Traitement orthodontique en cas de supraclusion et de rétroversion des dents avant supérieures chez les enfants

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Aucune preuve ne permet de recommander ou de déconseiller un type de traitement orthodontique pour corriger un type de problème dentaire chez des enfants présentant une supraclusion et une rétroversion des dents avant supérieures (inclinées vers la voûte palatine).
Il serait utile pour un orthodontiste de connaître la meilleure méthode de traitement de ces problèmes dentaires. Il existe deux options de traitement principales que les orthodontistes peuvent utiliser : un appareil orthodontique « fonctionnel » amovible qui se place sur les dents supérieures et inférieures, suivi d'un appareil orthodontique fixe ou l'arrachage de dents (en général deux dents supérieures) suivi d'un appareil orthodontique fixe. À l'heure actuelle, aucune preuve ne permet de démontrer qu'un traitement orthodontique sans arracher de dents chez les enfants présentant une supraclusion et une rétroversion des dents avant supérieures est recommandé ou déconseillé comparé à un traitement orthodontique procédant à l'arrachage de dents ou à l'absence de traitement orthodontique.

Conclusions des auteurs: 

Il est impossible de fournir des conseils basés sur des preuves pour recommander ou déconseiller un type de traitement orthodontique permettant de corriger une malocclusion de classe II division 2 chez des enfants.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Différents types de traitements orthodontiques permettent de corriger un type de problème dentaire dans lequel on observe une supraclusion et une rétroversion des dents avant supérieures (malocclusion de classe II division 2). Toutefois, dans certains cas graves, une chirurgie maxillo-faciale associée à un traitement orthodontique peut s'avérer nécessaire. Chez les enfants en pleine croissance, il est possible d'avoir recours à un traitement utilisant un appareil orthodontique spécial pour les dents supérieures et inférieures (dispositifs fonctionnels) pouvant être retiré de la bouche. En général, ce traitement exclut l'arrachage de dents permanentes. Toutefois, un autre traitement est souvent requis avec un appareil orthodontique fixe afin d'obtenir des résultats optimaux. Dans d'autres cas, le traitement consiste à déplacer les premières molaires permanentes supérieures vers l'arrière afin de laisser suffisamment d'espace pour corriger les dents de devant. Pour ce faire, il suffit d'appliquer une force sur les dents et les mâchoires depuis l'arrière de la tête en utilisant un dispositif crânien (dispositif amovible extrabuccal) et en répercutant cette force sur une partie d'un appareil orthodontique fixe ou amovible. Il est possible que ce traitement exige l'arrachage de dents permanentes. Dans certains cas, aucun dispositif fonctionnel ou crânien n'est requis et le traitement peut être effectué sans l'arrachage de dents permanentes. Dans certains cas, au lieu d'utiliser un dispositif crânien, les dents de derrière sont retenues différemment, par exemple : à l'aide d'un arc placé de part et d'autre ou contre l'avant du palais et qui relie deux bagues collées aux dents de derrière. En général, deux dents permanentes sont alors arrachées au milieu de l'arcade supérieure (une de chaque côté) afin de fournir suffisamment d'espace pour redresser les dents avant supérieures. Il est important pour les orthodontistes de savoir si un traitement orthodontique seul, sans procéder à l'arrachage de dents permanentes chez les enfants présentant une malocclusion de classe II division 2, produit un résultat différent comparé à l'absence de traitement ou à un traitement orthodontique impliquant uniquement l'arrachage de dents permanentes.

Objectifs: 

Définir si un traitement orthodontique seul, sans arracher de dents permanentes chez les enfants présentant une malocclusion de classe II division 2, produit un résultat différent comparé à l'absence de traitement ou à un traitement orthodontique impliquant l'arrachage de dents permanentes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Les bases de données électroniques suivantes ont été examinées : le registre des essais du groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire (jusqu’au 23 novembre 2011), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library2011, Numéro 4), MEDLINE via OVID (de 1948 au 23 novembre 2011), EMBASE via OVID (de 1980 au 23 novembre 11). Des chercheurs internationaux, susceptibles d'être intégrés aux essais cliniques de classe II division 2, ont été contactés afin d'identifier les essais en cours ou non publiés.

Critères de sélection: 

Les essais étaient inclus s'ils répondaient aux critères suivants : des essais contrôlés randomisés (ECR) et des essais cliniques contrôlés (ECC) portant sur des traitements orthodontiques permettant de corriger une supraclusion et une rétroversion des dents avant supérieures chez des enfants.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont procédé, de façon indépendante et à deux reprises, à l'analyse des études éligibles, l'évaluation de la qualité méthodologique des essais et l'extraction des données. Les résultats étaient exprimés sous la forme de modèles à effets aléatoires à l'aide de différences moyennes pour les résultats continus et de risques relatifs pour les résultats dichotomiques avec des intervalles de confiance à 95 %. L'hétérogénéité devait faire l'objet d'études, notamment les facteurs cliniques et méthodologiques.

Résultats principaux: 

Aucun ECR ou ECC évaluant le traitement d'une malocclusion de classe II division 2 chez des enfants n'a été identifié.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.