Hydratation médicalement assistée pour aider les patients en soins palliatifs

Contexte

Il est courant, chez les patients en soins palliatifs, de réduire leur prise de liquide pendant leur maladie. La prise en charge de ce problème comprend la discussion avec le patient, la famille et le personnel impliqué, et peut impliquer l'administration de liquide avec une assistance médicale. Cela peut être réalisé à l'aide d'un petit tube en plastique inséré dans une veine ou sous la peau, ou via un tube inséré dans l'estomac. Nous ignorons si ce traitement aide les personnes à se sentir mieux ou à vivre plus longtemps.

Caractéristiques des études

Nous avons effectué des recherches dans la littérature internationale pour les essais contrôlés randomisés examinant les effets de l'hydratation médicalement assistée chez les adultes en soins palliatifs. Dans les essais contrôlés randomisés, les patients sont assignés de manière aléatoire à un groupe de traitement parmi deux ou plusieurs. Ces essais fournissent l'information la plus précise sur le meilleur traitement. Nous avons effectué les recherches en avril 2013 et mars 2014.

Résultats principaux et qualité des preuves

Nous n'avons trouvé que six études portant sur cette question. Les études n'ont pas montré de bénéfice significatif de l'utilisation de l'hydratation médicalement assistée chez les patients en soins palliatifs ; cependant, il n'existe pas suffisamment d'études de bonne qualité pour émettre des recommandations définitives. Par conséquent, il n'est pas possible de définir clairement les bénéfices et les effets délétères de ce traitement.

Conclusions des auteurs: 

Depuis la dernière version de cette revue, nous avons trouvé une nouvelle étude. Les études publiées ne montrent pas de bénéfice significatif de l'utilisation de l'hydratation médicalement assistée chez les patients en soins palliatifs ; cependant, il n'existe pas suffisamment d'études de bonne qualité pour fournir des recommandations définitives pour la pratique en ce qui concerne l'utilisation de l'hydratation médicalement assistée chez les patients en soins palliatifs.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

De nombreux patients en soins palliatifs réduisent leur prise orale pendant leur maladie. La prise en charge de ce problème peut comprendre l'administration d'une hydratation médicalement assistée dans le but de prolonger la vie du patient, d'améliorer sa qualité de vie, ou les deux. Ceci est une version mise à jour de la revue Cochrane originale publiée dans le numéro 2, 2008 et mise à jour en février 2011.

Objectifs: 

Déterminer l'effet de l'hydratation médicalement assistée chez les patients en soins palliatifs sur leur qualité de vie et leur durée de vie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons identifié des études en consultant le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, CANCERLIT, Caresearch, Dissertation abstracts, SCIENCE CITATION INDEX et les références bibliographiques de toutes les études éligibles, des ouvrages clés et des revues systématiques précédentes. La dernière recherche réalisée dans CENTRAL, MEDLINE et EMBASE a eu lieu en mars 2014.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) ou études contrôlés prospectives pertinents portant sur l'hydratation médicalement assistée chez les patients en soins palliatifs.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons identifié six études pertinentes pour cette mise à jour. Elles comprenaient trois ECR (222 participants) et trois essais contrôlés prospectifs (360 participants). Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué la qualité et la validité des études. En raison du petit nombre d'études et de l'hétérogénéité des données, il n'a pas été possible de réaliser une analyse quantitative ; nous avons donc inclus une description des résultats principaux.

Résultats principaux: 

Une étude a observé une plus grande amélioration des scores de sédation et de myoclonie (contractions involontaires des muscles) dans le groupe d'intervention. Une autre étude a observé que la déshydratation était significativement plus élevée dans le groupe ne recevant pas l'hydratation, mais que certains symptômes de rétention de liquides (effusion pleurale, œdème périphérique et ascite) étaient significativement plus fréquents dans le groupe recevant l'hydratation. Les quatre autres études (incluant les trois ECR) n'ont pas montré de différence significative en termes de résultats entre les deux groupes. La seule étude ayant la survie en critère de jugement n'a trouvé aucune différence en termes de survie entre les bras d'hydratation et témoin.

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.