Outils d'évaluation des risques pour prévenir les escarres

Objectif de la revue

L'objectif de cette revue était de déterminer l'effet de l'utilisation d'outils d'évaluation des risques sur le développement de nouveaux escarres, chez les personnes à risque de développer des escarres. De nombreux outils d'évaluation des risques d’escarres sont utilisés dans la pratique clinique et on ne sait pas lequel est le meilleur. Les chercheurs de Cochrane ont recueilli et analysé toutes les études pertinentes (essais contrôlés randomisés) pour répondre à cette question et ont trouvé deux études pertinentes.

Messages clés

Nous ne pouvons pas être certains si l'utilisation d'un outil d'évaluation des risques fait une différence dans le nombre de nouveaux escarres qui se développent chez les personnes à risque. Le degré de certitude des données probantes variait de faible à très faible.

Quel était l’objet de la revue ?

Les escarres (également connus sous le nom de plaies de lit, plaies de pression, lésions de pression et ulcères de décubitus) sont des lésions localisées de la peau et des tissus sous-jacents, généralement sur une partie osseuse du corps, comme la hanche ou le talon. Ces escarres se développent sous l'effet de la pression ou en combinaison avec des forces de cisaillement (écrasement et étirement des tissus mous entre les structures osseuses et la peau). Les escarres surviennent principalement chez les personnes à mobilité réduite ou présentant des lésions nerveuses, comme les personnes âgées, les personnes atteintes de lésions médullaires ou les patients hospitalisés depuis longtemps. L'évaluation du risque d'escarre fait partie du processus utilisé pour identifier les personnes qui sont susceptibles de développer un escarre. L'utilisation d'un outil d'évaluation des risques est recommandée par de nombreuses directives internationales sur la prévention des escarres. Différents outils sont utilisés pour évaluer le risque d’escarres. Nous voulions savoir lequel est le plus efficace pour prévenir les escarres. Nous voulions également savoir quels outils d'évaluation des risques réduisaient le temps de développement et la gravité des escarres.

Quels sont les principaux résultats de la revue ?

Nous avons trouvé deux études pertinentes, datant de 2009 et 2011. Les deux études incluses comportaient trois bras. Une étude comparait l’évaluation des risques avec l’échelle Braden et l’éducation, à la formation et à l'évaluation des risques à l'aide du jugement clinique, ou à l'évaluation des risques à l'aide du seul jugement clinique. La deuxième étude a comparé l'évaluation des risques en utilisant l’outil Waterlow à l'évaluation des risques avec l’outil Ramstadius, ou évaluation des risques à l'aide du jugement clinique. Les études ont porté sur 1 487 personnes à risque de développer des escarres. Dans la première étude, aucune information n'a été fournie sur la répartition par âge ou par sexe. Dans la deuxième étude, 50,3 % (619) des participants étaient des hommes, l'âge moyen étant de 62,6 ans. La première étude ne mentionnait aucune source de financement. La deuxième étude a été financée par des subventions de recherche du Queensland Nursing Council, du Royal Brisbane and Women's Hospital Private Practice Fund, de la Royal Brisbane and Women's Hospital Research Foundation et du Queensland Health Nursing Research Grant.

Nous ne pouvons pas être certains si l'utilisation d'un outil d'évaluation des risques fait une différence dans la prévention des escarres, comparativement à l'utilisation du jugement clinique. Les résultats des études n'ont pas montré de différences dans le nombre d'escarres qui se sont développés chez les participants et une étude n'a pas montré de différence dans la gravité des escarres qui se sont développés. Nous avons évalué la certitude des données probantes comme étant faible ou très faible, parce que toutes les personnes n’ont pas terminé l'une des études, et dans les deux études, les résultats variaient grandement, et le personnel savait dans quel groupe d'étude se trouvait le patient. Les résultats concernant le délai de développement des escarres et la prévalence des escarres n'ont été rapportés dans aucune des deux études.

Cette revue est-elle à jour ?

Nous avons cherché des études qui avaient été publiées jusqu'en février 2018.

Conclusions des auteurs: 

Nous avons identifié deux études qui évaluaient l'effet de l'évaluation des risques sur l'incidence des escarres. D'après les résultats d'une étude, nous ne savons pas si l'évaluation du risque à l'aide de l'outil Braden fait une différence dans l'incidence des escarres, comparativement à la formation et à l'évaluation du risque par jugement clinique ou à l'évaluation du risque par jugement clinique seul. L'évaluation des risques à l'aide de l'outil Waterlow ou de l'outil Ramstadius peut faire peu ou pas de différence en matière d'incidence ou de gravité des escarres, comparativement au jugement clinique. La certitude faible ou très faible des données probantes provenant des études incluses n'est pas assez fiable pour suggérer que l'utilisation d'outils structurés et systématiques d'évaluation des risques d'escarres réduit l'incidence ou la gravité des escarres.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'utilisation d'outils ou d'échelles d'évaluation des risques d’escarres est une composante du processus d'évaluation utilisé pour identifier les personnes à risque de développer un escarre. L'utilisation d'un outil d'évaluation des risques est recommandée par de nombreuses directives internationales de prévention des escarres, on ne sait toutefois pas si un outil d'évaluation des risques fait une différence dans les résultats des patients. Nous avons effectué une revue afin de fournir un résumé des données probantes relatives à l'évaluation du risque d’escarres dans la pratique clinique, et c'est la troisième mise à jour de cette revue.

Objectifs: 

Évaluer si l'utilisation d'outils structurés et systématiques d'évaluation du risque d'escarres, dans n'importe quel contexte de soins de santé, réduit l'incidence des escarres.

La stratégie de recherche documentaire: 

En février 2018, nous avons consulté le Registre spécialisé des plaies de Cochrane, le Registre central des essais contrôlés de Cochrane (CENTRAL), Ovid MEDLINE (y compris les citations en cours de traitement et autres citations non indexées), Ovid Embase et EBSCO CINAHL Plus. Nous avons également fait des recherches dans les registres d'essais cliniques pour trouver des études en cours et non publiées, ainsi que dans les listes de référence des études pertinentes mais aussi dans des revues, des méta-analyses et des rapports sur les technologies de la santé pour trouver des études supplémentaires. Il n'y avait aucune restriction concernant la langue, la date de publication ou le contexte de l'étude.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) comparant l'utilisation d'outils structurés et systématiques d'évaluation du risque d'escarres à l’absence d’évaluation structurée du risque d'escarres, ou au jugement clinique sans autre support, ou ECR comparant l'utilisation de différents outils structurés d'évaluation du risque d'escarres.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de l'étude ont procédé indépendamment à la sélection des études, à l'extraction des données, à l'évaluation du " risque de biais " et à l'évaluation GRADE de la certitude des données probantes.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus deux études dans cette revue (1 487 participants). Nous n'avons identifié aucun nouvel essai pour cette dernière mise à jour.

Les deux études ont été menées dans des hôpitaux de soins actifs. Dans une étude, les patients étaient admissibles s'ils avaient un score de Braden de 18 ou moins. Dans la deuxième étude, tous les patients admis étaient admissibles à l'inclusion, lorsqu'on s'attendait à ce qu'ils soient hospitalisés pendant plus de trois jours et qu'ils n'avaient pas été hospitalisés plus de 24 heures avant l'évaluation initiale. Dans la première étude, la plupart des participants étaient des patients médicaux ; aucune information sur la répartition par âge ou par sexe n'a été fournie. Dans la deuxième étude, 50,3 % (619) des participants étaient des hommes, l'âge moyen étant de 62,6 ans (écart-type) : 19.3) et 15,4 % (190) ont été admis en oncologie.

Les deux études incluses étaient des études à trois bras. Dans la première étude, les trois groupes étaient : Braden (n = 74), jugement clinique et formation (n = 76) et jugement clinique seul (n = 106) ; le suivi était de huit semaines. Dans la deuxième étude, les trois groupes étaient : (n = 411), le jugement clinique (n = 410) et l'outil d'évaluation des risques Ramstadius (n = 410) ; le suivi était de quatre jours. Les deux études ont fait état du critère de jugement principal de l'incidence des escarres et une étude a également fait état du critère secondaire secondaire, la gravité des nouveaux escarres.

Nous ne savons pas si l'utilisation de l'outil d'évaluation du risque Braden et la formation fait une différence dans l'incidence des escarres, comparativement à l'évaluation du risque fondée sur le jugement clinique et la formation (ratio de risque (RR) 0,97, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,53 à 1,77 ; 150 participants) ou à l'évaluation du risque fondée uniquement sur le jugement clinique (RR 1,43, IC 95 % 0,77 à 2,68 ; 180 participants). Nous avons évalué la certitude des données probantes comme étant très faible (déclassée deux fois en raison des limites de l'étude et deux fois en raison de l'imprécision).

L'évaluation des risques à l'aide de l'outil Waterlow peut faire peu ou pas de différence dans l'incidence ou la gravité des escarres par rapport à l'évaluation des risques à l'aide du jugement clinique (plaies de pression à tous les stades) : RR 1,10, IC à 95 % : 0,68 à 1,81 ; 821 participants ; escarres de stade 1 : RR 1,05, IC à 95 % : 0,58 à 1,90 ; 821 participants ; escarres de stade 2 : RR 1,25, IC à 95 % 0,50 à 3,13 ; 821 participants), ou évaluation des risques à l'aide de l'outil Ramstadius (escarres à tous les stades : RR 1,41, IC à 95 % : 0,83 à 2,39 ; 821 participants ; escarres de stade 1 : RR 1,16, IC à 95 % : 0,63 à 2,15 ; 821 participants ; escarres de stade 2 : RR 2,49, IC à 95 % : 0,79 à 7,89 ; 821 participants). De même, l'évaluation des risques à l'aide de l'outil Ramstadius peut faire peu ou pas de différence dans l'incidence ou la gravité des escarres par rapport à l'évaluation des risques par jugement clinique (escarres à tous les stades) : RR 0,79, IC à 95 % 0,46 à 1,35 ; 820 participants ; escarres de stade 1 : RR 0,90, IC à 95 % 0,48 à 1,68 ; 820 participants ; escarres de stade 2 : RR 0,50, IC à 95 % 0,15 à 1,65 ; 820 participants). Nous avons évalué la certitude des éléments probants comme étant faible (déclassée une fois pour les limites de l'étude et une fois pour l'imprécision).

Les études n'ont pas fait état des critères de jugement secondaires du temps écoulé avant le développement de l'escarre, ni de la prévalence des escarres.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Aïda Bafeta et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.