Massothérapie chez les patients atteints du VIH/sida

Les personnes qui vivent avec le VIH/sida peuvent voir leur qualité de vie réduite en raison des complications de la maladie. La massothérapie pourrait aider ces patients en améliorant leur santé générale et leurs capacités à gérer le stress. Nous avons effectué une revue systématique des études comparant une massothérapie à d'autres formes de thérapie ou à une absence de thérapie. Nous avons identifié quatre essais contrôlés randomisés qui utilisaient la massothérapie chez des enfants, des adolescents ou des adultes atteints du VIH ou du sida en phase terminale. Cette revue de la littérature confirme que la massothérapie peut être bénéfique chez les patients atteints du VIH/sida en améliorant leur qualité de vie, en particulier lorsque cette thérapie est combinée à d'autres techniques telles qu'une formation à la méditation et à la relaxation, et conférer davantage de bénéfices que n'importe laquelle de ces techniques pratiquée individuellement. De plus, il se pourrait que la massothérapie améliore la capacité de leur organisme à combattre la maladie ; néanmoins, ce résultat n'a pas encore été démontré de manière convaincante. D'autres études devraient être réalisées afin d'étudier cette question ; en attendant les résultats, les patients atteints du VIH/sida devraient utiliser la massothérapie pour améliorer leur qualité de vie, à condition de se fixer des objectifs clairs et de contrôler leur réponse à la thérapie.

Conclusions des auteurs: 

Certaines preuves sont favorables à l'utilisation de la massothérapie pour améliorer la qualité de vie des personnes vivant avec le VIH ou le sida (PVVIH/sida), en particulier lorsqu'elle est combinée à d'autres modalités de gestion du stress, et suggèrent que la massothérapie pourrait avoir un effet positif sur la fonction immunologique. Ces essais sont cependant de petite taille et présentent un risque de biais modéré. D'autres études présentant un effectif plus important et un plan d'étude/documentation rigoureux sont nécessaires avant de pouvoir recommander la massothérapie de manière fiable chez les PVVIH/sida.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La pandémie de virus de l'immunodéficience humaine (VIH) et de syndrome d'immunodéficience acquise (sida) a affecté des millions de personnes partout dans le monde. Bien que d'importantes recherches et initiatives cliniques aient permis d'étudier des stratégies de prévention et de traitement, la question de la qualité de vie chez les survivants n'a pas fait l'objet d'autant d'attention. Il a été suggéré que la massothérapie avait un effet positif sur la qualité de vie et pourrait avoir un effet positif sur la fonction immunitaire grâce à la gestion du stress.

Objectifs: 

L'objectif de cette revue systématique était d'examiner l'innocuité et l'efficacité de la massothérapie sur les paramètres de la qualité de vie, de la douleur et du système immunitaire chez les personnes vivant avec le VIH ou le sida.

La stratégie de recherche documentaire: 

Une stratégie de recherche documentaire exhaustive a été développée en utilisant les termes en rapport avec le VIH/sida, les essais contrôlés randomisés (ECR), la massothérapie et les mesures pertinentes des effets bénéfiques. Toutes les bases de données électroniques identifiées ont été consultées en novembre 2008, y compris le registre des essais du groupe Cochrane, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, SCIENCE CITATION INDEX, AIDSLINE, AIDSearch, CINAHL, HEALTHSTAR, PsycLIT, AMED, Current Contents, AMI, NLM GATEWAY, LILACS, IndMed, SOCIOFILE, SCI, SSCI, ERIC et DAI. Nous avons également examiné les résumés et actes de congrès publiés et non publiés ainsi que les références bibliographiques des revues médicales pertinentes. Aucune restriction de langue ou de date n'a été appliquée.

Critères de sélection: 

Les études ont été identifiées par deux évaluateurs sur la base du plan d'étude (ECR) et des participants (patients de tous âges atteints du VIH/sida à n'importe quel stade de la maladie) ayant fait l'objet d'une intervention incluant une massothérapie visant à améliorer la qualité de vie et les niveaux d'activité et de participation, améliorer la fonction immunitaire, réduire la douleur et améliorer d'autres déficiences physiologiques ou psychologiques.

Recueil et analyse des données: 

Deux évaluateurs ont sélectionné les études et extrait les données pertinentes de manière indépendante. Deux autres évaluateurs ont examiné le risque de biais des études incluses de manière indépendante. Toutes les évaluations des données et du risque de biais ont été saisies dans RevMan (v. 5) et des méta-analyses ont été effectuées lorsque cela était approprié.

Résultats principaux: 

Douze articles ont été identifiés et quatre ont été inclus. Les huit articles restants ont été principalement exclus pour cause de méthodologie inappropriée. Les quatre études incluses présentaient une hétérogénéité clinique élevée et examinaient différents groupes d'âge (enfants, adolescents et adultes) sur l'ensemble du spectre de la maladie, du VIH précoce au sida en phase terminale. Les environnements étudiés étaient des soins communautaires ou palliatifs, et les mesures de résultats combinaient la qualité de vie et la fonction immunologique. Nous avons considéré que les essais présentaient un risque de biais modéré, principalement en raison d'une documentation incomplète. Concernant les mesures de la qualité de vie, les études rapportaient que la combinaison massothérapie + autres modalités, telles que la méditation et la réduction du stress, était supérieure à la massothérapie ou aux autres modalités seules. Les domaines de la qualité de vie associés à une quantité d'effet significative incluaient la réduction de l'utilisation des ressources de santé rapportée par les intéressés, l'amélioration de la qualité de vie spirituelle perçue par les intéressés et l'amélioration des scores totaux de la qualité de vie. Une étude rapportait également des changements positifs de la fonction immunitaire associés à la massothérapie, en particulier de la numération des cellules CD4+ et des cellules tueuses naturelles, et une étude ne rapportait aucune différence entre les patients recevant une massothérapie et les groupes témoins en termes de paramètres immunitaires. Les effets indésirables ou délétères n'étaient pas correctement documentés.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.