Formulation du message d'information sanitaire en termes négatifs ou positifs

Exemples illustrant les différents types de formulation

La même information concernant des effets sur la santé peut être formulée soit en termes positifs, soit en termes négatifs. La formulation d'attribut se rapporte à la description positive versus négative d'un attribut spécifique d'un élément ou d'un état, par exemple « les chances de survie au cancer sont de 2/3 » versus « le risque de mortalité du cancer est de 1/3 » La formulation d'objectif est la description des conséquences de l'exécution ou de la non exécution d'un acte sous la forme d'un gain ou d'une perte, par exemple « si vous vous soumettez au test de dépistage du cancer, votre survie sera plus longue » versus « si vous ne vous soumettez pas au test de dépistage du cancer, votre survie sera plus courte ».

Résumé

Il existe une croyance largement répandue selon laquelle la formulation des messages d'information sanitaire peut conduire à des décisions différentes et à des comportements de santé différents ; c'est ce qu'on appelle « l'effet de formulation ».

Cette revue systématique a identifié 35 études portant au total sur 16 342 personnes et testant cette hypothèse. Il a été constaté que les formulations tant d'attribut que d'objectif n'ont au mieux qu'un léger effet sur le comportement des consommateurs de santé.

Dans une étude sur la formulation d'attribut, les participants avaient mieux compris le message quand il était formulé négativement que quand il était formulé de façon positive. Les messages formulés de manière positive ont peut-être produit une perception d'efficacité plus positive que les messages formulés négativement. Pour la formulation d'attribut, il n'y avait guère de différence au niveau de la persuasion.

Dans le cas de la formulation d'objectif, les messages de perte ont produit une perception d'efficacité plus positive que les messages de gain pour ce qui concerne les messages de dépistage, et ont peut-être été plus convaincants pour ce qui concerne les messages de traitement..

Les différences de résultats inexpliquées entre les études incluses suggèrent que l'effet de formulation peut exister dans des conditions spécifiques mais non encore déterminées. Les recherches futures devront enquêter sur ces conditions.

Conclusions des auteurs: 

Contrairement aux idées reçues, les données de qualité faible à modérée disponibles suggèrent que la formulation d'attribut et la formulation d'objectif n'ont au mieux qu'un léger effet constant sur le comportement des consommateurs de santé. L'hétérogénéité inexpliquée entre les études suggère la possibilité d'un effet de formulation sous certaines conditions. Les recherches futures devront enquêter sur ces conditions.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La même information concernant des preuves des effets sur la santé peut être formulée soit en termes positifs, soit en termes négatifs. Certaines recherches suggèrent qu'une formulation positive versus négative peut conduire à des décisions différentes ; c'est ce qu'on appelle l'effet de formulation. La formulation d'attribut est la description positive versus négative d'un attribut spécifique d'un élément ou d'un état, par exemple « les chances de survie au cancer sont de 2/3 » versus « le risque de mortalité du cancer est de 1/3 ». La formulation d'objectif est la description des conséquences de l'exécution ou de la non exécution d'un acte sous la forme d'un gain par rapport à une perte, par exemple « si vous vous soumettez au test de dépistage du cancer, votre survie sera plus longue » versus « si vous ne vous soumettez pas au test de dépistage du cancer, votre survie sera plus courte ».

Objectifs: 

Évaluer les effets de la formulation d'attribut (positif versus négatif) et de la formulation d'objectif (gain versus perte) de la même information sanitaire, sur la compréhension, la perception d'efficacité, la persuasion et le comportement des professionnels de la santé, des décideurs et des consommateurs..

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, The Cochrane Library, numéro 3 2007), dans MEDLINE (Ovid) (de 1966 à octobre 2007), EMBASE (Ovid) (de 1980 à octobre 2007) et PsycINFO (Ovid) (de 1887 à octobre 2007). Il n'y avait aucune restriction concernant la langue. Nous avons examiné les bibliographies trouvées dans les revues systématiques en rapport, dans les études incluses ainsi que dans les études exclues mais étroitement liées. Nous avons également contacté des experts du domaine..

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés, des essais contrôlés quasi-randomisés et des études croisées où des personnels de santé, des décideurs et des consommateurs évaluaient un des deux types de formulation.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont extrait les données de manière indépendante et en double. Nous avons attribué une note à la qualité des données pour chaque critère de jugement en utilisant la grille GRADE. Nous avons normalisé les effets des résultats en utilisant la différence moyenne standardisée (DMS). Nous avons stratifié l'analyse par type de formulation (attribut, objectif) et mené des analyses pré-définies par sous-groupe de type de message (dépistage, prévention et traitement). Le critère principal était le comportement. Nous n'avons pas évalué les événements indésirables.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 35 études impliquant au total 16 342 participants (tous consommateurs de santé) et faisant état de 51 comparaisons.

Pour la formulation d'attribut, les participants à une des études incluses comprenaient mieux le message lorsqu’il était formulé négativement ar rapport à lorsqu’il était formulé positivement (1 étude ; DMS -0,58 (intervalle de confiance (IC) à 95% -0,94 à -0,22) ; effet de taille modéré ; données de faible qualité). Bien que les messages formulés de manière positive puissent avoir produit une perception d'efficacité plus positive que les messages formulés négativement (2 études ; DMS 0,36 (IC 95% -0.13 à 0,85) ; petite effet de taille ; données de faible qualité), il n'y avait que peu ou pas de différence au niveau de la persuasion (11 études ; DMS 0,07 (IC 95% -0,23 à 0,37) ; données de faible qualité) et du comportement (1 étude ; DMS 0,09 (IC 95% -0,14 à 0,31) ; données de qualité moyenne).

Dans le cas de la formulation d'objectif, les messages de perte produisaient une perception d'efficacité plus positive que les messages de gain pour ce qui concerne les messages de dépistage (5 études ; DMS -0,30 (IC 95% -0,49 à -0,10) ; petit effet de taille ; données de qualité moyenne) et ont peut-être été plus convaincants pour ce qui concerne les messages de traitement (3 études ; DMS -0,50 (IC 95% -1,04 à 0,04); effet de taille modéré ; données de très faible qualité). Il n'y avait que peu ou pas de différence au niveau du comportement (16 études ; DMS -0,06 (IC 95% -0,15 à 0,03) ; données de faible qualité). Aucune étude n'a évalué l'effet sur la compréhension.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.