La supplémentation en vitamine A pour les nourrissons âgés de 1 à 6 mois pour la prévention des décès et des maladies

Contexte

La carence en vitamine A constitue un important problème de santé publique dans les pays à revenu faible et intermédiaire. La supplémentation en vitamine A (SVA) administrée aux enfants âgés de six mois à cinq ans s'est avérée réduire les décès dans ces pays. Cette revue systématique porte sur les bébés un à six mois d’âge.

Problématique de la revue

La supplémentation en vitamine A chez les nourrissons âgés de 1 à 6 mois a-t-elle des effets bénéfiques ou nocifs ?

Caractéristiques de l’étude

Les auteurs de la revue ont effectué des recherches dans la littérature médicale afin d'identifier des études pertinentes, qui comparent l'effet de la supplémentation en vitamine A par rapport à un placebo ou une absence d’intervention sur la mortalité, la morbidité et les effets secondaires chez des nourrissons de 1 à 6 mois sélectionnés au hasard. Cette revue couvre la littérature publiée jusqu’au 5 mars 2016. Douze études ont été identifiées, portant sur 24 846 nourrissons. La plupart des études ont été menées avec rigueur; elles incluent des enfants provenant d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine.

Résultats principaux

Les résultats des études ne fournissent pas de preuves convaincantes indiquant que la supplémentation en vitamine A réduise la mortalité ou la morbidité chez les nourrissons âgés de un à six mois (qualité de la preuve : modérée). Les résultats ne montrent pas non plus que la supplémentation ait des effets bénéfiques en terme de réduction de la mortalité ou morbidité dues à une diarrhée ou une pneumonie. La supplémentation en vitamine A ne réduit pas la proportion d'enfants atteints de carence en vitamine A établie sur la base de leurs taux sanguin de vitamine A (qualité de la preuve : modérée). Chez les nourrissons qui ont reçu de la vitamine A, il y a un risque accru de développer un bombement de la fontanelle (endroit mou sur le dessus de la tête); la qualité des preuves de cet effet secondaire est élevée. Cependant, cet effet indésirable n'augmente pas le risque de décès ou de crises.

En résumé, la supplémentation en vitamine A chez les nourrissons âgés de 1 à 6 mois ne réduit pas la mortalité ou la morbidité ; cependant, elle augmente le risque de bombement de la fontanelle.

Conclusions des auteurs: 

Il n'y a pas de preuve convaincante indiquant que la supplémentation en vitamine A chez les nourrissons âgés de un à six mois entraine une réduction de la mortalité ou de la morbidité infantile dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Il y a un risque accru de bombement de la fontanelle avec la supplémentation en vitamine A dans ce groupe d’âge; cependant aucune complication ultérieure en lien avec cet effet néfaste n’a été signalée.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La carence en vitamine A constitue un important problème de santé publique dans les pays à revenu faible et intermédiaire. La supplémentation en vitamine A administrée aux nourrissons de moins de six mois est une des stratégies possibles pour améliorer la nutrition des nourrissons à haut risque de carence en vitamine A, et donc réduire potentiellement leur mortalité et leur morbidité.

Objectifs: 

Évaluer l'effet de la supplémentation en vitamine A synthétique chez les nourrissons âgés de 1 à 6 mois dans les pays à revenu faible et intermédiaire, quel que soit la situation anténatale et postnatale de la mère en matière de supplémentation de la vitamine A, sur la mortalité, la morbidité et les effets indésirables.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons utilisé la stratégie de recherche standard du groupe thématique Cochrane sur la néonatologie pour passer en revue le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL 2016, Numéro 2), MEDLINE via PubMed (de 1966 au 5 Mars 2016), Embase (de 1980 au 5 Mars 2016) et CINAHL (de 1982 au 5 Mars 2016). Nous avons également effectué des recherches dans les bases de données d'essais cliniques, les actes de conférence et les références bibliographiques d'articles trouvées pour identifier les essais contrôlés randomisés et les essais quasi-randomisés.

Critères de sélection: 

Etaient éligibles pour notre revue les essais randomisés ou quasi-randomisés, individuellement ou par grappes, impliquant une supplémentation en vitamine A synthétique par rapport au placebo ou à l'absence d'intervention chez les nourrissons âgés de 1 à 6 mois.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué les études pour déterminer leur éligibilité et leurs risques de biais; ils ont aussi recueilli les données sur les résultats.

Résultats principaux: 

Au total, la revue comprend 12 études (rapportées dans 22 publications). Les études incluses portaient sur 24 846 participants âgés de 1 à 6 mois qui ont soit bénéficié d’une supplémentation en vitamine A ou soit fait partie d’un groupe témoin. Sur la base de 7 études portant sur 21 339 participants (85%), il ne semble pas que la supplémentation en vitamine A ait un effet sur la mortalité toutes causes confondues (critère de jugement principal; risque relatif (RR) 1,05, intervalle de confiance à 95% (IC) 0,89 à 1,25 ; I2= 0% ; test d'hétérogénéité: P = 0,79 ; preuves de qualité modérée). De même, les preuves n’indiquent pas que la supplémentation en vitamine A ait un effet sur la mortalité ou la morbidité due à la diarrhée et aux infections des voies respiratoires. Il y a un risque accru de bombement de la fontanelle dans les 24 à 72 heures de la supplémentation en vitamine A par rapport aux nourrissons de groupe témoin (RR 3,10, IC à 95% 1,89 à 5,09 ; I2= 9%, un test d'hétérogénéité: P = 0,36 ; preuves de qualité élevée). Aucune preuve de risque accru de mort, convulsions ou d'irritabilité n’a été rapportée chez les nourrissons chez qui il y a eu un bombement de la fontanelle après la supplémentation en vitamine A, et dans la plupart des cas ce bombement s’est résorbé dans les 72 heures. Il n'y a pas eu de risque accru d'autres effets indésirables tels que le vomissement, l'irritabilité, la diarrhée, la fièvre ou les convulsions dans le groupe de supplémentation en vitamine A par rapport au groupe témoin. La supplémentation en vitamine A n'a pas eu d'effet statistiquement significatif sur la carence en vitamine A (RR 0,86, IC à 95% 0,70 à 1,06 ; I2= 27% ; test d'hétérogénéité: P = 0,25 ; preuves de qualité modérée).

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Anusha Padmanathan et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.