L'édaravone dans l'accident vasculaire cérébral ischémique aigu

La plupart des AVC se produisent quand un caillot de sang bloque un vaisseau sanguin menant au cerveau. Sans un approvisionnement adéquat en sang, le cerveau subit rapidement des dommages qui peuvent être irréversibles. Les dommages causés par un AVC peuvent entrainer une faiblesse dans un bras ou une jambe, ou des difficultés au niveau du langage ou de la vision. Les données de certaines études expérimentales et humaines ont suggéré que l'édaravone, un agent neuroprotecteur, pouvait être bénéfique pour les personnes victimes d'un AVC ischémique aigu. Il a été beaucoup utilisé en Chine pour traiter les AVC. Pour obtenir une évaluation fiable des effets de l'édaravone dans l'AVC ischémique aigu, nous avons examiné les données de trois études impliquant au total 496 participants. La qualité des essais était modérée. Il semblerait que l'édaravone soit un traitement efficace pour l'AVC ischémique aigu. Toutefois, d'autres essais, plus vastes et de qualité élevée, sont nécessaires pour confirmer ce résultat.

Conclusions des auteurs: 

Le risque de biais dans les essais inclus était modéré et l'échantillon était petit. Ainsi, bien que les données présentées dans cette revue tendent à indiquer que l'édaravone est un traitement efficace de l'AVC ischémique aigu, d'autres essais de grande taille et de bonne qualité sont nécessaires pour confirmer cette tendance.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La neuroprotection est une stratégie thérapeutique prometteuse pour le traitement de l'accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique aigu. L'édaravone est un agent neuroprotecteur qui a été beaucoup utilisé en Chine, et plusieurs études ont suggéré qu'il pourrait être bénéfique dans l'AVC ischémique aigu.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité de l'édaravone dans l'AVC ischémique aigu.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons cherché dans le registre des essais du groupe Cochrane sur les accidents vasculaires cérébraux (novembre 2010) et dans le registre des essais chinois sur les AVC (novembre 2010). De plus, nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2010, numéro 4), MEDLINE (de 1950 à novembre 2010), EMBASE (de 1980 à novembre 2010), China National Knowledge Infrastructure (de 1979 à novembre 2010), Chinese Biomedical Database (de 1979 à novembre 2010), ), Chinese Evidence-Based Medicine Database (novembre 2010) et Chinese Science and Technology Journals Database (de 1980 à novembre 2010). Avec l’objectif d'identifier d'autres essais publiés, non publiés ou en cours, nous avons recherché dans les listes de références et dans les registres d'essais cliniques et de recherche. Nous avons aussi contacté une société pharmaceutique, des chercheurs et des auteurs d'étude.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés comparant l'édaravone à un placebo ou à l'absence d'intervention chez les patients présentant un AVC ischémique aigu.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont sélectionné les essais à inclure, évalué leur qualité et extrait les données de façon indépendante.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus trois essais portant sur un total de 496 participants, et avons placé quatre essais en attente d'évaluation. Les trois essais inclus comparaient l'édaravone combiné à un autre traitement, à cet autre traitement seul. La dose des injections d'édaravone dans les trois essais était identique : 60 mg par jour. La durée de traitement dans les trois essais était de 14 jours. Aucun des essais inclus ne rapportait, le critère principal pré-spécifié, le décès ou la dépendance définie au moyen de l'échelle modifiée de Rankin pendant la période de suivi. Les trois essais ont évalué l'effet de l'édaravone à différents temps et selon différentes méthodes. Les trois études ont raporté des effets indésirables : il n’y avait aucune différence entre le groupe de traitement et le groupe témoin. Globalement, , l'édaravone semble avoir augmenté la proportion de participants ayant une amélioration neurologique marquée comparativement au groupe témoin et la différence était significative (risque relatif (RR) 1,99 ; intervalle de confiance (IC) à 95% 1,60 à 2,49).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.