuse) qui ont reçu de l' indométhacine inhalée par rapport au groupe ayant reçu un placebo. Aucune amélioration significative dans la fonction pulmonaire (volume expiré forcé en une seconde (FEV1) et capacité vitale (VC)) n’a été rapportée. Cependant la faible étendue de cette étude et l'analyse collective des données de trois maladies a rendu difficile la possibilité de tirer des conclusions solides sur les avantages de l'utilisation des AINS pour traiter les adultes souffrant de bronchiectasie. Il n'existait aucune étude identifiée sur l'utilisation des AINS chez les enfants souffrant de bronchiectasie.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe actuellement pas assez de preuves pour soutenir ou réfuter l'utilisation des AINS inhalés dans la gestion de la bronchiectasie chez l'adulte ou chez l'enfant. Un petit essai rapporte la réduction de la production d'expectoration et une amélioration de la dyspnée chez les adultes souffrant de maladies pulmonaires qui étaient traités avec de l'indométhacine inhalée, ce qui indique que des études supplémentaires sur l'efficacité des AINS dans le traitement des patients souffrant de bronchiectasie sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'inflammation neutrophile chronique, en présence ou non d'une infection, est un symptôme de la bronchiectasie chez l'adulte et chez l'enfant. Les propriétés anti-inflammatoires des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peuvent être bénéfiques à la réduction de l'inflammation des voies aériennes et ainsi améliorer potentiellement la fonction pulmonaire et la qualité de vie des patients souffrant de bronchiectasie.

Objectifs: 

Pour évaluer l'efficacité des AINS inhalés dans la gestion des bronchiectasies qui ne sont pas des mucovicidoses chez les enfants et chez les adultes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons examiné le Registre Cochrane des essais sur les voies aériennes, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) , (La bibliothèque Cochrane 2009, 3ème édition), les bases de données MEDLINE, OLDMEDLINE et EMBASE.  Les dernières recherches ont été effectuées en Octobre 2009.

Critères de sélection: 

Tous les essais randomisés contrôlés qui ont comparé les AINS inhalés à un groupe témoin (placebo ou traitement habituel) chez les enfants ou chez les adultes souffrant de bronchiectasie non reliées à la mucovicidose.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons évalué les résultats des recherches par rapport aux critères prédéterminés pour l'inclusion.

Résultats principaux: 

Un petit essai à court terme était éligible à l'inclusion. Nous avons inclus cette étude de 25 adultes souffrant de maladie pulmonaire chronique (dont la bronchiectasie) puisque d'autres conditions étaient liées au développement de la bronchiectasie et tous souffraient de production d'expectorations chroniques.

L'essai unique chez les adultes a rapporté une réduction significative dans la production d'expectorations sur 14 jours dans le groupe de traitement (indométhacine inhalée) comparé au placebo ( différence -75,00 g/jour ; IC à 95% entre -134,61 et -15,39) et une amélioration significative dans le score de dyspnée (différence -1,90 ; IC à 95%, entre -3,15 et -0,65). Aucune différence significative entre les groupes au niveau de la fonction pulmonaire ou dans les indices sanguins n’a été rapportée. Aucun événement indésirable n'a été rapporté.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.