Anticoagulants oraux chez les patients atteints de cancer

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Contexte

Cette revue a évalué les effets de l'anticoagulation orale (médicaments diluant le sang) chez les personnes atteintes d'un cancer sur la survie, les événements thromboemboliques et les critères hémorragiques.

Caractéristiques des études

Nous avons cherché dans la littérature scientifique des études sur des anticoagulants chez les personnes cancéreuses. Les preuves sont à jour jusqu'à février 2013.

Principaux résultats

Nous avons trouvé six études utilisant la warfarine et une étude utilisant l'apixaban. En prenant en compte les personnes atteintes de cancer en général, la warfarine n'a pas réduit la mortalité, mais a permis de réduire le risque de caillots veineux, tout en augmentant le risque de saignement mineur et majeur. L'apixaban a réduit l'occurrence de thrombose veineuse profonde (TVP) et n'a eu aucun effet sur les décès ou les hémorragies majeures ou mineures ; cependant, ce résultat provient d'une seule étude.

Qualité des preuves

Nous avons estimé que les éléments de preuve sur la warfarine étaient de qualité modérée, et sur l'apixaban, de qualité faible.

Conclusions des auteurs: 

Les données existantes ne suggèrent aucun avantage sur la mortalité de l'anticoagulation orale chez les patients cancéreux, alors que le risque d'hémorragie est augmenté.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Plusieurs études de recherche fondamentale et cliniques ont conduit à l'hypothèse que les anticoagulants oraux pourraient améliorer la survie des patients cancéreux au moyen d'un effet anti-tumoral, en plus de leur effet anti-thrombotique.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité des anticoagulants oraux chez les patients cancéreux sans indication thérapeutique ou prophylactique pour l'anticoagulation.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche exhaustive d'études sur l'anticoagulation chez les patients cancéreux, y compris 1) une recherche électronique en février 2013 des bases de données suivantes : registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE et EMBASE ; 2) une recherche manuelle de l'American Society of Clinical Oncology (à partir du premier volume, 1982) et de l'American Society of Hematology (à partir du numéro de 2003) ; 3) la vérification des références bibliographiques des études incluses ; 4) l'utilisation de la fonction « citations associées » dans PubMed ; et 5) des recherches d'essais en cours sur clinical trials.gov.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) comparant l'antivitamine K ou d'autres anticoagulants oraux à l'absence d'intervention ou à un placebo chez des patients cancéreux sans signe clinique de thromboembolie veineuse.

Recueil et analyse des données: 

À l'aide d'un formulaire de données standardisé, nous avons extrait les données sur le risque de biais, les participants, les interventions et les résultats d'intérêt, qui comprenaient la mortalité toutes causes, la thromboembolie veineuse, l'hémorragie majeure et mineure.

Résultats principaux: 

L'étude évaluant l'effet de l'apixaban n'a pas démontré ou exclu un effet bénéfique ou néfaste de l'apixaban sur la mortalité à six mois (RR 0,16 ; IC à 95 % de 0,01 à 1,66) ; les hémorragies majeures (RR 0,62 ; IC à 95 % de 0,06 à 6,63)  ou mineures (RR 2,87 ; IC à 95 % de 0,16 à 51,82). Nous avons évalué la qualité des preuves comme étant faible pour tous les critères de jugement.

Notes de traduction: 
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.