Stéroïdes topiques pour l'obstruction des voies nasales chez les enfants présentant un gonflement des adénoïdes de modéré à grave

L'hypertrophie adénoïdienne est généralement considérée comme une affection fréquente chez l'enfant ; elle représente l'une des indications les plus courantes en ce qui concerne la chirurgie pédiatrique. Dans les cas moins graves, des interventions non chirurgicales peuvent être envisagées. Il n'existe cependant que peu d'alternatives médicales. L'objectif de cette revue était d'évaluer l'efficacité des corticostéroïdes intra-nasaux dans l'amélioration de l'obstruction des voies nasales chez les enfants, âgés de 0 à 12 ans, souffrant d'une hypertrophie adénoïdienne de modérée à grave. Les preuves provenant de cinq des six essais contrôlés randomisés inclus dans cette revue indiquent que les stéroïdes intra-nasaux peuvent significativement améliorer l'obstruction nasale chez les enfants souffrant d'une hypertrophie adénoïdienne, et que cette amélioration peut être associée à la réduction de la taille des adénoïdes. Une étude ne constatait aucune amélioration significative des symptômes de l'obstruction nasale. D'autres essais contrôlés randomisés, à grande échelle et de haute qualité, sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

À l'heure actuelle, les preuves indiquent que les corticostéroïdes intra-nasaux peuvent significativement améliorer les symptômes de l'obstruction nasale chez les enfants souffrant d'une hypertrophie adénoïdienne de modérée à grave, et que cette amélioration peut être associée à la réduction de la taille des adénoïdes. L'efficacité à long terme des corticostéroïdes intra-nasaux chez ce type de patients reste à définir.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Ceci est la mise à jour d'une revue systématique Cochrane publiée pour la première fois dans The Cochrane Library Numéro 3, 2008.

L'hypertrophie adénoïdienne est généralement considérée comme une affection fréquente chez l'enfant. L'adénoïdectomie est généralement indiquée lorsque l'hypertrophie cause un syndrome d'apnées du sommeil obstructives ou un syndrome cardiorespiratoire. Dans les cas moins graves, des interventions non chirurgicales peuvent être envisagées. Il n'existe cependant que peu d'alternatives médicales. Les stéroïdes intra-nasaux peuvent être utilisés afin de réduire l'obstruction des voies nasales.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des corticostéroïdes intra-nasaux dans l'amélioration de l'obstruction des voies nasales chez les enfants souffrant d'une hypertrophie adénoïdienne de modérée à grave.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur l'otorhinolaryngologie, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) ; MEDLINE ; EMBASE ; ISI Web of Science ; Cambridge Scientific Abstracts ; ainsi que dans ISRCTN et autres sources afin de recenser des essais publiés ou non. La recherche la plus récente a été effectuée le 4 mai 2010.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés comparant les corticostéroïdes intra-nasaux à un placebo, à l'absence d'intervention ou à un autre traitement chez des enfants, âgés de 0 à 12 ans, souffrant d'une hypertrophie adénoïdienne de modérée à grave.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont, de manière indépendante, extrait les données des essais inclus et évalué la qualité méthodologique des essais. La méta-analyse n'était pas applicable et les données ont été résumées sous une forme narrative.

Résultats principaux: 

Six essais randomisés impliquant un total de 394 patients ont été inclus. Cinq de ces six essais démontraient une efficacité importante des corticostéroïdes intra-nasaux dans l'amélioration des symptômes de l'obstruction nasale et la réduction de la taille des adénoïdes.

La première étude croisée d'une durée de huit semaines révélait que le traitement par béclométasone (336 mcg/jour) était à l'origine d'une plus grande amélioration des scores de symptômes moyens par rapport au placebo (-18,5 contre -8,5, P < 0,05) et d'une réduction plus importante du rapport adénoïde/choane moyen par rapport au placebo (droit, -14 % contre +0,4 %, P = 0,002 ; gauche, -15 % contre -2,0 %, P = 0,0006) entre la semaine 0 et la semaine 4. La deuxième étude croisée d'une durée de quatre semaines révélait que le Nasal Obstruction Index diminuait d'au moins 50 % par rapport au départ chez 38 % des patients traités par béclométasone (400 mcg/jour) entre la semaine 0 et la semaine 2, alors qu'aucun des patients sous placebo n'affichait une telle amélioration (P < 0,01). Le troisième essai en groupes parallèles indiquait que 77,7 % des patients traités par mométasone (100 mcg/jour) pendant 40 jours présentaient une amélioration des symptômes de l'obstruction nasale et une réduction de la taille des adénoïdes, si bien que l'adénoïdectomie pouvait être évitée, alors qu'aucune amélioration n'était observée dans le groupe sous placebo. Le quatrième essai en groupes parallèles signalait que huit semaines de traitement par flunisolide (500 mcg/jour) étaient associées à une réduction plus importante de la taille des adénoïdes par rapport à une solution saline isotonique (P < 0,05). Le cinquième essai en groupes parallèles démontrait que huit semaines de traitement par fluticasone (400 mcg/jour) réduisaient significativement les symptômes de l'obstruction nasale et la taille des adénoïdes, et que l'adénoïdectomie était évitée pour 76 % de ces patients contre 20 % des patients placés sous une solution physiologique salée (P < 0,05).

En revanche, un essai en groupes parallèles ne révélait aucune amélioration significative des symptômes de l'obstruction nasale et de la taille des adénoïdes après huit semaines de traitement par béclométasone (200 mcg/jour).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.