Une revue de la littérature médicale à la recherche de la preuve que l'utilisation d'antibiotiques par voie intraveineuse ou de dispositifs imprégnés d'antibiotique, permettrait de réduire les risques d'infection lors de la pose chirurgicale de cathéters

Un shunt ventriculaire intracrânien est un appareil (cathéter/tube) utilisé pour drainer l'excès de liquide céphalo-rachidien dans le cerveau. (Le liquide céphalo-rachidien est un fluide corporel limpide, présent dans l'espace sous-arachnoïdien; l'espace sous-arachnoïdien entoure le cerveau et la moelle épinière.) Les patients porteurs de shunts ventriculaires intracrâniens sont vulnérables à l'infection. Certains médecins donnent des antibiotiques ou utilisent des dispositifs imprégnés d'antibiotique, afin de réduire le risque d'infection. Notre revue a porté sur des essais contrôlés randomisés qui ont comparé l'incidence de l'infection du shunt chez les patients qui ont reçu une antibiothérapie préventive par rapport à ceux qui n'ont pas reçu ces médicaments. Nous avons également inclus les essais comparant des systèmes de shunt imprégnés d'antibiotique à des shunts non imprégnés d'antibiotique. Nous avons inclus dix-sept essais dans notre revue. Bien que les données disponibles ne fournissent que peu de détails sur la mortalité ou les événements indésirables causés par les antibiotiques (un événement indésirable est un incident entraînant un préjudice pour la personne soignée), elles sont en faveur de l'utilisation d'antibiotiques prophylactiques préventifs systémiques dans les premières 24 heures postopératoires consécutives à la pose d'un shunt ventriculaire intracrânien ou l'utilisation de cathéters imprégnés d'antibiotique. Cependant ces données ont été obtenues à partir d'un résultat intermédiaire qui est le taux d'infections du shunt. Par conséquent, bien que les preuves suggèrent que l'utilisation d'antibiotiques est bénéfique dans la réduction de l'incidence de l'infection du shunt, d'autres recherches sont nécessaires pour confirmer leur avantage.

Conclusions des auteurs: 

Nous avons pu démontrer un effet bénéfique de l'administration d'antibiotiques systémiques prophylactiques pendant les 24 premières heures postopératoires en prévention de l'infection du shunt, quels que soient l'âge du patient et le type de shunt interne utilisé. L'avantage de leur utilisation après cette période reste incertain. Toutefois, ces données proviennent du taux d'infection du shunt, qui est un résultat intermédiaire. Les futurs essais devront évaluer l'efficacité des différents schémas d'antibiothérapies systémiques plutôt que celle d'un placebo, et devront inclure la mortalité toutes causes confondues, les révisions des shunt et les événements indésirables comme critères de jugement supplémentaires. Les preuves suggèrent que les cathéters imprégnés d'antibiotique diminuent l'incidence de l'infection de shunt, bien que des essais cliniques plus élaborés testant l'effet de shunts imprégnés d'antibiotique soient nécessaires pour confirmer leur bénéfice net.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les antibiotiques systémiques et les systèmes de shunt imprégné d'antibiotique sont souvent utilisés pour prévenir l'infection du shunt.

Objectifs: 

Evaluer l'efficacité des antibiotiques systémiques prophylactiques ou des systèmes de shunt imprégné d'antibiotique dans la prévention de l'infection chez les patients ayant subi une intervention chirurgicale pour la mise en place d'un shunt ventriculaire intracrânien.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), les bases de données MEDLINE, EMBASE, LILACS et les actes de la réunion de l'American Association of Neurological Surgeons et de l'Association européenne des Sociétés de Neurochirurgie, jusqu'à juin 2005.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais comparatifs randomisés ou quasi-randomisés comparant l'utilisation d'antibiotiques prophylactiques (systèmes de shunt systémiques ou imprégnés d'antibiotique) dans les interventions de pose d'un shunt ventriculaire intracrânien avec un placebo ou sans antibiotiques.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué la qualité des essais et extrait des données de manière indépendante.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus dix-sept essais portant sur 2 134 participants au total. Nous avons effectué deux méta-analyses distinctes : l'une qui a évalué l'utilisation des antibiotiques prophylactiques systémiques et l'autre qui a évalué l'utilisation des systèmes imprégnés d'antibiotiques. Toutes les études incluaient l'infection du shunt comme critère de jugement principal.

Nous n'avons pas pu analyser la mortalité toutes causes confondues concernant les antibiotiques systémiques en raison du manque de données. Aucune différence significative n'a été observée (rapport des cotes (RC) : 1,47, intervalles de confiance (IC) à 95 % de 0,83 à 2,62) pour ce résultat relatif à l'utilisation de cathéters imprégnés d'antibiotique comparativement aux cathéters standard. L'utilisation d'une antibioprophylaxie systémique et l'utilisation de cathéters imprégnés d'antibiotique ont été associées à une diminution de l'infection du shunt (RC : 0,52 ; IC à 95 % de 0,36 à 0,74 et RC : 0,21 ; IC à 95 % de 0,08 à 0,55 respectivement). Nous n'avons trouvé aucun avantage significatif concernant les révisions de shunt dans les deux méta-analyses qui ont évalué des antibiotiques systémiques et des systèmes de shunt imprégné. Nous n'avons pas trouvé de différences significatives entre les sous-groupes évalués : type de shunt (interne/externe, ventriculopéritonéal/atrioventriculaire), âge et durée de l'administration d'antibiotiques.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.