Préparations à base de plantes dans le traitement des femmes présentant des fibromes utérins

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les fibromes utérins sont des excroissances bénignes (non cancéreuses) présentes dans l'utérus. Ce type d'excroissance est le plus fréquemment rencontré dans le bassin chez la femme, soit environ une femme sur quatre ou cinq âgée de plus de 35 ans. Bien que nombre d'entre elles ignorent qu'elles sont porteuses de fibromes, leur croissance peut provoquer des symptômes ou des problèmes en raison de leur taille, de leur nombre ou de leur emplacement. Les symptômes courants peuvent inclure des menstruations plus longues ou plus fréquentes, des saignements importants, des douleurs menstruelles, une pression au niveau du bas-ventre, la stérilité ou des fausses-couches. Les femmes présentant ces symptômes doivent suivre un traitement. Les fibromes peuvent être traités chirurgicalement via une myomectomie (ablation des fibromes sans toucher l'utérus) ou une hystérectomie (ablation de l'utérus). Une autre approche consiste à pratiquer une embolisation artérielle utérine qui permet de bloquer les vaisseaux sanguins se dirigeant vers l'utérus. Des médicaments, comme les agonistes de la gonadolibérine (GnRH pour « gonadotropin-releasing hormone »), peuvent être administrés pour rétrécir les fibromes et contrôler l'hémorragie.

Les préparations à base de plantes sont des alternatives couramment utilisées dans le cadre d'un traitement médicamenteux et/ou d'une chirurgie. La présente revue systématique incluait deux essais cliniques randomisés, composés de 150 femmes présentant des fibromes utérins. Comparées à un médicament, deux préparations à base de plantes peuvent avoir des essais bénéfiques similaires sur le rétrécissement des fibromes utérins ou de l'utérus. Toutefois, ces essais cliniques sont petits en termes de nombre de participantes et de qualité variable. Les effets des préparations à base de plantes sur les fibromes utérins doivent donc être étudiés dans des essais de taille plus grande et de bonne qualité.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves actuelles ne recommandent pas ou réfutent l'utilisation de préparations à base de plantes pour le traitement de fibromes utérins en raison d'un nombre insuffisant d'études présentant des échantillons de taille conséquente et de bonne qualité. D'autres essais de bonne qualité évaluant des résultats cliniquement pertinents seront nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les fibromes utérins sont des excroissances non malignes les plus fréquemment rencontrées chez les femmes en âge de procréer. Ils sont associés à des saignements menstruels abondants et à l'hypofertilité. Les préparations à base de plantes sont couramment utilisées comme alternative aux procédures chirurgicales.

Objectifs: 

Évaluer les effets bénéfiques et les risques des préparations à base de plantes sur les fibromes utérins.

La stratégie de recherche documentaire: 

Les auteurs ont effectué des recherches dans les bases de données électroniques suivantes : les registres d'essais du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et de la fertilité et sur l'évaluation des biais, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2008, numéro 3), MEDLINE, EMBASE, la Chinese Biomedical Database, le Traditional Chinese Medical Literature Analysis and Retrieval System (TCMLARS), AMED et LILACS. Les recherches se sont terminées le 31 décembre 2008.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés comparant les préparations à base de plantes à l'absence d'intervention, à un placebo, à un traitement médical ou à des procédures chirurgicales chez des femmes présentant des fibromes utérins. Nous avons également inclus des essais concernant des préparations à base de plantes avec ou sans traitement standard.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment collecté des données. Nous avons évalué les risques de biais des essais conformément à nos critères méthodologiques. We presented dichotomous data as risk ratios (RR) and continuous outcomes as mean difference (MD), both with 95% confidence intervals (CI).

Résultats principaux: 

Nous avons inclus deux essais randomisés (impliquant 150 femmes) dont les méthodes de randomisation sont clairement décrites. Les risques de biais méthodologiques des essais étaient variables. Il y avait des variations entre les préparations à base de plantes testées dont la durée de traitement était de six mois. Les résultats disponibles ne correspondaient pas aux critères de jugement principaux sélectionnés pour cette revue, comme une atténuation des symptômes ou la nécessité d'un traitement chirurgical ; les essais rapportaient principalement des résultats concernant le rétrécissement des fibromes.

Comparée à la mifépristone, une décoction de Huoxue Sanjie ne montrait aucune différence significative au niveau de la disparition de fibromes utérins, du nombre de patientes présentant un rétrécissement des fibromes utérins ou du volume moyen des fibromes utérins, mais elle était moins efficace que la mifépristone pour réduire la taille moyenne de l'utérus (différence moyenne de 23,23 cm3, intervalle de confiance à 95 % 17,85 à 28,61). Il n'y avait aucune différence significative entre le produit à base de plantes de Nona Roguy et l'agoniste de la GnRH concernant le volume moyen des fibromes utérins ou la taille de l'utérus. Aucun effet indésirable grave des préparations à base de plantes n'a été signalé.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.