Mentorat destiné à prévenir la consommation de drogues et d'alcool chez les adolescents

De nombreux adolescents présentent des taux élevés de consommation d'alcool et de drogues. Quatre essais contrôlés randomisés (ECR) ont été identifiés. Les quatre ECR ont été effectués aux États-Unis sur des adolescents décrits comme étant démunis, la plupart de ces adolescents étant issus de groupes minoritaires. Deux ECR ont testé le programme de mentorat « Across Ages », l'un des programmes de mentorat des Grands frères/Grandes sœurs, et un ECR a testé une intervention portant sur des adolescents dont les parents étaient séropositifs. Deux ECR ont indiqué que le mentorat réduisait la vitesse d'initiation à la consommation d'alcool, et un ECR a indiqué que le mentorat réduisait la vitesse d'initiation à la consommation de drogues. Aucun effet indésirable n’a été identifié. La jeunesse relative de trois des échantillons rend l'efficacité des interventions improbable en raison des faibles taux de consommation à l’inclusion. Les études ont évalué des programmes formels, et puisque la plupart des mentors sont informels, leur travail reste à évaluer.

Conclusions des auteurs: 

Les quatre ECR ont été effectués aux États-Unis, et incluaient des adolescents « démunis », principalement issus de groupes minoritaires. Les participants étaient jeunes (dans deux études ils avaient 12 ans, et dans deux autres de 9 à 16 ans). À l’inclusion, tous étaient des non-consommateurs d'alcool et de drogues. Deux ECR ont indiqué que le mentorat réduisait la vitesse d'initiation à la consommation d'alcool, et un ECR a indiqué que le mentorat réduisait la vitesse d'initiation à la consommation de drogues. Dans deux études, la capacité d'efficacité des interventions était limitée par les faibles taux d'initiation à la consommation d'alcool et de drogues pendant la période d'intervention (dans une étude, la consommation de marijuana a atteint 1 % dans le groupe expérimental et 1,6 % dans le groupe témoin, et dans une autre étude, la consommation de drogues a atteint 6 % dans le groupe expérimental et 11 % dans le groupe témoin). Cependant, dans une troisième étude, il est possible que l'intervention ait eu un effet puisque la consommation d'alcool a atteint 19 % dans le groupe expérimental et 27 % dans le groupe témoin. Les études ont évalué des programmes structurés et non des mentors informels.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

De nombreux adolescents bénéficient d'un mentorat. Il n’existe aucune revue systématique indiquant si le mentorat prévient la consommation d'alcool et de drogues.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité du mentorat pour prévenir la consommation d'alcool et de drogues chez les adolescents.

La stratégie de recherche documentaire: 

Cochrane CENTRAL (numéro 4), MEDLINE (1950 à juillet 2011), EMBASE (1980 à juillet 2011), 5 autres bases de données électroniques et 11 bases de données électroniques de la littérature grise, 10 sites internet, bibliographies, experts sur la dépendance et le mentorat.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur le mentorat pour prévenir la consommation d'alcool et de drogues chez les adolescents.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons identifié 2 113 résumés, indépendamment évalué 233 articles complets, 4 ECR satisfaisaient aux critères d’inclusion. Deux évaluateurs ont indépendamment extrait les données et évalué les risques de biais. Nous avons contacté des investigateurs pour obtenir les informations manquantes.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 4 ECR (1 194 adolescents). Aucun ECR n'était suffisamment détaillé pour évaluer si une méthode appropriée de randomisation était utilisée ou si l’assignation du traitement restait secrète. L’aveugle était impossible puisque l'intervention consistait en un mentorat. Trois ECR ont fourni des données complètes. Pas de publication sélective.

Trois ECR ont fourni des données sur le mentorat et la prévention de la consommation d'alcool. Nous avons combiné deux ECR (RR pour le mentorat comparé à l'absence d'intervention = 0,71 (IC à 95 % = 0,57 à 0,90, valeur de p = 0,005). Un troisième ECR ne présentait aucune différence significative.

Trois ECR ont fourni des données sur le mentorat et la prévention de la consommation d'alcool, mais ils n'ont pas pu être combinés. L'un d'eux a mis en évidence une consommation sensiblement réduite de drogues « illégales », un autre n'a pas abouti pas à cette conclusion, et un autre n'a évalué que la consommation de marijuana et n'a trouvé aucune différence significative.

Un ECR a mesuré la « consommation de substances » sans distinguer l'alcool et les drogues, et n'a trouvé aucune différence en cas de mentorat.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.