Antihistaminiques pour le traitement de la toux non spécifique prolongée chez l'enfant

Les enfants présentant une toux non spécifique sont souvent traités au moyen de plusieurs médicaments ciblant les symptômes de la toux. L'objectif de cette revue était d'évaluer l'efficacité des antihistaminiques chez les enfants présentant une toux prolongée non attribuable à une maladie respiratoire sous-jacente, c'est-à-dire une toux chronique non spécifique. Nous avons inclus trois études thérapeutiques portant sur 182 participants randomisés. Deux études indiquaient que la toux chronique s'améliorait significativement dans le groupe du traitement comme dans le groupe du placebo, sans aucune différence entre les deux groupes. Une petite étude rapportait cependant que les enfants présentant une toux chronique associée à une rhinite allergique saisonnière traités à la cétirizine présentaient une amélioration significativement supérieure à celle des enfants sous placebo. Cette différence était notable dans les deux semaines. Quatre études qui évaluaient les profils d'innocuité et portaient sur 3 166 participants randomisés décrivaient une augmentation non significative de la toux chez les participants qui recevaient le médicament actif. Malgré les limitations de cette revue, nos résultats sont similaires à ceux de la revue sur les antihistaminiques dans la toux aiguë, qui n'identifiait aucune preuve solide permettant d'étayer ou de réfuter l'efficacité des antihistaminiques. Contrairement au cas des adultes atteints de toux chronique, les antihistaminiques ne peuvent pas être recommandés en tant que traitement empirique chez les enfants atteints de toux chronique. Des recherches supplémentaires examinant les effets de ce traitement sur la base de mesures de résultats de la toux adaptées aux enfants sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue présente d'importantes limitations. Néanmoins, nos résultats concernant l'efficacité incertaine des antihistaminiques dans la toux chronique sont similaires aux résultats obtenus pour la toux aiguë chez l'enfant. Contrairement au cas des adultes atteints de toux chronique, les antihistaminiques ne peuvent pas être recommandés en tant que traitement empirique chez les enfants atteints de toux chronique. Si des antihistaminiques étaient testés chez ces enfants, les données actuelles suggèrent qu'une réponse clinique (délai de réponse) se produirait dans les deux semaines suivant le début du traitement. L'utilisation d'antihistaminiques chez les enfants présentant une toux non spécifique doit cependant être mise en rapport avec le risque bien connu d'événements indésirables, en particulier chez les très jeunes enfants.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La toux non spécifique est une toux non productive non attribuable à une maladie respiratoire identifiable ou à une étiologie connue. Elle est fréquente dans la pratique pédiatrique. Ces enfants sont traités au moyen de plusieurs médicaments, notamment des antihistaminiques. Les antihistaminiques sont également recommandés en tant que traitement empirique de la toux chronique chez l'adulte.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des antihistaminiques dans le traitement des enfants présentant une toux non spécifique prolongée.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) ainsi que les bases de données MEDLINE, OLDMEDLINE et EMBASE. Les dernières recherches ont été effectuées en novembre 2009.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés comparant des antihistaminiques à un placebo ou à un placebo impur et utilisant la toux comme critère de jugement chez des patients présentant une toux non directement attribuable à une affection respiratoire sous-jacente telle qu'une fibrose kystique, de l'asthme ou une maladie pulmonaire purulente.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de revue ont évalué la qualité des études et extrait les données de manière indépendante.

Résultats principaux: 

Trois études thérapeutiques incluses randomisaient 182 participants, dont 162 avaient été jusqu'au bout des essais. L'une des études recrutait également des enfants atteints de dyspnée sifflante récurrente. Les quatre études d'évaluation de l'innocuité incluses randomisaient 3 166 participants, dont 2 862 avaient été jusqu'au bout des essais. L'hétérogénéité clinique était évidente et les données étaient insuffisantes pour pouvoir être combinées en une méta-analyse. Les deux études thérapeutiques à plus grande échelle décrivaient une amélioration significative dans les bras de l'intervention et du placebo/placebo impur, sans différence significative entre les deux groupes. Dans l'étude présentant l'effectif le plus réduit, la cétirizine (un antihistaminique de deuxième génération), était significativement plus efficace que le placebo pour réduire la toux chronique associée à une rhinite allergique saisonnière chez l'enfant. Cet effet était observé dans les deux semaines suivant le début du traitement. À l'inverse, trois des études d'évaluation à plus grande échelle qui recrutaient des enfants atteints de rhinite allergique décrivaient une augmentation non significative de la toux en tant qu'événement indésirable. Les données combinées des quatre études d'évaluation de l'innocuité révélaient une différence non significative entre les groupes (rapport des cotes de 1,47, IC à 95 %, entre 0,86 et 2,49) pour la toux en tant qu'événement indésirable, mais cette tendance était favorable au bras du placebo.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.