Patches de trinitroglycérine pour la pathologie de la coiffe des rotateurs

Ce résumé d'une revue Cochrane présente les connaissances actuelles issues de la recherche sur l'effet des patches de trinitroglycérine sur la pathologie de la coiffe des rotateurs (PCR).

Douleur

- les patches de trinitroglycérine (5 mg/jour) peuvent améliorer légèrement la douleur.
- les effets des patches de trinitroglycérine (1,25 mg/jour) accompagnés d’instructions de rééducation (comme des exercices) et des patches de trinitroglycérine (5 mg/jour), par rapport à l’injection de corticostéroïdes et d’analgésiques, n’ont pas été rapportés dans les études incluses dans la revue.

Symptômes de la PCR

- on ignore si les patches de trinitroglycérine (5 mg/jour) éliminent les symptômes de la PCR en raison de la très faible qualité des preuves.
- la trinitroglycérine (1,25 mg/jour) accompagnée d’instructions de rééducation (comme des exercices) pourrait être plus efficace pour éliminer les symptômes que les instructions de rééducation seules.
- l’effet des patches de trinitroglycérine (5 mg/jour) par rapport aux injections de corticostéroïdes et d’analgésiques n’a pas pu être déterminé dans cette revue.

Fonction physique
- l’amélioration de la fonction physique des patients n’a été mesurée dans aucune des études incluses dans la revue.

Effets secondaires

- on ignore si la trinitroglycérine (5 mg/jour) provoque des effets secondaires, comme des maux de tête, en raison de la très faible qualité des preuves.
- la trinitroglycérine (1,25 mg/jour) associée à des instructions de rééducation (comme des exercices) pourrait entraîner plus de maux de tête ou d’éruptions que les instructions de rééducation seules.

Qu’est-ce que la pathologie de la coiffe des rotateurs et qu’est-ce que la trinitroglycérine ?

La coiffe des rotateurs est un groupe de tendons qui entoure l’articulation de l’épaule. Chez certaines personnes, les muscles et les tendons se pincent lorsqu’elles font des mouvements de l’épaule à répétition. Le pincement peut entraîner une tuméfaction, une rupture ou une déchirure de la coiffe des rotateurs par rapport à l’os. On appelle cela pathologie de la coiffe des rotateurs ou tendinite. Chez de nombreuses personnes, ce phénomène relève du vieillissement normal et n’entraîne aucun symptôme. Mais de nombreuses personnes souffrant de la pathologie de la coiffe des rotateurs ressentent une douleur au niveau de l’épaule et cette douleur ne s’élimine parfois pas spontanément.

La trinitroglycérine (également appelée nitroglycérine) est utilisée depuis longtemps pour traiter la douleur thoracique et a été proposée en tant que traitement prometteur pour les lésions des muscles et des tendons. Pour le traitement des lésions des tissus mous, la trinitroglycérine est appliquée par voie topique, à travers la peau, sous la forme de patches médicalisés.

Conclusions des auteurs: 

Une étude à risque élevé de biais fournit des preuves montrant que la trinitroglycérine topique est plus efficace que le placebo pour la pathologie de la coiffe des rotateurs, parmi des patients ayant des symptômes aigus (> sept jours de durée) ; toutefois, les preuves sont insuffisantes pour certifier les effets à plus long terme. Les maux de tête sont un effet secondaire courant dans un essai et les bénéfices du traitement doivent être confrontés au risque de maux de tête. Des recherches de bonne qualité plus poussées sont nécessaires pour déterminer l’efficacité et la sécurité de ce nouveau traitement.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La pathologie de la coiffe des rotateurs est une cause courante de la douleur de l’épaule. La trinitroglycérine est un nouveau traitement potentiel.

Objectifs: 

Déterminer l’efficacité et la sécurité de la trinitroglycérine topique pour la pathologie de la coiffe des rotateurs.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, SPORTDiscus, PEDro, le registre australien des essais cliniques, Current Controlled Trials (jusqu’en octobre 2007) et les références et citations des études incluses.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés et des essais cliniques contrôlés de personnes souffrant de la pathologie de la coiffe des rotateurs, ayant reçu de la trinitroglycérine topique, seule ou en association, par rapport à un placebo ou à un traitement actif.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué le risque de biais indépendamment et extrait les données.

Résultats principaux: 

Trois études de petite taille, une avec un risque de biais modéré et deux études avec un risque de biais élevé, ont été incluses. La méta-analyse a été exclue attendu que les interventions et les mesures des résultats étaient différentes. La durée des symptômes des participants aux études était également différente et les données de douleur et de fonction n’ont pas pu être extraites d’une étude. Un essai contrôlé contre placebo (20 participants) a testé des patches de trinitroglycérine 5 mg, utilisés quotidiennement pendant trois jours, auprès de participants atteints de tendinite du sus-épineux aiguë depuis moins de sept jours. Le traitement a donné lieu à une réduction de l’intensité de la douleur (DM ajustée -3,50, IC à 95% entre -3,96 et -3,04). La fonction n’a pas été mesurée. Un essai (53 participants) a comparé un quart de patch de trinitroglycérine 5 mg utilisé quotidiennement pendant une durée maximum de 24 semaines, associé à de la rééducation, avec des patches placebo et de la rééducation parmi des participants atteints de tendinopathie du sus-épineux depuis plus de six mois. Un troisième essai (48 participants) a évalué des patches de trinitroglycérine 5 mg, utilisés quotidiennement pendant trois jours, par rapport à des injections de corticostéroïdes, auprès de participants atteints de tendinite de la coiffe des rotateurs depuis moins de six semaines. Quinze patients sur 24 dans le groupe de traitement par trinitroglycérine ont rapporté des maux de tête (RR 0,11, IC à 95% entre 0,01 et 1,96).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.