Préparer le col de l'utérus avant un avortement chirurgical au cours du premier trimestre

La préparation du col de l'utérus, dans le but de l’assouplir et de l’ouvrir, avant un avortement peut rendre la procédure plus sûre et facile. Il existe différentes techniques pour préparer le col de l'utérus avant un avortement, notamment plusieurs types de médicaments administrés par voie orale, par injection ou par voie vaginale, ainsi que différents types de petites tiges qui peuvent être placées dans le col. Cette revue a mis en évidence que la préparation du col utérin permettait de diminuer la durée du temps nécessaire à une procédure d'avortement, mais ne semblait pas abaisser le taux de complications rares liées à l'avortement. Le médicament appelé misoprostol était plus efficace et provoquait moins d'effets secondaires que d'autres substances similaires. Le misoprostol est surtout efficace, avec un minimum d'effets secondaires, lorsqu'il est placé dans le vagin ; il reste cependant aussi efficace par voie sublinguale. Un autre médicament appelé mifépristone a donnait de meilleurs résultats que le misoprostol. Il est cependant plus coûteux. Toutes les méthodes de préparation mettent au moins 2 ou 3 heures à faire de l'effet. La revue n'a pu déterminer si les femmes avaient préféré une méthode à une autre.

Conclusions des auteurs: 

Les méthodes modernes de maturation du col utérin sont généralement sans risques, bien que leur efficacité et leurs effets secondaires varient de l'une à l'autre. Les événements indésirables rapportés, tels que la lacération du col ou la perforation de l’utérus, sont peu fréquents dans l'ensemble dans notre corpus de preuves. Une étude non publiée a cherché à déterminer si la préparation cervicale avait une influence sur ces événements rares. La préparation du col utérin permet d'abaisser la durée de la procédure d'avortement, ce qui peut devenir de plus en plus important avec l'augmentation de l'âge gestationnel dans la mesure où la dilatation mécanique est plus longue et difficile quand la grossesse est plus avancée. Ces données ne suggèrent pas d'âge gestationnel auquel les avantages de la dilatation cervicale l'emporteraient sur les effets secondaires de la procédure de maturation du col, notamment la douleur, ou sur la prolongation de la durée de la procédure. La mifépristone à 200 mg, les dilatateurs osmotiques et le misoprostol à 400 µg, par voie vaginale ou sublinguale, sont les méthodes de préparation du col utérin les plus efficaces.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Préparer le col utérin avant l'avortement chirurgical a pour but de rendre la procédure plus facile et sûre. Les agents pharmacologiques et les dilatateurs osmotiques font partie des moyens possibles de préparation cervicale. Il en existe de nombreuses formulations et posologies, et les recommandations des organisations professionnelles quant aux techniques de préparation varient selon l'âge des femmes, leur parité et l'âge gestationnel.

Objectifs: 

Déterminer si la préparation du col utérin est nécessaire au cours du premier trimestre et, si c'est le cas, quel agent de préparation doit être préféré.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons recherché dans les bases de données de Cochrane, Popline, Embase, Medline et Lilacs des essais contrôlés randomisés portant sur l'utilisation de techniques de préparation cervicale avant un avortement chirurgical au cours du premier trimestre de grossesse. Par ailleurs, nous avons effectué une recherche manuelle des principales références et contacté les auteurs afin d’obtenir des études non publiées ou non identifiées dans les bases de données consultées.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus dans la revue les essais randomisés contrôlés portant sur toutes les méthodes pharmacologiques ou mécaniques de préparation du col de l'utérus, à l'exception des donneurs d'oxyde nitrique (qui font l’objet d'une autre revue Cochrane), administrées avant un avortement chirurgical au cours du premier trimestre. Pour être incluses dans la revue, les mesures de résultats devaient inclure le niveau de dilatation du col utérin obtenu, la durée ou la difficulté de la procédure, les effets secondaires, la satisfaction des patientes ou les effets indésirables.

Recueil et analyse des données: 

Les essais considérés ont été évalués en vérifiant le respect des critères d'inclusion et la qualité méthodologique. Cinquante et une études ont été incluses, offrant 24 comparaisons de préparations cervicales. Les résultats sont rapportés sous forme de rapports de cotes (RC) pour les résultats dichotomiques et de différences moyennes pondérées pour les données continues.

Résultats principaux: 

Par rapport à un placebo, le misoprostol (400-600 µg administrés par voie vaginale ou sublinguale), le géméprost, la mifépristone (200 ou 600 mg), les prostaglandines E et F (2,5 mg administrés par voie intracervicale) ont produit

des effets plus prononcés de préparation du col utérin. Dans la comparaison entre misoprostol et géméprost, le misoprostol était plus efficace pour la préparation cervicale et associé à moins d'effets secondaires gastro-intestinaux. En ce qui concerne la voie vaginale, une administration 2 heures avant l'avortement était moins efficace qu'une administration 3 heures avant. Comparée à l'administration orale du misoprostol, la voie vaginale était associée à une dilatation initiale significativement supérieure et à un taux d'effets secondaires moindre ; toutefois, l'administration sublinguale 2-3 heures avant l’intervention a produit des effets plus prononcés au niveau cervical que l'administration vaginale.

Dans la comparaison entre le misoprostol (600 µg par voie orale ou 800 µg par voie vaginale) et à la mifépristone (200 mg administrés 24 heures avant l’intervention), le misoprostol produisait une moins bonne préparation du col. Aucune différence n’a été relevée entre le misoprostol à 200 ou 400 mg par voie vaginale et une dilatation à l’aide de laminaire pratiquée la veille en ce qui concerne la nécessité d'une dilatation mécanique supplémentaire ou la durée de l’intervention. De même, les dilatateurs osmotiques Lamicel et Dilapan n’ont donné aucune différence dans la maturation du col utérin par rapport au géméprost, bien que ce dernier ait produit un effet plus prononcé sur le col utérin que les laminaires. Les traitements aux prostaglandines plus anciens (sulprostone, prostaglandine E2 et

F) ont été associés à des taux élevés d'effets secondaires gastro-intestinaux et d'expulsions inopinées plus élevés. Peu d'études ont rapporté la satisfaction des femmes vis-à-vis des techniques de préparation cervicale.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.