Dropéridol pour le traitement des nausées et des vomissements (malaise) chez les patients atteints d'une maladie à un stade avancé

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les nausées (sensation de malaise) et les vomissements sont des symptômes courants et stressants pour les patients atteints d'un cancer à un stade avancé ou d'autres maladies engageant le pronostic vital. Plusieurs médicaments sont utilisés pour contrôler ces symptômes. Le dropéridol est l'un des médicaments utilisés pour tenter de prévenir ou de traiter les nausées et les vomissements chez les patients ayant subi une chirurgie ou une chimiothérapie. Nous n'avons identifié aucune étude randomisée portant sur le dropéridol pour le traitement des nausées ou des vomissements chez les patients recevant des soins palliatifs ou atteints d'une maladie évolutive incurable. Plusieurs études portaient sur l'utilisation du dropéridol pour la prévention des nausées et des vomissements associés à la chimiothérapie, mais une seule étude portait uniquement sur des patients en stade palliatif. Il s'agissait d'une étude portant sur 32 patients atteints d'un cancer du poumon au stade avancé et recevant une chimiothérapie. L'utilisation de dropéridol avec de la dexaméthasone et de la métoclopramide était associée à un raccourcissement de la durée médiane des nausées, mais la réduction de la durée et du volume des vomissements n'était pas statistiquement significative. D'autres études sont nécessaires pour identifier les médicaments les mieux adaptés au traitement des nausées et des vomissements en soins palliatifs.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves sont insuffisantes pour conseiller l'utilisation du dropéridol pour le traitement des nausées et vomissements en soins palliatifs. Des études d'antiémétiques dans des environnements de soins palliatifs sont nécessaires pour identifier les agents les plus efficaces et présentant le moins d'effets secondaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les nausées et les vomissements sont des symptômes courants chez les patients atteints d'une maladie terminale et peuvent être très désagréables et stressants. Différents traitements antiémétiques peuvent être utilisés pour contrôler ces symptômes. Le dropéridol est un médicament antipsychotique qui a été utilisé et étudié en tant qu'antiémétique pour le traitement des nausées et des vomissements postopératoires et associés à la chimiothérapie.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et les événements indésirables (mineurs ou graves) associés à l'utilisation du dropéridol pour le traitement des nausées et vomissements chez les patients en soins palliatifs.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté des bases de données électroniques, notamment CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, CINAHL et AMED, en utilisant les termes de recherche et synonymes pertinents. La stratégie de recherche documentaire initiale était (« dropéridol » OU « butyrophénone ») ET (« nausées » OU « vomissements »), modifiée pour chaque base de données. La recherche a été mise à jour le 2 décembre 2009.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur le dropéridol pour le traitement des nausées et/ou des vomissements chez des adultes recevant des soins palliatifs ou atteints d'une maladie évolutive incurable.

Recueil et analyse des données: 

La pertinence des études a été évaluée sur la base des titres et résumés, et les études potentiellement conformes aux critères d'inclusion ont été obtenues. Nous avons lu ces études pour évaluer leur éligibilité. Les divergences ont été débattues pour atteindre un consensus.

Résultats principaux: 

La stratégie de recherche documentaire a permis d'identifier 1 664 résumés (et 827 duplicatas) et d'obtenir 23 études complètes potentiellement conformes aux critères d'inclusion. Lors de l'examen des articles complets, aucune étude conforme aux critères d'inclusion n'a été identifiée et aucune étude n'a donc pu être incluse dans cette revue.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.