Acupuncture auriculaire contre la dépendance à la cocaïne

Il n'existe aucun médicament efficace pour le traitement de la dépendance à la cocaïne et les avis médicaux divergent quant à la meilleure méthode de traitement. Plus de 400 cliniques spécialisées dans le traitement de la consommation abusive de substances aux États-Unis et en Europe proposent un traitement contre la dépendance à la cocaïne appelé « acupuncture auriculaire ». Dans ce traitement, des aiguilles sont généralement insérées dans cinq points spécifiques de l'oreille, mais certaines cliniques n'en utilisent que trois ou quatre. Dans la présente revue Cochrane, les auteurs doivent déterminer si l'acupuncture auriculaire est un traitement efficace contre la dépendance à la cocaïne et si le nombre de points utilisés apporte une réelle différence. Les auteurs ont recherché dans la littérature médicale des études appelées « essais contrôlés randomisés » dans lesquelles un groupe de patients reçoit un traitement (comme l'acupuncture) et est comparé à un groupe similaire qui reçoit un traitement différent ou aucun traitement (groupe témoin). Les auteurs ont trouvé sept études totalisant 1 433 personnes. La majorité d'entre elles comparaient l'acupuncture à une acupuncture « fantôme » dans laquelle des aiguilles étaient insérées aléatoirement dans l'oreille, mais pas dans les points spécifiques requis pour le traitement. Ces études utilisaient plusieurs techniques d'acupuncture composées de trois, quatre ou cinq points de traitement. Elles présentaient un certain nombre de défauts concernant la signalisation des résultats. Les auteurs concluent donc qu'il n'existe aucune preuve d'efficacité quel que soit le type d'acupuncture auriculaire utilisé pour le traitement de la dépendance à la cocaïne. Ils recommandent la réalisation de recherches supplémentaires, étant donné qu'il leur était difficile d'émettre des conclusions à partir des quelques études disponibles.

Conclusions des auteurs: 

À l'heure actuelle, il n'existe aucune preuve selon laquelle l'acupuncture auriculaire serait efficace pour le traitement de la dépendance à la cocaïne. Les preuves sont de qualité médiocre et peu concluantes. D'autres essais randomisés sur l'acupuncture auriculaire sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'acupuncture auriculaire (insertion d'aiguilles dans un certain nombre, cinq en général, de points spécifiques de l'oreille) est un traitement couramment utilisé contre la dépendance à la cocaïne.

Objectifs: 

Déterminer si l'acupuncture auriculaire est un traitement efficace contre la dépendance à la cocaïne et examiner si son efficacité est influencée par le schéma posologique du traitement.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (The Cochrane Library, numéro 3, 2004) ; MEDLINE (de janvier 1966 à octobre 2004), EMBASE (de janvier 1988 à octobre 2004) ; PsycInfo (de 1985 à octobre 2004) ; CINAHL (de 1982 à octobre 2004) ; SIGLE (de 1980 à octobre 2004) et dans les listes bibliographiques des articles.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés comparant un schéma thérapeutique de l'acupuncture auriculaire à une acupuncture « fantôme » ou à l'absence de traitement pour réduire la consommation de cocaïne des toxicomanes.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment extrait des données issues des rapports publiés et évalué la qualité méthodologique des études à l'aide de la liste de contrôle du groupe de revue Cochrane sur les drogues et l'alcool. Tous les auteurs ont été contactés pour obtenir des informations complémentaires ; deux ont fourni des données. Des méta-analyses distinctes ont été réalisées pour les études comparant l'acupuncture auriculaire à l'acupuncture « fantôme » et à l'absence de traitement. Pour les principaux résultats concernant la consommation de cocaïne, des analyses ont été effectuées en intention de traiter, en supposant que les données manquantes correspondaient à des échecs de traitement. Des analyses de cas disponibles, en utilisant uniquement les personnes ayant fourni des données, ont également été réalisées.

Résultats principaux: 

Sept études totalisant 1 433 participants ont été incluses. La qualité méthodologique de l'ensemble des études était généralement médiocre. Aucune différence entre l'acupuncture et l'acupuncture « fantôme » n'a été identifiée pour l'attrition RR 1,05 (IC à 95 % 0,89 à 1,23) ou l'acupuncture et l'absence d'acupuncture : RR 1,06 (IC à 95 % 0,90 à 1,26) ni pour quelconque mesure de consommation de cocaïne ou de drogues autres. Toutefois, le nombre de participants inclus dans les méta-analyses était faible et la puissance statistique était limitée. Ces résultats n'excluent pas les effets bénéfiques ou les dangers modérés. Les limitations méthodologiques des études incluses ont également pu ouvrir les résultats à des risques de biais.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.