Entraînement à la réalisation de tâches répétitives pour améliorer la capacité fonctionnelle après un accident vasculaire cérébral (AVC)

Problématique de la revue: Quels sont les effets de la pratique répétée de tâches fonctionnelles sur la récupération après un AVC, comparativement aux soins habituels ou aux traitements placebo ?

Contexte : L'AVC peut causer des problèmes de mouvement, souvent d'un côté du corps. Même si les personnes se rétablissent souvent dans une certaine mesure au fil du temps, environ un tiers d’entre elles ont des problèmes qui perdurent. La pratique répétée de tâches fonctionnelles (soulever une tasse par exemple) est une approche thérapeutique utilisée pour aider à la récupération du mouvement après un AVC. Cette approche est basée sur l'idée simple que pour améliorer notre capacité à accomplir des tâches, nous devons nous entraîner à faire cette même tâche plusieurs fois, tout comme le processus d’apprentissage de l’écriture. Les types d’exercices que les gens réalisent et le temps qu'ils y consacrent peuvent influencer l'efficacité de ce traitement. Pour approfondir cette question, nous avons également examiné différents aspects de la pratique répétitive qui peuvent influer sur son bon fonctionnement.

Caractéristiques de l'étude : Nous avons recensé 33 études auxquelles ont participé 1 853 personnes. Les études comprenaient un large éventail d’exercices à faire, y compris soulever un ballon, marcher, se lever d'une position assise et s'entraîner en circuit avec une tâche différente à chaque étape. Les données sont à jour jusqu'en juin 2016.

Principaux résultats : En comparaison aux soins habituels (physiothérapie standard) ou aux groupes placebo, les personnes qui réalisaient des tâches fonctionnelles présentaient de légères améliorations de la fonction du bras, de la main, de la distance de marche et des mesures de la capacité de marche. L'amélioration du fonctionnement des bras et des jambes a été constaté jusqu'à six mois plus tard. Il n'y avait pas suffisamment de preuves pour confirmer le risque d'événements indésirables comme les chutes. Des recherches complémentaires sont nécessaires pour connaître le meilleur type d'entraînement dans la réalisation de tâches et pour déterminer si un entraînement plus soutenu pourrait donner lieu à de meilleurs résultats.

Qualité des données probantes : Nous avons classé la qualité des données probantes comme étant faible pour: la fonction du bras, de la main, pour les mesures fonctionnelles des membres inférieurs. Elle est considérée comme modérée pour la distance de marche et la déambulation fonctionnelle. La qualité des données probantes pour chaque critère était limitée en raison de la mauvaise qualité des rapports concernant les détails de l'étude (particulièrement dans les études antérieures), des résultats incohérents d'une étude à l'autre et du nombre réduit de participants aux études dans certaines comparaisons.

Conclusions des auteurs: 

Il existe des preuves de qualité faible à modérée que l'ETR améliore la fonction des membres supérieurs et inférieurs ; les améliorations ont été maintenues jusqu'à six mois après le traitement. D'autres recherches devraient porter sur le type et le nombre d’exercices, y compris les moyens de mesurer le nombre de répétitions réellement effectuées par les participants. La définition de l'ETR devra être revue avant d'autres mises à jour de cette revue afin de s'assurer qu'elle demeure pertinente sur le plan clinique et qu'elle se distingue des autres interventions.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'entraînement aux tâches répétitives (ETR) implique la pratique active d'activités motrices spécifiques à la tâche et fait partie des approches thérapeutiques actuelles en réadaptation post-AVC.

Objectifs: 

Objectif principal : Déterminer si l'ETR améliore la fonction/amplitude des membres supérieurs et la fonction/équilibre des membres inférieurs chez les adultes après un AVC.

Objectifs secondaires : 1) Déterminer l'effet de l'ETR sur les mesures de critères secondaires, y compris les activités de la vie quotidienne, la fonction motrice globale, la qualité de vie/état de santé et les événements indésirables. 2) Déterminer les facteurs qui pourraient influencer les mesures de critères primaires et secondaires, y compris l'effet de la " dose " de la pratique des tâches ; le type de tâche (thérapie complète, tâche mixte ou unique) ; le moment de l'intervention et le type d'intervention.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le Registre des essais cliniques du Groupe Cochrane sur les AVC (4 mars 2016) ; le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (la Cochrane Library 2016, numéro 5 : 1 octobre 2006 au 24 juin 2016) ; MEDLINE (1 octobre 2006 au 8 mars 2016) ; Embase (1 octobre 2006 au 8 mars 2016) ; CINAHL (2006 au 23 juin 2016) ; AMED (2006 au 21 juin 2016) et SPORTSDiscus (2006 au 21 juin 2016).

Critères de sélection: 

Essais randomisés/quasi-randomisés chez l'adulte après un AVC, où l'intervention était une séquence motrice active exécutée de façon répétitive au cours d'une seule séance d'entraînement, dans le but d'atteindre un objectif fonctionnel clair.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment passé au crible des résumés, extrait des données et évalué des essais. Nous avons déterminé la qualité des données probantes au sein de chaque étude et pour chaque groupe de critères de jugement à l'aide de l'outil Cochrane "Risque de biais" et des critères GRADE (Grades of Recommendation, Assessment, Development and Evaluation). Nous n'avons pas évalué les données sur les résultats du suivi à l'aide de GRADE. Nous avons contacté les auteurs d’essais pour obtenir des informations supplémentaires.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 33 essais avec 36 paires d'interventions-témoins et 1 853 participants. Le risque de biais présent dans de nombreuses études n'était pas clair en raison d'un mauvais signalement ; les données probantes ont donc été jugées " modérées " ou " faibles " lorsque le système GRADE est utilisé.

Il existe des preuves de faible qualité que l'ETR améliore la fonction du bras (différence moyenne standardisée (DMS) 0,25, intervalle de confiance à 95 % (IC) 0,01 à 0,49 ; 11 études, nombre de participants analysés = 749), la fonction de la main (DMS 0,25, IC 95% 0,00 à 0,51 ; 8 études, nombre de participants analysés = 619) et les mesures fonctionnelles des membres inférieurs (DMS 0,29, IC 95% 0,10 à 0,48 ; 5 études, nombre de participants analysés= 419).

Des données de qualité moyenne indiquent que l'ETR améliore la distance de marche à pied (différence moyenne (MD) 34,80, IC à 95% 18,19 à 51,41 ; 9 études, nombre de participants analysés= 610) et la déambulation fonctionnelle (DMS 0,35, IC à 95% 0,04 à 0,66 ; 8 études, nombre de participants analysés= 525). Nous avons constaté des différences significatives entre les groupes sur les critères relatifs aux membres supérieurs (DMS 0,92, IC à 95%: 0,58 à 1,26 ; trois études, nombre de participants analysés : 153) et aux membres inférieurs (DMS 0,34, IC à 95% : 0,16 à 0,52 ; huit études, nombre de participants analysés: 471) jusqu'à six mois après le traitement mais pas après six mois. Les effets n'ont pas été modifiés selon le type d'intervention, la posologie de la pratique des tâches ou le temps écoulé depuis l'AVC pour les membres supérieurs ou inférieurs. Il n'y avait pas suffisamment de preuves pour confirmer le risque d'événements indésirables.

Notes de traduction: 

Post-édition : Meriem Naimi - Révision : Klara Croonenbroeck (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.