Traitement contre la bactérie Helicobacter pylori pour la prévention du cancer de l'estomac

Problématique de la revue

Déterminer si le dépistage de la bactérie Helicobacter pylori chez les personnes en bonne santé et le traitement routinier des personnes infectées par des antibiotiques diminuent le nombre de nouveaux cas de cancer de l'estomac.

Contexte

Les personnes infectées par H. pylori sont plus susceptibles de développer un cancer de l'estomac que les personnes non infectées. Pour cette raison, H. pylori est classée comme cancérogène (qui provoque le cancer) pour les humains. Tous les ans, beaucoup de gens meurent du cancer de l'estomac dans le monde, car au moment où les personnes touchées consultent un médecin, la condition est souvent avancée. Cependant, l'infection par H. pylori est facile à éradiquer par un traitement antibiotique d'une semaine.

Caractéristiques des études

Une recherche dans la littérature jusqu'à décembre 2013 a permis d'identifier 6 essais (totalisant 6 497 participants, dont 3 essais à faible risque de biais). Cinq de ces études avaient été menées en Asie.

Principaux résultats

Nous avons constaté que les antibiotiques contre H. pylori apportaient un petit bénéfice dans la prévention du cancer de l'estomac (51 (1,6 %) des 3 294 participants ayant reçu le traitement ont développé un cancer de l'estomac par la suite, contre 76 (2,4 %) des 3 203 participants ayant reçu un placebo ou n'ayant reçu aucun traitement), mais il n'est pas clair si les antibiotiques diminuent le nombre de décès dus à la maladie, augmentent ou diminuent le nombre de décès toutes causes confondues, ou augmentent ou diminuent le nombre de cas de cancer de l'œsophage. Les données sur les effets secondaires du traitement ont été mal rapportées.

Qualité des preuves

Trois essais étaient à faible risque de biais, un à risque imprécis, et deux à risque élevé. Une étude présentait un risque élevé de biais car aucun placebo n'avait été utilisé pour le schéma de traitement d'éradication actif, et donc cette partie de l'essai n'était pas en aveugle. L'autre étude était à risque élevé de biais en raison d'incohérences dans la consignation des données entre les deux points de suivi. Nous n'avons pas pu résoudre cette divergence, malgré une prise de contact avec les auteurs originaux. En conséquence, nous avons abaissé la qualité des preuves d'élevée à modérée en raison d'un sérieux risque de biais.

Conclusions des auteurs: 

Nous avons observé des preuves limitées de qualité modérée indiquant que la recherche et l'éradication de la bactérie H. pylori réduit l'incidence de cancer gastrique chez les personnes asiatiques infectées qui sont asymptomatiques et en bonne santé, mais ces données peuvent ne pas s'appliquer à d'autres populations.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le cancer gastrique est la troisième cause de décès par cancer dans le monde. Les personnes infectées par l' Helicobacter pylori ont une plus grande probabilité de développer un cancer gastrique que les personnes non infectées. L'éradication de l' H. pylori chez les personnes asymptomatiques en bonne santé dans la population générale pourrait réduire l'incidence du cancer gastrique, mais l'ampleur de cet effet est incertaine.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité de l'éradication de l' H. pylori chez les personnes asymptomatiques en bonne santé dans la population générale en termes de réduction de l'incidence du cancer gastrique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons identifié des essais en interrogeant le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, 2013, numéro 11), MEDLINE (de 1946 à décembre 2013) et EMBASE (de 1974 à décembre 2013). Nous avons recherché manuellement d'autres essais pertinents dans les références bibliographiques des essais sélectionnés par la recherche électronique. Nous avons également effectué une recherche manuelle dans les résumés publiés issus des actes de conférence de la United European Gastroenterology Week (publiés dans la revue Gut) et de la Digestive Disease Week (publiés dans la revue Gastroenterology) entre 2001 et 2013. Nous avons contacté des membres du groupe de revue Cochrane sur les maladies gastro-duodénales et du pancréas ainsi que des experts de ce domaine pour leur demander des détails sur les essais cliniques en cours et les documents inédits pertinents.

Critères de sélection: 

Nous avons analysé les essais contrôlés randomisés comparant au moins une semaine de traitement contre l' H. pylori par rapport à un placebo ou à l'absence de traitement dans la prévention du développement ultérieur d'un cancer gastrique chez des adultes autrement en bonne santé et asymptomatiques infectés par l' H. pylori. Les essais devaient avoir suivi les participants pendant au moins deux ans et devaient comprendre au moins deux participants atteints de cancer gastrique à titre de résultat. Nous avons défini le cancer gastrique comme tout adénocarcinome gastrique, y compris les types intestinal (différencié) ou diffus (indifférencié), avec ou sans histologie spécifiée.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons recueilli des données sur l'incidence du cancer gastrique, l'incidence du cancer de l'œsophage, les décès par cancer gastrique, les décès toutes causes confondues et les effets indésirables dus au traitement.

Résultats principaux: 

Six essais remplissaient tous nos critères d'admissibilité et ont fourni des données extractibles. Trois essais étaient à faible risque de biais, un à risque imprécis, et deux à risque élevé. Cinq des essais ont été réalisés dans une population asiatique. Pour ce qui est de la prévention du développement d'un cancer gastrique ultérieur, le traitement d'éradication de l' H. pylori était supérieur au placebo ou à l'absence de traitement (6 essais, 6 497 participants, risque relatif (RR) pour le développement d'un cancer gastrique ultérieur 0,66 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,46 à 0,95 ; preuves de qualité modérée). Un seul essai a rapporté effet de l'éradication de l' H. pylori sur le développement d'un cancer de l'œsophage ultérieur (2 (0,2 %) sur les 817 participants affectés au traitement d'éradication, contre 1 (0,1 %) sur les 813 participants affectés au placebo ; RR 1,99 ; IC à 95 % de 0,18 à 21,91). L'effet de l'éradication de l' H. pylori sur la prévention des décès par cancer gastrique, comparativement au placebo ou à l'absence de traitement, était incertain en raison des larges intervalles de confiance (3 essais, 4 475 participants, RR 0,67 ; IC à 95 % de 0,40 à 1,11 ; preuves de qualité modérée). Aucune preuve d'effet n'a été observée sur la mortalité toutes causes confondues (4 essais, 5 253 participants, RR 1,09 ; IC à 95 % de 0,86 à 1,38 ; preuves de qualité modérée). Les données sur les événements indésirables étaient mal consignées.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.