Les interventions systémiques pour la stomatite aphteuse récidivante (aphtes)

Les ulcères de la bouche (aphtes) sont une des affections buccales le plus courantes et de nombreuses personnes en souffrent de manière répétée. Ils peuvent être douloureux et lents à guérir. Cela peut aller jusqu'à causer d'importantes difficultés pour manger et boire. Cette revue a constaté que de nombreux traitements différents étaient utilisés pour traiter cette affection, bien que les données relatives à leur efficacité ne soient pas concluantes.

Conclusions des auteurs: 

Aucun traitement ne s'est avéré efficace et les résultats ne sont donc pas concluants en ce qui concerne la meilleure intervention systémique pour la SAR. Cela reflète probablement plutôt la piètre rigueur méthodologique des essais cliniques et le manque d'études sur certains médicaments, que l'effet réel de l'intervention. Il est également reconnu que, dans la pratique clinique, certains médicaments semblent marcher pour certains patients et que les interventions sont donc probablement de nature complexe. Il faut noter en outre que les interventions systémiques sont souvent réservées aux patients qui n'ont pas répondu aux traitements topiques et pourraient donc représenter un groupe particulier de patients.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La stomatite aphteuse récidivante (SAR) est la forme d'ulcération buccale la plus répandue, qui se caractérise par une ulcération récurrente de la muqueuse buccale chez une personne en bonne santé. Dans sa forme la plus pénible, la SAR peut causer d'importantes difficultés pour manger et boire. Le traitement vise principalement à soulager la douleur et à activer la guérison afin de réduire la durée de la maladie ou la fréquence de récidive. Toute une variété de traitements topiques et systémiques sont utilisés.

Objectifs: 

Déterminer l'effet clinique des interventions systémiques dans la diminution de la douleur associée à la SAR et dans la réduction de la durée ou de la fréquence des épisodes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons entrepris des recherches électroniques dans : les registres d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire et du groupe Cochrane de revue sur la douleur et les soins palliatifs (PaPaS) (jusqu'au 6 juin 2012), MEDLINE via OVID (de 1950 jusqu'au 6 juin 2012), EMBASE via OVID (de 1980 jusqu'au 6 juin 2012), CINAHL via EBSCO (1980 jusqu'au 6 juin 2012) et AMED via PubMed (de 1950 jusqu'au 6 juin 2012). Nous avons passé au crible les références bibliographiques des articles pertinents et contacté les auteurs d'essais éligibles afin d'identifier d'autres essais et obtenir des informations supplémentaires.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) dans lesquels les principales mesures de résultat avaient évalué la diminution de la douleur associée à la SAR ou la réduction de la durée ou de la fréquence des épisodes. Les essais n'étaient pas limités par le seul critère de jugement. Nous avons également inclus des ECR de conception croisée.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont extrait les données indépendamment et en double. Nous avons contacté des auteurs d'essais pour obtenir des détails sur la randomisation, le masquage et les retraits prématurés. Nous avons évalué les risques de biais dans six domaines. Nous avons suivi les directives statistiques de la Cochrane Collaboration et les risques relatifs (RR) devaient être calculés à l'aide de modèles à effets fixes (pour une méta-analyse incluant deux ou trois essais) ou de modèles à effets aléatoires (pour une méta-analyse incluant quatre essais ou plus).

Résultats principaux: 

Un total de 25 essais ont été inclus, dont 22 étaient contrôlés par placebo et huit avaient réalisé des comparaisons face à face (cinq essais avaient plus de deux groupes de traitement). Vingt-et-une interventions différentes avaient été évaluées. Les interventions ont été regroupées en deux catégories : immunomodulatrices / anti-inflammatoires et incertaines. Une seule étude a été considérée comme présentant de faibles risques de biais. Il n'y avait pas de données suffisantes pour étayer ou récuser l'utilisation d'une quelconque intervention.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.