Début immédiat de la prise d'un contraceptif hormonal

Les professionnels de santé conseillent généralement aux femmes d'attendre leur prochain cycle menstruel pour commencer la prise de pilules contraceptives. L'objectif principal consiste à éviter la prise d'un contraceptif pendant une grossesse non détectée. Une autre méthode consiste à débuter immédiatement la prise de la pilule (« début immédiat » ou « début rapide »). Une autre méthode contraceptive doit être utilisée comme méthode adjuvante au cours des sept premiers jours. Des questions restent à éclaircir, à savoir si un début rapide de la prise d'un contraceptif hormonal était aussi efficace qu'un début conventionnel et si les femmes étaient satisfaites de cette méthode. La méthode de début rapide pouvait améliorer la prise d'un contraceptif hormonal chez les femmes.

En août 2012, des recherches informatiques ont été réalisées afin d'identifier des essais contrôlés randomisés concernant la méthode de début rapide de prise de la pilule et d'autres contraceptifs hormonaux. Nous avons contacté des chercheurs afin de trouver d'autres études. Nous avons inclus des essais comparant un début rapide à un début conventionnel de prise d'un contraceptif. Nous avons également inclus des études comparant un début rapide de prise de différents types de contraceptifs hormonaux les uns par rapport aux autres. Les méthodes contraceptives peuvent contenir de l'œstrogène et de la progestérone (contraceptif hormonal combiné) ou uniquement de la progestérone.

Cinq études ont été incluses. Dans une étude concernant le contraceptif injectable « depo », moins de femmes ayant bénéficié d'un début rapide de prise de depo sont tombées enceintes par rapport à celles ayant suivi une autre méthode pendant une durée de 21 jours avant la prise de depo. Dans la présente revue, le nombre de femmes ayant arrêté prématurément leur méthode contraceptive était similaire entre les groupes dans l'ensemble des essais. Dans l'essai concernant la depo, un plus grand nombre de femmes ayant bénéficié d'un début rapide de prise de depo étaient très satisfaites.

Un essai composé de deux méthodes de début rapide montrait que les femmes disposant d'un anneau vaginal avaient moins de saignements à long terme et que ces saignements étaient moins fréquents rapport à celles prenant la pilule. Pour ce qui est des six effets secondaires, notamment des gonflements mammaires, des troubles de l'humeur et des nausées, un début rapide de pose d'un anneau vaginal générait moins de problèmes par rapport à un début rapide de prise de la pilule. Pour ce qui est de la satisfaction dans le cadre de cet essai, un plus grand nombre de femmes appartenant au groupe de l'anneau vaginal étaient très satisfaites de leur méthode contraceptive.

Nous avons trouvé quelques preuves selon lesquelles un début rapide diminue le nombre de grossesses ou d'arrêts prématurés de la méthode contraceptive. Toutefois, moins de femmes ayant bénéficié d'un début rapide de prise de depo sont tombées enceintes par rapport à celles ayant commencé à suivre une autre méthode. D'autres différences concernaient les types de contraceptifs plutôt que le moment du début de leur prise. Les femmes utilisant un anneau vaginal avaient moins de problèmes que celles prenant des pilules contraceptives. D'autres études sont nécessaires et devront comparer le début rapide au le début conventionnel d'une méthode contraceptive hormonale identique.

Conclusions des auteurs: 

Nous avons trouvé des preuves limitées selon lesquelles le début immédiat de prise d'un contraceptif hormonal réduit le nombre de grossesses involontaires ou augmente la poursuite de la méthode. Toutefois, le taux de grossesse était inférieur avec un début immédiat de la prise d'AMPD par rapport à une autre méthode. Des différences étaient associées au type de contraceptif plutôt qu'à la méthode d'initiation, à savoir un anneau vaginal par rapport à un début immédiat de la prise de COC. D'autres études sont nécessaires concernant un début immédiat et un début conventionnel d'un même contraceptif hormonal.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les professionnels de santé conseillent généralement aux femmes d'attendre leurs prochaines menstruations pour commencer une contraception hormonale. L'objectif consiste à éviter la prise d'un contraceptif pendant une grossesse non détectée. Une solution alternative consiste à débuter immédiatement la prise d'un contraceptif hormonal avec un contraceptif adjuvant au cours des sept premiers jours. Une initiation immédiate a été introduite avec les contraceptifs oraux combinés (COC) et s'est étendue aux autres contraceptifs hormonaux. Au moment de la revue initiale, la comparaison entre un début immédiat et un début conventionnel en fonction des menstruations était imprécise concernant leur efficacité, leur poursuite et leur acceptabilité. L'approche avec début immédiat peut améliorer l'accès des femmes à une contraception hormonale et sa poursuite.

Objectifs: 

La présente revue a examiné des essais contrôlés randomisés (ECR) concernant les différences entre les contraceptifs hormonaux à début immédiat au niveau de leur efficacité, de leur poursuite et de leur acceptabilité.

La stratégie de recherche documentaire: 

En août 2012, nous avons recherché des essais dans MEDLINE, CENTRAL, POPLINE, LILACS, ClinicalTrials.gov et ICTRP concernant des contraceptifs hormonaux à début immédiat. Nous avons contacté des chercheurs afin de trouver d'autres études. De précédentes recherches incluaient également EMBASE.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des ECR comparant un début immédiat à un début conventionnel de prise d'un contraceptif hormonal. Nous avons également inclus des essais comparant un début immédiat de prise de différentes méthodes contraceptives hormonales les unes par rapport aux autres.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont extrait des données et les ont saisies dans RevMan. L'odds ratio (OR) de Peto avec un intervalle de confiance (IC) à 95 % a été calculé.

Résultats principaux: 

Cinq études ont été incluses. Aucune nouvelle étude éligible n'a été trouvée depuis la réalisation de la revue initiale. L'arrêt de la méthode était similaire entre les groupes dans l'ensemble des essais. Les profils de saignements et les effets secondaires étaient semblables dans les essais comparant un début immédiat à un début conventionnel. Dans une étude réalisée sur l'acétate de médroxyprogestérone-dépôt (AMPD), le début immédiat de la prise d'AMPD montrait une baisse du nombre de grossesses par rapport à une méthode de compensation antérieure à la prise d'AMPD (OR 0,36 ; IC à 95 % 0,16 à 0,84). Aussi, davantage de femmes appartenant au groupe d'AMPD à début immédiat étaient très satisfaites par rapport à celles ayant bénéficié d'une méthode de compensation (OR 1,99 ; IC à 95 % 1,05 à 3,77). Un essai composé de deux méthodes à début immédiat a montré une baisse des saignements prolongés (OR 0,42 ; IC à 95 % 0,20 à 0,89) et de la fréquence des saignements (OR 0,23 ; IC à 95 % 0,05 à 1,03) dans le groupe de femmes portant un anneau vaginal par rapport aux utilisatrices de COC. Une baisse des effets secondaires était également constatée dans le groupe de femmes portant un anneau vaginal. Aussi, davantage de femmes ayant bénéficié de la pose immédiate d'un anneau vaginal étaient très satisfaites par rapport aux utilisatrices de COC (OR 2,88 ; IC à 95 % 1,59 à 5,22).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.