Interventions visant à réduire la prise de poids dans la schizophrénie

La prise de poids et l'obésité sont des problèmes fréquents parmi les personnes souffrant de schizophrénie. Les interventions pharmacologiques (médicaments) et non pharmacologiques (régime/exercices) ont été essayées pour traiter ces problèmes. Dans cette revue, il peut être démontré qu'une prise de poids faible est possible au moyen d'interventions pharmacologiques et non pharmacologiques, mais il est difficile d'être sûr des résultats car les études étaient de petite envergure et comparaient des interventions sur des périodes différentes.

Conclusions des auteurs: 

Il est possible d'obtenir une perte de poids modeste avec les interventions sélectives, pharmacologiques ou non. Cependant, l'interprétation est limitée par le petit nombre d'études, la taille réduite de l'échantillon, la courte durée des études et par la variabilité des interventions elles-mêmes, leur intensité et durée. De futures études suffisamment puissantes, d'une durée de traitement plus longue et d'une méthodologie plus rigoureuse, seront nécessaires pour mieux évaluer l'efficacité et l'innocuité des interventions pour la perte de poids afin de modérer la prise de poids. À ce stade, il n'existe pas suffisamment de preuves favorables à l'utilisation générale d'interventions pharmacologiques pour la gestion du poids chez les personnes atteintes de schizophrénie.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La prise de poids est fréquente chez les personnes atteintes de schizophrénie et implique de graves conséquences pour la santé et le bien-être.

Objectifs: 

Déterminer les effets des stratégies pharmacologiques (sans changement de médicament) et non pharmacologiques visant à réduire ou à prévenir la prise de poids chez les personnes souffrant de schizophrénie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté les principales bases de données et le registre du groupe Cochrane sur la schizophrénie (avril 2006), ainsi que les références des articles pertinents. Nous avons également effectué des recherches manuelles dans les principales revues, contacté le premier auteur de chaque étude pertinente et d'autres experts afin de recueillir plus d'informations.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus tous les essais cliniques contrôlés randomisés comparant toute intervention pharmacologique ou non pharmacologique pour la prise de poids (régime et exercices dirigés) avec des soins standards ou d'autres traitements pour les personnes souffrant de schizophrénie ou de maladies d'allure schizophrénique.

Recueil et analyse des données: 

De manière fiable, les données provenant des études ont été sélectionnées, extraites et leur qualité a été évaluée. Le poids étant une mesure de résultats continus, les différences moyennes pondérées (DMP) de la variation par rapport aux conditions à l'inclusion ont été calculées. Le critère de jugement principal était la perte de poids.

Résultats principaux: 

Vingt-trois essais contrôlés randomisés satisfaisaient aux critères d'inclusion pour cette revue. Cinq essais évaluaient une intervention cognitive/comportementale et dix-huit évaluaient un complément pharmacologique. Sur le plan de la prévention, deux essais cognitifs/comportementaux révélaient un effet thérapeutique significatif (variation du poids moyen) à la fin du traitement (n=104, 2 ECR, DMP -3,38 kg IC entre -4,2 et -2,0). Les traitements pharmacologiques complémentaires étaient significatifs avec une modeste prévention de la prise de poids (n=274, 6 ECR, DMP - 1,16 kg IC entre -1,9 et -0,4). En ce qui concerne les traitements pour la perte de poids, une réduction de poids significativement plus importante était observée dans le groupe d'intervention cognitivo-comportementale (n=129, 3 ECR, DMP -1,69 kg IC entre -2,8 et -0,6) par rapport aux soins standards.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.