Oxygénothérapie en milieu pré-hospitalier pour l'aggravation soudaine d'une bronchopneumopathie chronique obstructive

Contexte

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une affection chronique caractérisée par une réduction progressive de la circulation de l'air dans les poumons. Les personnes atteintes de BPCO sont sujettes à des épisodes soudains où leurs symptômes s'aggravent (par exemple, augmentation persistante de l'essoufflement et modifications du volume et de la consistance du mucus) et les niveaux d'oxygène peuvent diminuer. Le traitement initial pendant ces épisodes et durant le transport des patients vers l'hôpital comprend généralement de l'oxygène. Cependant, l'apport d'une quantité excessive d'oxygène à ces patients peut provoquer une augmentation du niveau de dioxyde de carbone qui peut éventuellement conduire à une réduction du rythme respiratoire voire même à l'arrêt de leur capacité à respirer.

Problématique de la revue

Cette étude visait à déterminer si l'oxygénothérapie administrée à différentes concentrations en fonction des besoins du patient serait moins nocive, plus nocive ou ne ferait aucune différence par rapport à un groupe témoin utilisant de l'oxygène à haut débit.

Caractéristiques des études

Pour étudier cette question, nous avons recherché des essais contrôlés randomisés (ECR), c'est-à-dire des études dans lesquelles les personnes concernées ont une chance égale de recevoir le traitement ou le comparateur. Nous nous sommes intéressés aux essais qui comparaient différents débits (concentrations) d'oxygène délivrés dans une ambulance à des personnes transférées à l'hôpital en raison d'une aggravation soudaine des symptômes de la BPCO.

Principaux résultats

Nous n'avons trouvé qu'une seule étude qui abordait la question de la revue. L'étude a randomisé les participants pour qu'ils aient soit de l'oxygène titré (oxygénothérapie administrée à différentes concentrations adaptées aux besoins du patient afin de maintenir les niveaux d'oxygène dans le sang entre 88% et 92%) ou de l'oxygène à haut débit (oxygénothérapie administrée à une concentration élevée constante).

Il y a eu moins de décès (deux personnes) dans le groupe qui a reçu de l'oxygène titré, comparativement au groupe témoin qui a utilisé de l'oxygène à haut débit délivré à raison de huit à dix litres par minute à l'aide d'un masque (11 personnes).

Certitude des données probantes

En raison de l'inclusion d'une seule étude et du petit nombre de décès survenus, notre confiance dans l'ampleur de la différence entre les deux traitements est limitée. Nous avons jugé que les données étaient de faible valeur probante.

Messages clés

Cette étude a montré que le fait de fournir des concentrations d'oxygène adaptées aux besoins individuels des personnes pendant leur transport à l'hôpital en cas d'aggravation soudaine de la BPCO réduit le risque de décès par rapport à l'utilisation d'une concentration d'oxygène élevée et constante. Cependant, les données probantes sont trop peu nombreuses pour affirmer avec certitude que l'oxygène titré est moins nocif et plus efficace que l'oxygène à haut débit dans ce groupe de personnes.

Ce résumé en langage simplifié date de septembre 2019.

Conclusions des auteurs: 

L'étude incluse a révélé une réduction de la mortalité pré/hospitalière pour le bras d'oxygène titré par rapport au bras de contrôle à haut débit. Toutefois, le manque de données probantes limite quelque peu la fiabilité de ces résultats et leur généralisation à d'autres contextes. Nous avons besoin d'ECR robustes et bien conçus pour étudier plus en détail l'effet des oxygénothérapies dans le cadre pré-hospitalier pour les personnes atteintes d'EABPCO.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est l'une des principales causes de morbidité et de mortalité dans le monde, caractérisée par une détérioration aiguë des symptômes. Au cours de ces exacerbations, les gens sont enclins à développer une hypoventilation alvéolaire, qui peut être en partie causée par l'administration de fortes concentrations d'oxygène inspiré.

Objectifs: 

Déterminer l'effet de différentes concentrations d'oxygène inspiré ("haut débit" comparé à "contrôlé") dans le cadre pré-hospitalier (avant le service des urgences) sur les résultats pour les personnes souffrant d'exacerbations aiguës de la BPCO (EABPCO).

La stratégie de recherche documentaire: 

Le registre spécialisé du groupe Cochrane Airways, des listes de référence d'articles et des bases de données d'essais cliniques en ligne ont été consultés. Les auteurs des essais contrôlés randomisés (ECR) identifiés ont également été contactés pour obtenir des détails sur d'autres études pertinentes, publiées ou non. La dernière recherche a été effectuée le 16 septembre 2019.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des ECR comparant l'oxygénothérapie à différentes concentrations ou l'oxygénothérapie par rapport au placebo dans le cadre pré-hospitalier pour le traitement des EABPCO.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué la qualité des essais et extrait les données. Le critère de jugement principal était la mortalité toutes causes confondues et la mortalité liée aux appareils respiratoires.

Résultats principaux: 

La recherche a permis d'identifier un total de 824 citations ; une étude a été identifiée pour inclusion et deux études sont en attente de classification. Les 214 participants impliqués dans l'étude incluse étaient des adultes atteints d’EABPCO, recevant un traitement par des ambulanciers en route vers l'hôpital. L'âge moyen des participants était de 68 ans.

Une réduction de la mortalité pré/hospitalière a été observée en faveur du groupe à oxygène titré (deux décès dans le groupe à oxygène titré contre 11 décès dans le groupe témoin à haut débit ; rapport de risque (RR) 0,22, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,05 à 0,97 ; 214 participants). Cela se traduit par un effet absolu de 94 pour 1000 (oxygène à haut débit) contre 21 pour 1000 (oxygène titré), et un nombre nécessaire pour traiter pour un résultat bénéfique supplémentaire (NNTB) de 14 (95% CI 12 à 355) avec l'oxygénothérapie titrée. Hormis la mortalité, aucun autre événement indésirable n'a été signalé dans l'étude incluse.

De larges intervalles de confiance ont été observés entre les groupes pour les gaz du sang artériel (bien que cela puisse être confondu par l'infidélité du protocole dans l'étude incluse pour cette mesure des résultats), l'échec du traitement nécessitant une ventilation invasive ou non invasive ou l'utilisation de l'hôpital. Aucune donnée n'a été rapportée concernant la qualité de vie, la fonction pulmonaire ou la dyspnée. Le risque de biais au sein de l'étude incluse était assez flou, bien qu'il y ait eu un risque élevé de biais dans les domaines liés à la performance et au biais d'attrition. Nous avons jugé que les données étaient de faible valeur probante, selon les critères de GRADE.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Mamadou Lamarana Diallo et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.