Abatacept contre la polyarthrite rhumatoïde

Ce résumé d’une revue systématique Cochrane présente les connaissances actuelles issues de la recherche sur l’effet de l'abatacept contre la polyarthrite rhumatoïde. Bien qu’il soit onéreux, s’il est soutenu par un ensemble de preuves solides, les revendications de ses bénéfices par rapport aux symptômes et à la progression radiographique, ainsi que son faible taux d’effets secondaires à court terme, en font un médicament très intéressant pour les patients atteints de PR.

La revue montre que chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde :

- L’abatacept réduit probablement le dommage articulaire visible sur les radiographies.
- L’abatacept améliore probablement la douleur, la fonction et d’autres symptômes de la polyarthrite rhumatoïde.
- L’abatacept réduit probablement l’activité de la maladie.

Nous ne disposons pas d’informations précises concernant les effets secondaires et les complications. Ceci est particulièrement vrai pour les effets secondaires rares mais graves.  Des effets secondaires potentiels pourraient inclure une infection grave ou une infection des voies respiratoires supérieures. Des complications rares peuvent inclure certains types de cancer. 

Qu’est-ce que la polyarthrite rhumatoïde et qu’est ce que l’abatacept?
Lorsque l’on est atteint de polyarthrite rhumatoïde, le système immunitaire, qui lutte normalement contre les infections, attaque la surface des articulations. Les articulations sont alors enflées, raides et douloureuses. Les petites articulations des mains et des pieds sont en général les premières touchées. Actuellement, il n’existe pas de remède contre la polyarthrite rhumatoïde. Les traitements visent donc à soulager la douleur et la raideur et à améliorer la capacité de la personne à se déplacer.

L’abatacept fait partie d’un groupe de médicaments appelés modulateurs de co-stimulation sélectifs (immunomodulateurs). Il fonctionne en bloquant l’activité des lymphocytes T, un type de cellule immunitaire présente dans le corps qui entraîne la tuméfaction et le dommage articulaire chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde.

Meilleure estimation de l'effet chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde prenant de l’abatacept :

Radiographie des articulations

-Les radiographies ne présentaient pas de dommage articulaire chez les personnes ayant pris de l’abatacept après 12 mois.
-Le dommage articulaire chez les personnes ayant pris un placebo était de 0,27 unités sur une échelle de 0 à 145 unités.

Douleur (plus le score est élevé, plus la douleur est forte ou sévère)

- Les personnes ayant pris de l’abatacept ont qualifié leur douleur comme étant inférieure de 12 points, sur une échelle de 0 à 100, après 12 mois sous abatacept (amélioration absolue de 12%).

-Les personnes ayant pris de l’abatacept ont qualifié leur douleur comme étant de 37 sur une échelle de 0 à 100, après 12 mois.
-Les personnes ayant pris un placebo ont qualifié leur douleur comme étant de 49 sur une échelle de 0 à 100. 

ACR 50 (nombre d'articulations douloureuses ou enflées et autres résultats tels que la douleur et l'incapacité).

- 20 personnes supplémentaires sur 100 ont connu une amélioration des symptômes de la polyarthrite rhumatoïde, après 12 mois sous abatacept (amélioration absolue de 20%).

-37 personne sur 100 ont connu une amélioration des symptômes de la polyarthrite rhumatoïde.
-17 personnes sur 100 ayant pris un placebo ont connu une amélioration des symptômes de la polyarthrite rhumatoïde.
 

Fonction physique

-25 personnes supplémentaires sur 100 ont eu une meilleure fonction physique, après 12 mois sous abatacept (amélioration absolue de 25%).
-64 personnes sur 100 ont eu une meilleure fonction physique.
-39 personnes sur 100 ayant pris un placebo ont eu une meilleure fonction physique.

Activité de la maladie

-32 personnes supplémentaires sur 100 ont été considérées comme ayant une faible activité de la maladie en polyarthrite rhumatoïde, après 12 mois sous abatacept (32% d’amélioration absolue).
-42 personnes sur 100 ont été considérées comme ayant une faible activité de la maladie en polyarthrite rhumatoïde.
-10 personnes sur 100 ayant pris un placebo ont été considérées comme ayant une faible activité de la maladie en polyarthrite rhumatoïde.

 

Conclusions des auteurs: 

Il existe des preuves de niveau modéré que l’abatacept est efficace et sûr pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde. L’abatacept ne devrait pas être utilisé en association à d’autres agents biologiques pour traiter la polyarthrite rhumatoïde. Le profil d’arrêts prématurés et de toxicité semble acceptable à l’heure actuelle, mais des études à long terme complémentaires et une surveillance après la mise sur le marché sont nécessaires pour évaluer les effets nocifs et le maintien de l’efficacité.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L’abatacept inhibe la co-stimulation des lymphocytes et interrompt la chaîne inflammatoire des événements conduisant à l’inflammation, à la douleur et au dommage de l’articulation en polyarthrite rhumatoïde.

Objectifs: 

Évaluer l’efficacité et la sécurité de l’abatacept pour réduire l’activité de la maladie, soulager la douleur et améliorer la fonction chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (la librairie Cochrane 2007, Numéro 1), MEDLINE (à partir de 1966), EMBASE (à partir de 1980), ACP Journal Club (à partir de 2000) et Biosis Previews (à partir de 1990), en mars 2007 et décembre 2008. Nous avons pris contact avec les auteurs des études incluses et avec le fabricant de l’abatacept.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés comparant l’abatacept seul, ou associé à des médicaments antirhumatismaux modificateurs de la maladie (DMARD) ou à des agents biologiques, avec un placebo ou avec d'autres DMARD ou agents biologiques, chez des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde modérée à sévère.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué indépendamment les résultats de la recherche et le risque de biais et extrait les données. Nous avons obtenu des données sur les événements indésirables à partir d’essais, d’études à long terme et d’agences réglementaires.

Résultats principaux: 

Sept essais, avec 2 908 patients, ont été inclus. Par rapport au placebo, les patients du groupe de l’abatacept étaient 2,2 fois plus susceptibles d’atteindre une réponse ACR 50 à un an (RR 2,21, intervalle de confiance (IC) de 95% entre 1,73 et 2,82) avec 21% (IC à 95% entre 16% et 27%) de différence de risque absolu entre les groupes. Le nombre de patients à traiter pour atteindre une réponse ACR 50 était de 5 (IC à 95% entre 4 et 7). Des améliorations significatives de la fonction physique et de la réduction de l'activité de la maladie et de la douleur ont été mises en évidence chez les patients traités par abatacept, par rapport au groupe témoin. Un ECR a déterminé que l’abatacept réduisait significativement la progression radiographique du dommage articulaire à 12 mois par rapport au placebo, bien qu’il n’ait pas établi clairement la pertinence clinique de cette différence. Il pourrait y avoir un risque de biais d’attrition. Le total des événements indésirables était plus important dans le groupe de l’abatacept (RR 1,05, IC à 95% entre 1,01 et 1,08). D’autres résultats d’effets nocifs n’étaient pas significatifs à l'exception d'un grand nombre d'infections graves à 12 mois, dans le groupe de l'abatacept (rapport des cotes Peto 1,91 (IC à 95% entre 1,07 et 3,42). Les événements indésirables graves étaient plus importants lorsque l'abatacept était administré en association à d’autres agents biologiques (RR 2,30, IC à 95% entre 1,15 et 4,62).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.