Stratégies pour améliorer l’adhésion aux exercices chez les adultes souffrant de douleur musculo-squelettique chronique

Ce résumé d’une revue Cochrane présente les connaissances actuelles sur l’effet de différents moyens visant à aider les personnes souffrant de douleur musculo-squelettique chronique à adhérer aux exercices et à avoir une activité physique.

La revue montre que l’on ne sait pas avec certitude quelles sont les stratégies qui fonctionnent pour améliorer l’adhésion aux exercices chez les adultes, en raison de l’incohérence des effets des stratégies d'une étude à l'autre.

Souvent, nous ne disposons pas d’informations précises concernant les effets secondaires et les complications. Ceci est particulièrement vrai pour les effets secondaires rares mais graves.

Qu’est-ce que la douleur musculo-squelettique chronique (DMC) et quels sont les moyens qui peuvent encourager les personnes à adhérer aux exercices ?

La douleur musculo-squelettique chronique est une douleur permanente au niveau des os et des articulations du corps, par exemple dans le dos ou les genoux. Elle peut être due à une maladie musculo-squelettique ou à une blessure ; parfois, son origine est inconnue.

L’exercice peut être toute activité améliorant ou maintenant la force musculaire, la condition physique et la santé générale. Les personnes font de l’exercice pour différentes raisons y compris en vue de perdre du poids, d’obtenir un renforcement musculaire ou d’avoir plus d’énergie.

Parfois, il est difficile pour le patient de continuer à suivre un programme d’exercices que le médecin, l’infirmière ou le kinésithérapeute lui a recommandé. « L’activité progressive » est un moyen permettant d’encourager les patients à poursuivre leur programme d’exercices. Elle consiste à cibler les muscles les plus faibles ou les zones douloureuses et à augmenter la difficulté graduellement.On peut également citer des séances d’exercices supervisées, l’organisation de séances « de rappel » pour repasser le programme d’exercices de nouveau et la fourniture au patient de matériel audio ou vidéo sur les exercices.

 

Conclusions des auteurs: 

Des interventions comme un traitement à base d’exercices supervisés ou individualisés et des techniques d’autogestion peuvent améliorer l’adhésion aux exercices. Cependant, des essais randomisés de bonne qualité, avec un suivi à long terme traitant explicitement l'adhésion aux exercices et à l'activité physique sont nécessaires. Une mesure homologuée standard de l’adhésion aux exercices devrait être utilisée de manière cohérente dans les futures études.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La douleur musculo-squelettique chronique (DMC) est un grand problème de santé qui représente près d’un quart des consultations de médecine générale (MG) au Royaume-Uni (RU). L’exercice et l’activité physique sont bénéfiques pour les DMC les plus courantes, comme la douleur au niveau du dos ou des genoux. Cependant, la faible adhésion aux exercices et à l'activité physique peut limiter l'efficacité à long terme de ces programmes.

Objectifs: 

Évaluer les effets des interventions visant à améliorer l’adhésion aux exercices et à l’activité physique des personnes souffrant de douleur musculo-squelettique chronique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté les registres d’essais des groupes de revues Cochrane pertinents. De plus, nous avons consulté le registre Cochrane des essais contrôlés, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, AMED, PsycINFO, Science Citation Index et Social Science Citation Index, ainsi que les listes des références des articles jusqu’en octobre 2007. Nous avons pris contact avec des experts pour obtenir des essais non publiés.

Critères de sélection: 

Essais randomisés ou quasi-randomisés évaluant les interventions visant à améliorer l’adhésion aux exercices et à l’activité physique chez les adultes souffrant de douleur au niveau de la colonne vertébrale et des grandes articulations périphériques, depuis trois mois et plus.

Recueil et analyse des données: 

Deux des quatre auteurs ont évalué indépendamment la qualité de chaque essai inclus et extrait les données. Nous avons pris contact avec les auteurs des études pour obtenir des informations manquantes.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 42 essais, avec 8 243 participants qui souffraient principalement d'arthrose et de douleur dorsale. Les méthodes utilisées pour améliorer et mesurer l'adhésion dans les essais inclus étaient incohérentes. Deux des 17 études qui comparaient différents types d’exercices ont mis en évidence des effets positifs suggérant que le type d’exercice n’est pas un facteur important pour améliorer l’adhésion aux exercices. Six essais ont examiné différentes méthodes d’administration des exercices, comme des séances d’exercices supervisées, des séances de rappel ou des vidéos des exercices à regarder à la maison. Cinq d’entre eux ont déterminé que les interventions amélioraient l’adhésion aux exercices. Quatre essais ont évalué des interventions spécifiques ciblant l’adhésion aux exercices ; trois d’entre eux ont montré qu'elles avaient un effet positif sur l’adhésion aux exercices. Huit essais portaient sur les programmes d’autogestion ; dans six d’entre eux des mesures d’adhésion ont été améliorées. Un essai a déterminé que l’activité progressive était plus efficace que les soins habituels pour améliorer l’adhésion aux exercices. Le traitement comportemental cognitif s’est avéré efficace dans un essai auprès de personnes souffrant d'une pathologie associée au coup du lapin, mais pas dans des essais auprès de personnes souffrant d'autres DMC. Dans les essais ayant mis en évidence un effet positif sur l’adhésion, l’association entre les résultats cliniques et l’adhésion aux exercices était conflictuelle.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.