Agents antimicrobiens pour traiter les infections aiguës des voies urinaires sans complication chez les femmes.

L'infection urinaire basse (IUB) aiguë et sans complication, également connue sous le nom de cystite, se caractérise par une sensation de brûlure pendant la miction et une miction fréquente sans fièvre ou douleur du flanc. C'est un événement commun chez les femmes adultes non enceintes et en bonne santé. Une ample gamme d'antimicrobiens est utilisée pour traiter la cystite. Vingt-et-un essais de bonne qualité rassemblant 6 016 participants qui ont utilisé différentes classes d'antimicrobiens pour traiter la cystite aiguë chez des femmes pendant 3 à 10 jours ont été inclus dans cette revue. Les classes d'antimicrobiens inclus dans cette revue se sont avérées également efficaces pour la guérison symptomatique. Les fluoroquinolones se sont avérées plus efficaces que les bêta-lactamines pour la guérison bactériologique à court terme, mais l'importance de cette conclusion est douteuse. Moins d'éruptions se sont développées chez les patients traités avec des fluoroquinolones. La nitrofurantoïne a causé moins d'éruptions que le TMP-SMX malgré le fait que ses taux d'événements indésirables sont similaires. En vue du faible nombre d'études incluses dans chaque comparaison et de chaque résultat, il est recommandé de réaliser davantage d'essais contrôlés randomisés.

Conclusions des auteurs: 

Aucune différence n'a été observée entre les classes d'antimicrobiens inclus dans cette revue pour la guérison symptomatique des IUB aiguës sans complications. Les fluoroquinolones se sont avérées plus efficaces que les bêta-lactamines pour l'évolution bactériologique à court terme, probablement avec peu d'importance clinique. Le traitement individualisé doit tenir compte de la susceptibilité prévisible des pathogènes urinaires dans les zones locales, les éventuels événements indésirables et le développement de la résistance, ainsi que la préférence du patient.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'infection urinaire basse (IUB) aiguë et sans complication est un des troubles les plus fréquents pour lesquels les jeunes femmes consultent un médecin.

Objectifs: 

Comparer l'efficacité, le développement de la résistance et la sécurité des différents traitements antimicrobiens pour l'IUB aiguë et sans complication.

Stratégie de recherche documentaire: 

En février 2010, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), le registre spécialisé de Cochrane Renal Group, MEDLINE, EMBASE et les bibliographies des études incluses ont été consultés.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) qui comparent les différentes classes d'antimicrobiens pour l'IUB aiguë et sans complication chez des femmes ont été inclus. Les résultats intéressants étaient la guérison symptomatique et bactériologique lors du suivi à court et long terme, le développement de la résistance, le nombre de jours pour la résolution du symptôme, la perte de jours de travail, les événements indésirables et les complications.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont extrait les données indépendamment et évalué la qualité de l'étude. Les analyses statistiques ont été réalisées en utilisant le modèle à effets aléatoires et les résultats ont été exprimés sous la forme de risque relatif (RR) avec des intervalles de confiance (IC) de 95%.

Résultats principaux: 

21 études (6 016 patients) ont été incluses dans cette revue. Le triméthoprime-sulfaméthoxazole (TMP-SMX) s'avéra aussi efficace que les fluoroquinolones pour atteindre une guérison symptomatique à court terme (RR de 1,00, IC à 95% entre 0,97 et 1,03) et à long terme (RR de 0,99, IC à 95% entre 0,94 et 1,05). Les médicaments contenant des bêta-lactamines se sont avérés aussi efficaces que le TMP-SMX pour la guérison symptomatique à court terme (RR de 0,95, IC à 95% entre 0,81 et 1,12) et à long terme (RR de 1,06, IC à 95% entre 0,93 et 1,21). La guérison à court terme pour la nitrofurantoïne était similaire à celle du TMP-SMX (RR de 0,99, IC à 95% entre 0,95 et 1,04) ainsi que pour la guérison symptomatique à long terme (RR de 1,01, IC à 95% entre 0,94 et 1,09).

Les fluoroquinolones se sont avérés plus efficaces que les bêta-lactamines (RR de 1,22, IC à 95% entre 1,13 et 1,31) pour la guérison bactériologique à court terme. Les éruptions ont été plus fréquentes chez les patients traités avec le TMP-SMX qu'avec la nitrofurantoïne ou les fluoroquinolones et chez les patients traités avec des médicaments contenant des bêta-lactamines par rapport aux fluoroquinolones. Peu de données sur l'émergence de souches résistantes pendant ou après le traitement antimicrobien étaient disponibles.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.