Bisphosphonates dans le cancer avancé de la prostate

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquemment rencontré chez les hommes dans de nombreux pays occidentaux et se caractérise par sa propension à s'étendre jusqu'aux os chez plus de 80 % des patients souffrant d'un stade avancé de cette maladie. Les patients sont exposés à des risques de complications, notamment des douleurs, une hypercalcémie, des fractures osseuses et une compression de la moelle épinière. Le rôle des bisphosphonates, pour pallier les symptômes associés à un cancer avancé de la prostate, a été évalué dans la présente revue. Le soulagement de la douleur a été amélioré et l'incidence des événements osseux réduite chez les patients recevant des bisphosphonates par rapport aux patients témoins. Une augmentation significative des nausées a été observée chez les patients ayant pris des bisphosphonates par rapport à un placebo. Les bisphosphonates ne semblent pas influencer la progression de la maladie ou la survie des patients. Toutefois, ils doivent être considérés comme une option palliative dans le traitement d'un cancer avancé de la prostate.

Conclusions des auteurs: 

Les bisphosphonates devraient être envisagés chez les patients atteints d'un cancer métastatique de la prostate afin de traiter des douleurs osseuses réfractaires et de prévenir des événements osseux. Davantage de recherches, ainsi que des comparaisons coûts-bénéfices, sont nécessaires pour guider le choix des bisphosphonates et du schéma thérapeutique optimal. Il est difficile de combiner les résultats issus des différentes études en raison de l'utilisation de plusieurs outils pour évaluer la douleur mais aussi de la variation considérable de la puissance des bisphosphonates. La présente revue met en évidence les besoins de standardisation et de coordination entre les chercheurs dans les études sur les douleurs cancéreuses.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquemment rencontré chez les hommes dans de nombreux pays occidentaux. Il se caractérise par sa propension à générer des métastases osseuses chez plus de 80 % des patients souffrant d'un stade avancé de la maladie. Les patients sont exposés à des risques de complications, notamment des douleurs, une hypercalcémie, des fractures osseuses et une compression de la moelle épinière. Un traitement hormonal est le traitement de base pour ces patients mais la majorité d'entre eux vont ensuite devenir réfractaires aux hormones. Les bisphosphonates agissent en inhibant les activités ostéoclastiques et sont une option thérapeutique potentielle dans le cas d'un cancer métastatique de la prostate. De plus, ils se sont révélés efficaces pour réduire les douleurs des patients présentant des métastases osseuses suite à plusieurs myélomes. Des études précoces non contrôlées concernant l'administration de bisphosphonates chez les patients atteints d'un cancer métastatique de la prostate ont montré des résultats encourageants.

Objectifs: 

L'objectif de la présente revue était de déterminer l'efficacité des bisphosphonates à soulager la douleur chez les patients présentant des métastases osseuses dues à un cancer de la prostate.

La stratégie de recherche documentaire: 

Des études ont été identifiées par des recherches électroniques effectuées dans des bases de données bibliographiques incluant MEDLINE, EMBASE, CancerLit et le registre Cochrane des essais contrôlés. Des recherches manuelles ont été réalisées dans les actes de congrès de l'American Society of Clinical Oncology et les listes bibliographiques de l'ensemble des essais éligibles identifiés.

Critères de sélection: 

Des études contrôlées randomisées comparant l'efficacité des bisphosphonates à un placebo ou à un groupe témoin ouvert dans le soulagement de la douleur chez les patients présentant des métastases osseuses dues à un cancer de la prostate.

Recueil et analyse des données: 

Des données ont été extraites d'études éligibles et incluaient la conception de l'étude, les participants, les interventions et les résultats. Des données comparables ont été regroupées afin de réaliser une méta-analyse en intention de traiter. Les résultats incluaient la réponse à la douleur, la consommation d'analgésiques, des événements osseux (y compris des fractures pathologiques, une compression de la moelle osseuse, une radiothérapie osseuse, une chirurgie osseuse), les décès dus au cancer de la prostate, la progression de la maladie, la réponse radiologique, la réponse de l'APS, des événements indésirables, l'état des performances, la qualité de vie et des comparaisons entre différentes voies d'administration, doses et types de bisphosphonates.

Résultats principaux: 

Des patients, au nombre de 1 955, issus de dix études ont été inclus dans la présente revue. Les taux de réponse à la douleur étaient de 27,9 % et de 21,1 % pour le groupe de traitement et le groupe témoin, respectivement, avec une réduction absolue du risque de 6,8 %.Le RC de réponse à la douleur était de 1,54 (IC à 95 % 0,97 à 2,44, P = 0,07), avec une tendance vers une amélioration du soulagement de la douleur dans le groupe des bisphosphonates, bien qu'elle ne soit pas statistiquement significative. Les taux d'événements osseux étaient de 37,8 % et de 43,0 % pour le groupe de traitement et le groupe témoin, respectivement, avec une réduction absolue du risque de 5,2 %. Le RC concernant les événements osseux était de 0,79 (IC à 95 % 0,62 à 1,00, P = 0,05). Une augmentation significative des nausées a été observée chez les patients ayant pris des bisphosphonates par rapport à un placebo. Aucune augmentation des autres événements indésirables n'a été observée. Il n'y avait aucune différence statistiquement significative entre le groupe des bisphosphonates et le groupe témoin en termes de décès dus à un cancer de la prostate, de progression de la maladie, de réponse radiologique et de réponse de l'APS. Il n'existe pas suffisamment de données pour guider le choix des bisphosphonates ou de la dose et de la voie d'administration.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.