Interventions pour la prévention des chutes chez les personnes âgées dans les établissements de soins et les hôpitaux

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les chutes de personnes âgées dans les établissements de soins résidentiels ou médicalisés et les hôpitaux sont des événements courants qui peuvent causer la perte de l'indépendance, des blessures et parfois la mort à la suite d'une blessure. Il est important de disposer d'interventions efficaces pour la prévention des chutes en raison de leurs bénéfices significatifs pour la santé.

Cette revue a inclus 60 essais contrôlés randomisés impliquant 60 345 participants. Quarante-trois essais (soit 30 373 participants) avaient été réalisés dans des établissements de soins, et 17 (29 972 participants) dans des hôpitaux. Malgré le grand nombre d'essais, il y avait peu de données probantes à l'appui d'une quelconque intervention.

Dans les établissements de soins, la prescription de vitamine D avait réduit le nombre de chutes, probablement parce que les résidents avaient de faibles niveaux de vitamine D. Les résultats de 13 essais testant des interventions d'exercice dans des établissements de soins n'étaient pas cohérents et, dans l'ensemble, n'indiquaient pas un bénéfice. Il se peut que les programmes d'exercices accroissent les chutes chez les résidents frêles et les réduisent chez les résidents moins frêles. Les interventions ciblant de multiples facteurs de risque pourraient être efficaces à réduire le nombre de chutes.

La physiothérapie additionnelle réduisait le nombre de personnes tombant dans les services de rééducation des hôpitaux et les interventions ciblant de multiples facteurs de risque réduisaient les chutes à l'hôpital.

Conclusions des auteurs: 

Dans les établissements de soins, la supplémentation en vitamine D est efficace à réduire le taux de chutes. Dans les cadres hospitaliers subaigus l'exercice semble efficace, mais son efficacité dans les établissements de soins demeure incertaine en raison de résultats contradictoires, possiblement associés à des différences dans les interventions et les niveaux de dépendance. Il y a des preuves que les interventions multifactorielles réduisent les chutes dans les hôpitaux, mais les résultats pour le risque de chute n'étaient pas concluants. Les données concernant les interventions multifactorielles dans les établissements de soins laissent entrevoir de possibles bénéfices, mais cela n'était pas concluant.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les chutes dans les établissements de soins et les hôpitaux sont des événements courants qui sont responsables d'une morbidité et d'une mortalité considérables chez les personnes âgées. Ceci est une mise à jour d'une revue publiée pour la première fois en 2010.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des interventions visant à réduire les chutes des personnes âgées dans les établissements de soins et les hôpitaux.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les traumatismes ostéo-articulaires et musculaires (mars 2012), The Cochrane Library 2012 - numéro 3, MEDLINE, EMBASE et CINAHL (tous jusqu'à août 2012) et dans les références bibliographiques d'articles.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés d'interventions visant à réduire les chutes chez les personnes âgées dans les établissements de soins résidentiels ou médicalisés, ou les hôpitaux.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont, de manière indépendante, évalué les risques de biais et extrait des données. Nous avons utilisé le rapport des taux (RT) avec intervalle de confiance (IC) à 95 % pour comparer les taux de chutes (par ex. le nombre de chutes par personne et par an) entre les groupes d'intervention et de contrôle. Pour le risque de chute, nous avons utilisé le risque relatif (RR) avec IC à 95 % sur la base du nombre de personnes tombées dans chaque groupe. Nous avons regroupé des résultats lorsque cela était approprié.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 60 essais (soit 60 345 participants) : 43 essais (30 373 participants) dans des établissements de soins et 17 (29 972 participants) dans des hôpitaux.

Les résultats de 13 essais testant des interventions d'exercice dans des établissements de soins n'étaient pas cohérents. Dans l'ensemble, il n'y avait aucune différence entre les groupes d'intervention et de contrôle pour la fréquence des chutes (RT 1,03 ; IC à 95% 0,81 à 1,31 ; 8 essais, 1844 participants) ou le risque de chute (RR 1,07 ; IC à 95% 0,94 à 1,23 ; 8 essais, 1887 participants). L’analyse post-hoc en sous-groupes par niveau de soins laissait entendre que l'exercice pourrait réduire les chutes chez les personnes dans les établissements de niveau intermédiaire, et accroitre les chutes dans les établissements offrant des niveaux élevés de soins médicaux.

Dans les établissements de soins, la supplémentation en vitamine D avait réduit le taux de chutes (RT 0,63 ; IC à 95% 0,46 à 0,86 ; 5 essais, 4603 participants), mais pas le risque de chute (RR 0,99 ; IC à 95% 0,90 à 1,08 ; 6 essais, 5186 participants).

Pour les interventions multifactorielles dans les établissements de soins, le taux de chutes (RT 0,78 ; IC à 95% 0,59 à 1,04 ; 7 essais, 2876 participants) et le risque de chute (RR 0,89 ; IC à 95% 0,77 à 1,02 ; 7 essais, 2632 participants) laissaient entrevoir de possibles bénéfices, mais ces résultats n'était pas concluants.

Dans les services subaigus à l'hôpital, la physiothérapie additionnelle (exercices supervisés) n'avait pas réduit significativement le taux de chutes (RT 0,54 ; IC à 95% 0,16 à 1,81 ; 1 essai, 54 participants), mais avait permis une réduction significative du risque de chute (RR 0,36 ; IC à 95% 0,14 à 0,93 ; 2 ​​essais, 83 participants).

Dans un essai dans un service subaigu (54 participants), la moquette avait significativement augmenté le taux de chute par rapport aux sols en vinyle (RT 14,73 ; IC à 95% 1,88 à 115,35) et potentiellement accru le risque de chute (RR 8,33 ; IC à 95% 0,95 à 73,37).

Un essai (1822 participants) testant une séance éducative réalisée par une infirmière de recherche qualifiée, qui ciblait différents facteurs de risque de chute chez les patients à haut risque de chute dans des services de médecine aiguë, avait obtenu une réduction significative du risque de chute (RR 0,29 ; IC à 95% 0,11 à 0,74 ).

Dans l'ensemble, les interventions multifactorielles dans les hôpitaux avaient réduit le taux de chutes (RT 0,69 ; IC à 95% 0,49 à 0,96 ; 4 essais, 6478 participants) et le risque de chute (RR 0,71 ; IC à 95% 0,46 à 1,09 ; 3 essais, 4824 participants) bien que les résultats concernant le risque de chute ne fussent pas concluants. Parmi ceux-ci, un essai dans un cadre subaigu avait rapporté que l'effet n'était pas apparent jusqu'après 45 jours d'hospitalisation. Les soins multidisciplinaires dans un service de gériatrie après opération pour fracture du col du fémur, en comparaison avec les soins habituels dans un service d'orthopédie, avaient réduit de façon significative le taux de chutes (RT 0,38 ; IC à 95% 0,19 à 0,74 ; 1 essai, 199 participants) et le risque de chute (RR 0,41 ; IC à 95% 0,20 à 0,83). Des essais supplémentaires sont nécessaires pour confirmer l'efficacité des interventions multifactorielles dans les cadres hospitaliers aigus et subaigus.

Notes de traduction: 
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.