Laparoscopie versus laparotomie pour le traitement du cancer endométrial présumé au stade précoce

Contexte
Dans le monde, le cancer de l'utérus ou " cancer de l'endomètre " est le cinquième cancer le plus fréquent chez les femmes de moins de 65 ans et son incidence est plus élevée dans les pays à revenu élevé que dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Pour les femmes atteintes d'un cancer de l'utérus, l'ablation de l'utérus (hystérectomie) et l'ablation des trompes de Fallope (conduits le long desquels les ovules passent des ovaires à l'utérus) et des ovaires (qui produisent les ovules) est considérée comme le traitement standard actuel. Les autres traitements sont notamment la radiothérapie et la chimiothérapie. Traditionnellement, la chirurgie du cancer de l'utérus se pratique par laparotomie (ouverture de l'abdomen).

Problématique
Cette revue a comparé la survie globale (durée pendant laquelle la femme est restée en vie) et la survie sans maladie (durée pendant laquelle les femmes sont restées sans maladie) pour la chirurgie laparoscopique (chirurgie endoscopique avec une petite incision de la taille d’un trou de serrure) avec la laparotomie chez les femmes ayant un cancer de l'endomètre précoce présumé.

Résultats clés
Les résultats de six essais où les femmes ont été réparties au hasard dans l'un des deux groupes de traitement n'ont montré aucune différence dans le risque de décès entre les femmes qui ont subi une laparoscopie et celles qui ont subi une laparotomie. De plus, les résultats de cinq essais randomisés n'ont confirmé aucune différence dans le risque de récidive du cancer entre les femmes ayant eu une laparoscopie et celles ayant eu une laparotomie. Notamment, la laparoscopie a été associée à une diminution des pertes sanguines et à une sortie plus précoce de l'hôpital.

Niveau de certitude des données probantes
La certitude des données probantes concernant la survie globale et la survie sans récurrence était modérée. La certitude quant aux effets secondaires était faible.

Quelles en ont été les conclusions ?
Cette mise à jour confirme les conclusions de la revue précédente selon lesquelles la laparoscopie (par endoscopie) est une alternative efficace et viable à la laparotomie (ouverture de l’abdomen) dans le traitement du cancer de l'endomètre au stade précoce. En ce qui concerne les résultats de survie à long terme, le traitement par laparoscopie est comparable à la laparotomie.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue a permis de trouver des données probantes de certitude faible à modérée confortant le rôle de la laparoscopie dans la prise en charge du cancer de l'endomètre au stade précoce. Pour l'adénocarcinome endométrioïde primaire présumé à un stade précoce de l'endomètre, la laparoscopie est associée à une SG et une SSR semblables. De plus, la laparoscopie est associée à une réduction de la morbidité opératoire et du séjour à l'hôpital. Il n'y a pas de différence significative dans la morbidité postopératoire grave entre les deux modalités.

La certitude des données probantes pour la SG et le SSR était modérée et a été abaissée en raison de l'imprécision des profils de risque de biais et de l'imprécision des estimations des effets. Toutefois, la plupart des études ont utilisé des méthodes adéquates de génération de séquences et de dissimulation de l'allocation, de sorte que les études n'étaient pas sujettes à un biais de sélection. Les effets indésirables ont été déclassés pour les mêmes raisons et, de plus, pour de faibles taux d'événements et de faibles puissances, ce qui fait que ces effets ont fourni des données probantes de faible certitude.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il s'agit d'une mise à jour d'une précédente Revue Cochrane publiée en 2012, numéro 9.

La chirurgie du cancer de l'endomètre (hystérectomie avec ablation des trompes de Fallope et des ovaires) est réalisée par laparotomie. Il a été suggéré que l'approche laparoscopique est associée à une réduction de la morbidité opératoire. Au cours des deux dernières décennies, le recours à la laparoscopie pour le cancer de l'endomètre a augmenté régulièrement. Cette revue a porté sur les avantages et les inconvénients de la chirurgie laparoscopique par rapport à la laparotomie pour le cancer de l'endomètre à un stade précoce présumé.

Objectifs: 

Comparer la survie globale (SG) et la survie sans maladie (SSM) pour la chirurgie laparoscopique par rapport à la laparotomie chez les femmes atteintes d'un cancer de l'endomètre au stade précoce présumé.

La stratégie de recherche documentaire: 

Pour cette mise à jour, nous avons fait une recherche dans le Registre central des essais contrôlés Cochrane (CENTRAL ; 2018, numéro 5) dans la Bibliothèque Cochrane, MEDLINE via Ovid (avril 2012 à juin 2018) et Embase via Ovid (avril 2012 à juin 2018). Nous avons également consulté les registres des essais cliniques, les résumés des réunions scientifiques et les références bibliographiques des études incluses. Les registres d'essais comprenaient le registre des essais cliniques du NHMRC, le registre des essais sur le cancer du UKCCCR, le Meta-Register and Physician Data Query Protocol.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés (ECR) ayant comparé la laparoscopie et la laparotomie pour le cancer endométrial au stade précoce.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons, indépendamment, extrait les données et évalué les risques de biais. Nous avons utilisé les rapports de risque (RR) pour la SG et la survie sans récidive (SSR), les rapports de risque (RR) pour les événements indésirables graves et les différences moyennes (DM) pour les résultats continus chez les femmes ayant subi une laparoscopie ou une laparotomie avec un intervalle de confiance (IC) de 95 %. Ces données ont été regroupées dans des méta-analyses à effets aléatoires.

Résultats principaux: 

Nous avons relevé une nouvelle étude dans cette mise à jour de la revue. La revue comprend neuf ECR comparant la laparoscopie à la laparotomie pour la prise en charge chirurgicale du cancer de l'endomètre à un stade précoce.

Les neuf études répondaient aux critères d'inclusion et ont évalué 4 389 femmes à la fin des études. Six études portant sur 3 993 participantes atteintes d'un cancer de l'endomètre à un stade précoce n'ont révélé aucune différence significative dans le risque de décès entre les femmes ayant subi une laparoscopie et les femmes ayant subi une laparotomie (RR 1,04, 95 % 0,86 à 1,25 ; preuves modérées certaines) et cinq études portant sur 3710 participantes n'ont relevé aucune différence significative dans le risque de récurrence entre les groupes laparoscopiques et laparotomiques (RR 1,14, IC 95 % 0,90 à 1,43 ; preuves moyennes certaines). Il n'y avait pas de différence significative dans le taux de décès périopératoire, le taux de femmes nécessitant une transfusion sanguine et le taux de lésions vésicales, urétérales, intestinales et vasculaires. Toutefois, une méta-analyse de trois études a révélé que les femmes du groupe de laparoscopie ont perdu beaucoup moins de sang que les femmes du groupe de laparotomie (DM -106,82 mL, IC à 95 % : -141,59 à -72,06 ; données probantes de faible certitude). Une méta-analyse plus poussée de deux études, qui a évalué 3344 femmes et qui comprenait un très vaste essai de plus de 2 500 participants, a révélé qu'il n'y avait aucune différence clinique dans le risque de complications postopératoires graves chez les femmes des groupes laparoscopie et laparotomie (RR 0,78, IC à 95% : 0,44-1,38). La plupart des études présentaient un risque modéré de biais. Les neuf études ont toutes fait état du séjour à l'hôpital et les résultats ont montré qu'en moyenne, la laparoscopie était associée à un séjour à l'hôpital beaucoup plus court.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Amytis HEIM et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.