Stratégies visant à accroître la proportion de professionnels de la santé exerçant dans les zones rurales et les zones défavorisées.

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Dans presque tous les pays à travers le monde, peu de professionnels de santé travaillent dans les zones rurales et les zones défavorisées. En Australie, on compte un médecin pour 970 personnes en ville alors que ce ratio est de un médecin pour 1328 personnes dans les zones rurales. Aux États-Unis d'Amérique, seulement 9% des médecins exercent en zones rurales où vit 20% de la population. Dans les pays à revenu faible et intermédiaire, la pénurie est encore plus criarde. Cette situation rend particulièrement difficile l’accès aux services de santé pour les résidents de ces régions défavorisées, compromettant ainsi leurs chances de rester en bonne santé.

Parce que les professionnels de santé choisissant de travailler dans des zones défavorisées représentent une faible minorité, des mesures incitatrices sont nécessaires pour convaincre davantage de professionnels de santé à en faire autant. Plusieurs stratégies, telles les modalités de formation professionnelle, les incitations financières, les mesures règlementaires coercitives et le soutien professionnel, sont mises en œuvre dans plusieurs pays. Par exemple, certaines écoles de médecine essayent de recruter davantage d’étudiants originaires de zones rurales dans l'espoir qu'ils retourneront y travailler. Des bourses d'études, des subventions et des facilités de crédit accordées aux étudiants, et des salaires plus élevés sont autant de privilèges offerts aux professionnels pour qu’ils travaillent dans les zones défavorisées. Un certain nombre de pays obligent les professionnels de la santé à travailler pendant un certain temps dans des zones mal desservies.

Bien que certaines de ces stratégies aient montré des résultats prometteurs, cette revue n'a pas trouvé d'études bien menées permettant de dire si elles sont ou non efficaces. Des études plus rigoureuses sont nécessaires pour évaluer les effets et l’impact réels de ces stratégies sur le nombre de professionnels de santé travaillant dans des zones défavorisées.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe aucune étude de qualité suffisante en termes de biais et de facteurs confondants pouvant confirmer le bien-fondé de toutes les interventions jusque là mises en œuvre pour améliorer la répartition géographique inéquitable des professionnels de santé. Des études aux méthodologies rigoureuses sont nécessaires pour confirmer ou infirmer les conclusions des diverses études observationnelles concernant les diverses interventions éducatives, financières, règlementaires, incitatrices et de soutien susceptibles d’influencer le choix d’exercice professionnel dans des zones défavorisées. Les gouvernements et les éducateurs devraient s'assurer que la mise en œuvre de telles interventions s’accompagne d’un cadre de suivi-évaluation approprié explicitant le contexte local et permettant de mesurer leurs effets et impact réels sur le recrutement et la fidélisation à long terme des professionnels de santé.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La répartition géographique inéquitable des professionnels de santé, au sein et entre les pays, constitue un obstacle important pour l’accès optimal et équitable aux soins de santé de qualité.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des interventions visant à accroître la proportion de professionnels de santé travaillant en milieu rural et dans les autres zones mal desservies.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'efficacité des pratiques et l'organisation des soins (jusqu'en Juillet 2007), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), ainsi que dans la Database of Abstracts of Reviews of Effectiveness (jusqu'en Juillet 2007), MEDLINE (de 1966 jusqu'en Juillet 2007), EMBASE (de 1988 jusqu'en Juillet 2007), CINAHL (de 1982 jusqu'en juillet 2007) et LILACS (jusqu'en Juillet 2007). Nous avons également consulté les références bibliographiques de tous les articles en rapport avec les revues identifiées et contacté les auteurs des articles et les rapports publiés et non publiés en rapport avec notre sujet.

Critères de sélection: 

Etaient inclus les essais contrôlés randomisés (non strictement randomisés), les études contrôlées avant et après, et des études de séries temporelles interrompues évaluant les effets de diverses interventions (par ex. des stratégies éducatives, financières ou réglementaires) sur le recrutement et/ou ou la fidélisation des professionnels de la santé dans les zones des zones défavorisées.

Recueil et analyse des données: 

Deux chercheurs ont analysé de manière indépendante les titres et résumés obtenus à partir de la consultation des bases de données afin d'identifier les études potentiellement pertinentes.

Résultats principaux: 

Aucune étude remplissant les critères d'inclusion n’a été retrouvée.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.