Soutien nutritionnel en cas de lésion rénale aiguë.

Maintenir l'équilibre nutritionnel est vital pour traiter les patients atteints d'une lésion rénale aiguë (LRA). Les thérapies nutritionnelles, y compris la nutrition parentérale (administrée par injection) et entérique (orale) sont largement utilisées. Huit essais contrôlés randomisés portant sur 257 participants ont été inclus dans cette revue. Les acides aminés L essentiels peuvent raccourcir la durée totale du dysfonctionnement du rein et améliorer la survie en cas de LRA. Cependant, en raison du faible nombre de participants et des niveaux de qualité peu satisfaisants de quelques études, il est impossible d'indiquer des recommandations pour l'utilisation du soutien nutritionnel pour traiter les LRA.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves sont insuffisantes pour soutenir l'efficacité du soutien nutritionnel pour le LRA. Davantage d'études de haute qualité sont nécessaires pour fournir des preuves fiables sur l'effet et la sécurité du soutien nutritionnel.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le traitement pour les lésions rénales aiguës (LRA) se base fondamentalement sur le traitement de la cause sous-jacente et le maintien du patient jusqu'au recouvrement de la fonction rénale. La nutrition entérale et parentérale sont communément utilisées pour traiter les troubles nutritionnels chez les patients atteints de LRA ; cependant, leur efficacité pour traiter les LRA fait encore l'objet de débats. Cette revue a été initialement publiée en 2010.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité clinique et la sécurité du soutien nutritionnel chez les patients atteints de LRA.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, le disque biomédical chinois, VIP et l'infrastructure nationale chinoise des connaissances (CNKI) ont été consultés.

Date de dernière recherche : 4 juillet 2012

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) indiqués pour les LRA et la nutrition ont été inclus.

Recueil et analyse des données: 

Des auteurs ont évalué indépendamment la qualité de l'étude et extrait les données. Les résultats ont été exprimés sous la forme d'un risque relatif (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % ou une différence moyenne (DM).

Résultats principaux: 

Huit études (257 participants) ont été incluses. Une analyse totale combinée n'a pas été réalisée en raison des différentes interventions utilisées et des différents résultats mesurés. Le biais de sélection n'a pas été indiqué (peu clair) dans six études et il a été correctement indiqué (faible) pour une génération séquentielle aléatoire dans deux études. L'assignation en aveugle du participant/personnel a été convenablement indiquée dans une étude et réalisée de manière peu claire dans sept études. Le biais de reporting sélectif incomplet était faible dans six études et élevé dans deux. Le biais de reporting sélectif des critères de jugement était faible dans six études, peu clair dans une étude et élevé dans une étude. Aucun autre biais n'a été détecté. Une augmentation importante du taux de récupération des LRA (RR de 1,70, IC à 95% de 1,70 à 2,79) et de survie a été observée chez les patients sous dialyse (RR de 3,56, IC à 95% de 0,97 à 13,08) pour les acides aminés L essentiels intraveineux (AAE) par rapport au glucose hypertonique seul. Par rapport à la nutrition parentérale avec une teneur totale en calories plus basse, la nutrition parentérale avec une teneur totale en calories plus élevée n'améliora pas le bilan azoté, le taux catabolique des protéines ou le taux de génération de l'urée ; cependant, elle augmenta les triglycérides dans le sérum, le glucose, le besoin d'insuline et l'administration du fluide nutritionnel. Aucune différence n'a été observée entre les groupes pour ce qui est du bilan azoté. En revanche, des différences entre l'apparition d'azote dans l'urée (DM de 0,98, IC à 95% de 0,25 à 1,71) et l'utilisation nette des protéines (DM de 21,50%, IC à 95% de 0,39 à 42,61) ont été rapportées. L'apparition d'azote dans l'urée était inférieure dans le groupe à faible absorption d'azote par rapport au groupe à haute absorption d'azote. Aucune différence significative n'a été observée dans les décès entre les AAE et les acides aminés généraux (AAG) (RR de 1,52, IC à 95% de 0,63 à 3,68). Les acides aminés en doses élevées n'ont pas amélioré l'excrétion d'eau cumulative, les besoins de furosémide, le bilan azoté ou les décès par rapport à la dose normale d'acides aminés. Le glucose + AAE + histidines ont présenté un meilleur bilan azoté que le glucose + AAG : Le glucose + azote + graisses ont significativement augmenté la créatinine dans le sérum par rapport au glucose + AAG ; Le glucose + AAE + histidine ont significativement amélioré le bilan azoté, l'urée U/P et la créatinine dans le sérum mais augmenté l'urée dans le plasma par rapport au glucose + azote + graisses.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.