Administration péri-implantatoire de glucocorticoïdes pour cycles de procréation médicalement assistée

Les glucocorticoïdes sont une classe d'hormones stéroïdes à puissantes propriétés anti-inflammatoires et immunosuppressives. Afin d'améliorer l'implantation d'embryons pour les cycles de fécondation in vitro (FIV) ou d'injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI), l'utilisation de glucocorticoïdes a été préconisée pour bonifier l'environnement intra-utérin. Cette revue a examiné si l'administration de glucocorticoïdes aux alentours du moment de l'implantation améliore les résultats cliniques chez les femmes bénéficiant d'une FIV ou d'une ICSI, en comparaison avec la non administration de glucocorticoïdes. La revue d'essais cliniques n'a trouvé aucune preuve que les glucocorticoïdes contribuaient à améliorer les taux de naissances vivantes. Il y avait cependant certaines preuves d'une augmentation des taux de grossesse, plutôt que des taux de naissances vivantes, chez les femmes subissant une FIV. Cela n'a pas été constaté chez les femmes bénéficiant d'une ICSI. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour faire la lumière sur le rôle possible de ce traitement dans des groupes de patients bien définis.

Conclusions des auteurs: 

Dans l'ensemble, il n'y avait pas de preuve claire que l'administration péri-implantatoire de glucocorticoïdes dans les cycles de PMA ait significativement amélioré le résultat clinique. L'utilisation de glucocorticoïdes dans un sous-groupe de femmes subissent une FIV (plutôt qu'une ICSI) était associée à une amélioration des taux de grossesse de signification statistique marginale, ce qui doit être interprété avec prudence. Ces résultats étaient limités à l'utilisation systématique de glucocorticoïdes et ne peuvent pas être extrapolés aux femmes ayant des auto-anticorps, une infertilité inexpliquée ou des échecs répétés d'implantation. De nouvelles études randomisées bien conçues sont nécessaires pour faire la lumière sur le rôle possible de ce traitement dans des groupes de patients bien définis.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'utilisation de glucocorticoïdes a été préconisée afin d'améliorer l'implantation des embryons dans les cycles de fécondation in vitro (FIV) ou d'injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI). Il a été envisagé que les glucocorticoïdes pourraient améliorer l'environnement intra-utérin en agissant comme immunomodulateurs pour réduire le nombre de cellules tueuses naturelles (NK) dans l'utérus et normaliser le profil d'expression des cytokines dans l'endomètre, ainsi qu'en apaisant l'inflammation endométriale.

Objectifs: 

Examiner si l'administration de glucocorticoïdes aux alentours du moment de l'implantation améliore les résultats cliniques chez les femmes hypofertiles bénéficiant d'une FIV ou d'une ICSI, en comparaison avec la non administration de glucocorticoïdes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons cherché dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et l'hypofertilité (septembre 2011), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (septembre 2011), MEDLINE (de 1966 à septembre 2011), EMBASE (de 1976 à septembre 2011), CINAHL (de 1982 à septembre 2011) et Science Direct (de 1966 à septembre 2011). Les références bibliographiques d'articles et d'actes de conférences pertinents ont été passées au crible manuellement.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) traitant du sujet de la recherche ont été inclus.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont, de manière indépendante, évalué l'éligibilité et la qualité des essais et extrait les données pertinentes.

Résultats principaux: 

Quatorze études (impliquant 1 879 couples) ont été incluses. Trois études avaient rapporté le taux de naissances vivantes mais n'avaient pas identifié de différence notable après regroupement des résultats (préliminaires) (RC 1,21 ; IC à 95 % 0,67 à 2,19). En ce qui concerne les taux de grossesse, il n'y avait également aucune preuve que les glucocorticoïdes aient amélioré le résultat clinique (13 ECR ; RC 1,16 ; IC à 95 % 0,94 à 1,44). Toutefois, une analyse en sous-groupes de 650 femmes subissant une FIV (6 ECR) a révélé un taux de grossesse significativement plus élevé chez les femmes utilisant des glucocorticoïdes (RC 1,50 ; IC à 95 % 1,05 à 2,13). Il n'y avait pas de différences significatives dans les événements indésirables, mais le compte-rendu de ceux-ci était mauvais et irrégulier.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.