Prostaglandines pour les patients transplantés du foie

La transplantation du foie est le traitement le plus efficace pour les patients atteint d'une maladie hépatique avancée (cirrhose). Cependant, des problèmes postopératoires précoces, tels qu'un rejet de greffe ou une insuffisance rénale aiguë nécessitant une dialyse, sont courants. Les patients évoluant avec de tels problèmes présentent un risque accru de décès. Les prostaglandines sont des substances produites par le corps humain et ont plusieurs actions, notamment la vasodilatation. Elles pourraient prévenir les lésions hépatiques et rénales périopératoires provoquées par le manque d'apport de sang. Cette revue a résumé et effectué une méta-analyse des preuves provenant des essais cliniques randomisés sur l'effet des prostaglandines pour les patients adultes transplantés du foie. Nous avons identifié dix essais incluant 652 patients randomisés. Les preuves provenant de ces essais sont peu concluantes quant au rôle des prostaglandines concernant les critères d'évaluation, tels que le décès ou la retransplantation hépatique. Le risque d'insuffisance rénale aiguë nécessitant une dialyse peut être réduit des deux tiers si un patient transplanté du foie reçoit des prostaglandines, bien que le niveau de preuve ne soit que modéré en raison des risques d'erreurs systématiques (biais) et d'erreurs aléatoires (effet du hasard). Aucun événement indésirable grave n'a été signalé. Par conséquent, des essais randomisés supplémentaires avec un risque de biais faible et des tailles d'échantillon suffisantes doivent encore être menés pour établir si les prostaglandines devraient être administrées aux patients transplantés du foie.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons aucune preuve indiquant que l'administration de prostaglandines à des patients transplantés du foie réduisait le risque de décès, de non-fonctionnement primaire de l'allogreffe ou de retransplantation hépatique. Les prostaglandines pourraient réduire le risque d'insuffisance rénale aiguë nécessitant une dialyse, mais les preuves sont considérées comme étant d'une qualité modérée en raison du risque de biais élevé dans la plupart des essais inclus. De plus, il y a des risques de biais de « reporting » et d’erreurs aléatoires. Par conséquent, on estime que d'autres essais randomisés, contrôlés par placebo, sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les prostaglandines peuvent réduire les lésions ischémiques après une transplantation du foie. Plusieurs essais randomisés sur un petit échantillon ont évalué les effets des prostaglandines chez les patients subissant une transplantation du foie. Les résultats de ces essais sont incohérents et aucun n'a la puissance suffisante pour exclure de manière fiable les effets des prostaglandines.

Objectifs: 

Evaluer les bénéfices et préjudices de la prostaglandine E1 ou E2 chez les patients adultes transplantés du foie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre des essais contrôlés du groupe Cochrane hépato-biliaire, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) dans The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, Science Citation Index Expanded et LILACS (recherche le 20 avril 2011). De plus, nous avons parcouru les références bibliographiques des études identifiées et avons contacté les chercheurs des essais, ainsi que des experts nationaux et internationaux afin d'identifier davantage d'essais pour la revue.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais cliniques randomisés évaluant la prostaglandine E1 ou E2 démarrée dans la période périopératoire comparé à un placebo ou à un traitement standard pour des patients adultes subissant une transplantation du foie. Nous n'avons appliqué aucune restriction de langue ou de statut de publication.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué de manière indépendante la qualité de la méthodologie, c'est-à-dire le risque de biais des essais inclus, et ont extrait les données en utilisant des formulaires d'extraction de données standardisés. Nous avons contacté les chercheurs des essais dans le but de récupérer des informations non disponibles dans les manuscrits originaux. Nous avons utilisé des méta-analyses avec un modèle à effets aléatoires et des méta-analyses avec un modèle à effets fixes pour estimer le rapport des cotes (odds ratio) avec un intervalle de confiance (IC) à 95%.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus dix essais dans lesquels 652 patients ont été randomisés. Le risque de biais était considéré comme élevé dans la plupart des essais. Il n'y a eu aucun effet significatif des prostaglandines sur la mortalité toutes causes (37/298[12,4%] dans le groupe des prostaglandines comparé à 47/312[15,1%] dans le groupe témoin ; OR 0,84, IC à 95% 0,53 à 1,37 ; I2 = 0%), sur le non-fonctionnement primaire de l'allogreffe (8/238 [3,4%] comparé à 16/250[6,4%] ; OR 0,55, IC à 95% 0,23 à 1,33 ; I2 = 0%), ni sur la retransplantation hépatique (12/161[7,5%] comparé à 14/171[8,2%] ; OR 0,99, IC à 95% 0,44 à 2,25 ; I2 = 0%). Les prostaglandines ont semblé diminuer significativement le risque d'insuffisance rénale aiguë nécessitant une dialyse (13/158[8,2%] comparé à 34/171[9,9%] ; OR 0,37, IC à 95% 0,18 à 0,75 ; I2 = 0%). Il n'y a pas eu d'augmentation significative du risque d'événements indésirables avec les prostaglandines..

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.